Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Pourquoi en finir avec l’élevage est une très mauvaise idée » de Mme Emmanuelle Ducros

27 Mars 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #élevage, #critique de l'information

« Pourquoi en finir avec l’élevage est une très mauvaise idée » de Mme Emmanuelle Ducros

 

Glané sur la toile 501

 

 

Cette vidéo de 3:10 minutes n'est pas la meilleure de la production de Mme Emmanuelle Ducros à notre sens, mais on raconte tellement de bêtises sur l'élevage et, en particulier, son incidence sur le climat !

 

 

Par exemple, Mme Emmanuelle Ducros revient sur le chiffre colossal de 15.000 litres d'eau qui seraient nécessaires pour produire un kilogramme de viande bovine, pour le rectifier à quelque 700 litres selon les indications de l'INRAE. En fait, l'INRAE a produit une très utile série de décryptage, dans laquelle on peut lire ce qui suit :

 

« On trouve très fréquemment le chiffre de 15 000 litres d’eau consommée pour produire un kg de viande. Mais ce chiffre, obtenu par la méthode de « water footprint » (empreinte eau) englobe l’eau bleue (eau réellement consommée par les animaux et l’irrigation des cultures), l’eau grise (eau utilisée pour dépolluer les effluents et les recycler) et l’eau verte (eau de pluie). Or cette méthode a été conçue pour des sites industriels et ne tient pas compte des cycles biologiques. En réalité 95% de cette empreinte eau correspond à l’eau de pluie, captée dans les sols et évapotranspirée par les plantes, et qui retourne de fait dans le cycle de l’eau. Ce cycle continuera même s’il n’y a plus d’animaux. La communauté scientifique considère qu’il faut entre 550 à 700 litres d’eau pour produire 1kg de viande de bœuf (1). En eau utile, il faut 50 litres (2).

 

_____________

 

(1) Référence pour ce calcul : voir le rapport complet de l'Expertise scientifique collective INRAE 2016. "Rôles, impacts et services issus des élevages européens". Lire l’article.

 

(2) Eau utile : quantité d’eau dont est privée la ressource (eau consommée), pondérée par un facteur de stress hydrique régionalisé : par exemple, la perte d’un litre d’eau n’a pas le même impact dans le désert qu’en montagne. La valeur de 50 litres d’eau par kg de viande de bœuf correspond au contexte français (A Gac., T Béchu. 2014. Rencontres Recherches Ruminants, 21, 39-42). Pour d’autres pays, les valeurs s’échelonnent entre 0,10 et 133 selon le statut hydrique des pays considérés (B.G. Ridoutt et al. 2012. International Journal of Life Cycle Assessment, 17, 165-175; MA Zonderland-Thomassen et al. 2014. Journal of Cleaner Production, 73, 253-262). »

 

Cet exemple montre que Mme Emmanuelle Ducros s'est lancé un grand défi.

 

 

(Source)

 

 

On peut aussi ajouter que le débat sur l'élevage bovin (ou plutôt les élevages bovins) sont biaisés par une prise en compte incorrecte des émissions de méthane. Voir sur ce site : « Les rots des vaches contribuent-ils au réchauffement climatique ? Vous serez surpris ! ». Les feedlots font aussi l'objet de controverses et de préjugés défavorables.

 

 

(Global versus local environmental impacts of grazing and confined beef production systems, P. Modernel et al.Source – RL = rangeland (prairies naturelles) ; SP = seeded pastures (prairies artificielles) ; FL = feedlots)

 

 

La question des engrais est aussi – généralement – mal appréhendée. Les effluents d'élevage sont des éléments fertilisants (en partie – ils ont d'autres qualités) prélevés en un lieu et apportés en un lieu (le même ou un autre). Pour une partie au moins, ce sont des engrais de synthèse devenus organiques par le passage dans le système digestif d'un animal.

 

On peut donc avoir des critiques. On peut aussi considérer que la conclusion sur le retour des famines est exagérée et anxiogène ; c'est (probablement ou possiblement) vrai dans un contexte français ou européen de gens bien nourris, mais c'est parfaitement juste si l'on considère les populations dépendant essentiellement de l'élevage, ce qui semble avoir été l'intention de l'auteur.

 

En tout cas, cette vidéo a le mérite de susciter la réflexion sur des questions importantes.

 

Oui, ce serait une très mauvaise idée de supprimer l'élevage bovin.

 

La vidéo a aussi suscité des échanges sur les réseaux sociaux. Nous retiendrons deux fils.

 

 

(Source – le fil de l'intérêt de l'élevage à bien des points de vue)

 

 

(Source – le fil sur l'optimisation des prairies)

 

 

En guise de conclusion :

 

 

Et en guise de conclusion de la conclusion :

 

Merci, Mme Emmanuelle Ducros !

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article