Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La propagation du virus Covid-19 fait craindre l'insécurité alimentaire en Afrique

31 Mars 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19, #Afrique

La propagation du virus Covid-19 fait craindre l'insécurité alimentaire en Afrique

 

Joseph Opoku Gakpo*

 

 

 

 

La propagation du coronavirus Covid-19 fait craindre l'insécurité alimentaire en Afrique, certains pays connaissant déjà des hausses de prix, des achats de panique et des perturbations de l'import-export.

 

Le Ghana fait partie des pays africains qui ressentent l'impact négatif du coronavirus sur les systèmes de sécurité alimentaire. Plus de 68 cas ont été enregistrés à ce jour, avec au moins trois décès dans cette nation d'environ 30 millions de personnes. Le président Akufo-Addo a annoncé samedi la fermeture des frontières aériennes, terrestres et maritimes du Ghana. Une semaine plus tôt, il a ordonné la fermeture de toutes les écoles du niveau élémentaire au niveau supérieur et annoncé un paquet de 100 millions de dollars pour stimuler l'économie.

 

Les citoyens paniquent en achetant de la nourriture et des fournitures de base alors qu'ils s'isolent chez eux. Le prix des denrées alimentaires a grimpé en flèche, alimenté par des rumeurs le week-end dernier selon lesquelles le gouvernement s'apprêtait à annoncer un confinement national qui obligerait tout le monde, sauf les travailleurs essentiels, à rester chez eux. Ce confinement n'a pas encore eu lieu. L'annonce de la fermeture des marchés pour permettre des opérations de fumigation a ajouté à la panique, entraînant une ruée folle pour les légumes, les tubercules, le riz, la viande congelée et d'autres aliments. Au milieu de longues files d'attente et d'une forte congestion sur les marchés, le journal Daily Graphic détenu par l'État a rapporté que le prix de certains produits alimentaires de base avait augmenté de 20 à 33 %.

 

Evans Okomeng du Graduate Farmers Network et deux autres jeunes scientifiques ont noté que les achats de panique et la flambée des prix des denrées alimentaires « nous ont clairement averti que notre approvisionnement alimentaire est en difficulté en ces temps difficiles […] La situation ne fera qu'empirer si la situation [le virus ] persiste. La dure réalité à laquelle nous sommes tous confrontés est que le Ghana est virtuellement assis sur une bombe à retardement pour la sécurité alimentaire à laquelle il faut prêter attention. Le Ghana a fait beaucoup de progrès pour assurer la nourriture pour tous ces dernières années, mais ce virus menace d'éroder les gains massifs qui ont été réalisés », ont-ils déclaré dans un communiqué de presse publié à Accra.

 

Le groupe a demandé au Ministère de l'Alimentation et de l'Agriculture d'élaborer un plan d'urgence de préparation à la sécurité alimentaire en rapport avec le Covid-19. « Ce plan devrait énoncer clairement les détails d'une stratégie pour injecter plus de nourriture dans le système en fonction des besoins de certaines villes à des moments précis ; une stratégie pour éviter que les prix des denrées alimentaires échappent à tout contrôle et pour éviter la thésaurisation ; et une stratégie pour augmenter la production alimentaire en ces temps où certains agriculteurs ne vont pas aux champs pour récolter et où les commerçants ne transportent pas de produits parce que les gens restent à la maison. »

 

Selon le communiqué, le plan devrait inclure une « stratégie de collaboration entre les différents acteurs de la chaîne de valeur de la sécurité alimentaire qui garantisse que l'approvisionnement alimentaire ne soit pas coupé même en cas de confinement, et qu'il soit possible de faire livrer des aliments aux foyers des gens même s'ils sont contraints à la quarantaine ou à l'isolement. » Aucun système de distribution de tels aliments n’existe actuellement dans le cadre des structures d’intervention sociale du Ghana.

 

Evans Okomeng, agriculteur ghanéen et boursier en leadership mondial de l'Alliance pour la Science, exhorte son gouvernement à prendre en compte la sécurité alimentaire à mesure que le Covid-19 se propage.

 

Ils ont également appelé à une « stratégie à long terme pour accroître les investissements dans l'agriculture locale, l'agriculture commerciale et l'installation et l'exploitation de serres pour une production, une commercialisation et un stockage accrus » ainsi qu'une « orientation politique claire sur les principales innovations agricoles telles que le génie génétique et l'édition du génome, qui peuvent aider à produire des cultures à haut rendement, à maturité précoce, tolérantes à la sécheresse, résistantes aux maladies et aux ravageurs, etc. pour le bénéfice des Ghanéens. »

 

L'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) a également abordé la question de la sécurité alimentaire dans une mise à jour sur l'impact du virus sur la chaîne d'approvisionnement alimentaire mondiale.

 

« La fermeture des frontières, les mesures de quarantaine et les perturbations des marchés, des chaînes d'approvisionnement et des échanges commerciaux pourraient restreindre l'accès des populations à des ressources alimentaires suffisantes, diverses et nutritives, en particulier dans les pays durement touchés par le virus ou déjà touchés par des niveaux élevés d'insécurité alimentaire. », note le rapport.

 

Le Ghana dépense environ 100 millions de dollars par mois pour importer des produits agricoles de pays comme la Chine, les États-Unis et l'Europe, qui ont du mal à exporter à mesure que le virus se propage.

 

« Nous risquons une crise alimentaire imminente si des mesures ne sont pas prises rapidement pour protéger les plus vulnérables, préserver les chaînes d'approvisionnement alimentaire mondiales et atténuer les effets de la pandémie sur l'ensemble du système alimentaire. », poursuit le rapport de la FAO.

 

« La pénurie de travailleurs peut perturber la production et le traitement des denrées alimentaires, notamment pour les cultures qui nécessitent une main-d’œuvre importante. […] Les pays en développement et l’Afrique sont particulièrement menacés d’une part parce que la maladie peut entraîner une réduction de la force de travail et porter préjudice à des formes de production nécessitant beaucoup de main-d’œuvre (comme l’agriculture) et de l’autre parce que la plupart des pays traversant une crise alimentaire se trouvent en Afrique subsaharienne. »

 

D’autres agriculteurs ghanéens sont préoccupés par le fait que les efforts de préparation de l’État à la maladie n’ont pas prêté attention au secteur agricole. Asare Robben, meilleur producteur national d'agroforesterie du Ghana en 2019, a fait observer que le gouvernement n'a pas annoncé de plans sur la manière dont il entend augmenter la production alimentaire « en ces temps difficiles et sur la question de savoir si nous avons même assez de nourriture pour nourrir le pays si la pandémie se prolonge au-delà de cinq mois ».

 

« J'appelle le gouvernement à doubler ou tripler les investissements dans l'agriculture maintenant », a-t-il déclaré à Modernghana.com dans une interview. « N'oublions pas 1982-1983, où le Ghana a connu la famine à cause de la sécheresse. »

 

Pendant ce temps, les médias locaux du Ghana rapportent que le Ministère de l'Alimentation et de l'Agriculture, la National Buffer Stock Company, qui gère le stockage des aliments en vrac de l'État, et le Secrétariat de la Sécurité Nationale se préparent à rendre public un plan sur la façon de maintenir la sécurité alimentaire nationale même si le coronavirus se propage.

 

La propagation du virus Covid-19 a également un impact négatif sur la noix de cajou, une importante culture d'exportation pour le Ghana qui est cultivée par des centaines de milliers d'agriculteurs à travers le pays. Selon la Ghana Export Promotion Authority (GEPA), le pays a gagné 981 millions de dollars grâce à l'exportation de noix de cajou en 2016, ce qui en fait l'un des principaux produits d'exportation agricole après le cacao. Les contrôles effectués par le Business and Financial Times dans les zones de culture de la noix de cajou au Ghana montrent que le prix auquel les agriculteurs vendent un sac de 100 kg de noix de cajou brutes aux transformateurs a chuté de 40 à 50 %, ce qui réduit le revenu des agriculteurs. La propagation du coronavirus a contraint les plus grands importateurs mondiaux de produits à base de noix de cajou, dont l'Inde, la Chine et le Vietnam, à réduire leurs importations à cause de la fermeture des usines de transformation en raison des confinements. Cela provoque une surabondance, forçant le prix du marché international du produit à chuter de 63 % entre janvier 2020 et maintenant.

 

Le juge Mahama Ansomah, secrétaire général de l'Association des Acheteurs et Exportateurs de Noix de Cajou du Ghana, prie pour que la situation ne dure pas longtemps. « Aucun acteur ne profite de cette baisse actuelle des prix ; espérons que la situation se normalisera bientôt pour redonner vie à la filière de la noix de cajou. La plupart des investisseurs sont enfermés dans leurs hôtels ; ils hésitent à acheter de la noix de cajou », a-t-expliqué.

 

« Le chute libre du prix a été un rituel annuel, mais la situation actuelle pèse sérieusement sur les revenus des agriculteurs. Beaucoup ont du mal à atteindre le seuil de rentabilité même après avoir contracté des prêts pour assurer la pérennité de leurs fermes », a déclaré Ansomah au Business and Financial Times.

 

_____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/03/covid-19-virus-spread-prompts-food-insecurity-fears-in-africa/

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article