Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Des insectes bénéfiques peuvent coexister avec les cultures Bt, selon de nouvelles études

29 Mars 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Article scientifique

Des insectes bénéfiques peuvent coexister avec les cultures Bt, selon de nouvelles études

 

Mark Lynas*

 

 

Photo: Opoterser/Wikimedia Commons

 

 

Les nouvelles cultures Bt génétiquement modifiées, résistantes à des insectes, n'ont pas d'effets néfastes sur les insectes bénéfiques dans les champs des agriculteurs ; c'est ce qu'ont montré deux nouveaux articles scientifiques publiés cette semaine [l'article d'origine a été posté le 19 février 2019].

 

Ces articles ajoutent à l'argument environnemental en faveur de la technologie GM, car en contrôlant de manière très ciblée les ravageurs des cultures grâce à des protéines insecticides (Bt) exprimées dans les tissus végétaux, les agriculteurs peuvent réduire les pulvérisations d'insecticides à large spectre et ainsi protéger une biodiversité plus large à l'échelle de l'exploitation.

 

Dans le premier article, une équipe internationale dirigée par des scientifiques chinois a rapporté qu'après avoir mené des expériences sur le terrain pendant plusieurs années, ils n'ont trouvé aucune différence significative dans les communautés d'araignées qui peuplent les rizières Bt par rapport à une culture de riz témoin non Bt [et non traitée].

 

D'un autre côté, comme prévu, lorsque les deux types de champs ont été traités avec des pulvérisations d'insecticides chimiques, les populations d'araignées ont été considérablement réduites. Les araignées jouent un rôle important dans la lutte contre les ravageurs agricoles.

 

Les scientifiques écrivent dans Plant Biotechnology Journal : « Ces résultats suggèrent que le riz Bt n'a pas d'impact à long terme sur la structure de la communauté des araignées, tandis que les insecticides chimiques présentent des impacts négatifs. »

 

Le deuxième article a examiné l'impact potentiel du maïs Bt au Brésil sur une minuscule guêpe parasite appelée Trichogramma pretiosum. Cet insecte est naturellement présent dans le pays, et parce qu'il se nourrit des œufs de chenilles légionnaires d'automne et d'autres ravageurs agricoles, il est très apprécié comme agent de lutte biologique par les agriculteurs.

 

Si les protéines insecticides exprimées à l'intérieur du maïs Bt – qui se sont révélées extrêmement efficaces pour cibler les lépidoptères ravageurs – nuisaient également aux insectes utiles comme T. pretiosum, ce serait une grave préoccupation pour les agriculteurs et les écologues.

 

Heureusement, cela ne semble pas être le cas. Comme l'ont rapporté des scientifiques brésiliens dans la revue Biocontrol Science and Technology : « Tous les hybrides Bt [de maïs] évalués étaient inoffensifs pour T. pretiosum. »

 

Les auteurs ajoutent : « Toutes les protéines Bt évaluées dans cette étude ciblent spécifiquement les lépidoptères, et n'ont pas d'effets délétères sur T. pretiosum, même lorsque des expositions extrêmes produites dans des conditions de laboratoire ont été testées. »

 

Les résultats des deux articles sont importants car ils renforcent les arguments en faveur de l'utilisation des cultures Bt dans les approches agricoles de lutte intégrée contre les ravageurs (IPM – integrated pest management). L'une des techniques de la lutte intégrée consiste à favoriser les populations d'ennemis naturels des insectes nuisibles – comme les chrysopes, les guêpes, les coccinelles et les araignées – pour réduire la nécessité de traitements chimiques.

 

Ces études, qui renforcent un large consensus sur le fait que les cultures Bt ne nuisent pas aux organismes non ciblés, signifient que les cultures Bt peuvent être utilisées dans le cadre d'un large éventail de techniques de lutte intégrée. Ceci est également important pour essayer de prévenir l'apparition de résistances aux protéines Bt chez les espèces nuisibles.

 

Un récent article de synthèse a conclu : « En résumé, la littérature disponible fournit des preuves que les protéines insecticides utilisées dans les cultures commercialisées Bt n'entraînent aucun effet négatif direct sur les espèces non cibles en dehors de l'ordre (c'est-à-dire des lépidoptères pour les protéines Cry1 et Cry2) ou la famille (c'est-à-dire des Coleoptera, des Chrysomelidae pour les protéines Cry3) du ou des parasites cibles. »

 

De bonnes nouvelles pour les araignées et les guêpes sont également de bonnes nouvelles pour les agriculteurs et l'environnement, semble-t-il.

 

______________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/02/beneficial-bugs-can-co-exist-with-bt-crops-new-studies-show/

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marc 30/03/2020 10:36

Bonjour, très bon article ! encore faudrait-il qu'il soit lu par nos bobos et journaleux parisiens; mais ils l'ignoreront et continueront leur message de haine envers notre agriculture.

Il est là 30/03/2020 12:37

Ou alors ils diront qu'il y a eu une hécatombe d'araignées dans les riz OGM et que les séides de Monsanto les ont remplacé par des araignées élevés en laboratoire pour tromper l'opinion et fausser l'étude.