Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Coronavirus : l'hydroxychloroquine n'est probablement pas la réponse

28 Mars 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19

Coronavirus : l'hydroxychloroquine n'est probablement pas la réponse

 

Josh Bloom*

 

 

S'il y avait eu un effet de ce médicament sur le Covid-19, il était minime. L'hydroxychloroquine peut être plus sûre que la chloroquine, sa toxicité étant beaucoup plus faible. Mais cela n'a pas d'importance si les médicaments sont inefficaces.

 

 

Crédit: NIAID/Wikipedia

 

Deux médicaments, la chloroquine (CQ) et l'hydroxychloroquine (HCQ) sont partout dans les nouvelles parce que les deux médicaments sont largement étudiés pour leur potentiel antiviral contre le coronavirus. Bien que les noms et les structures chimiques soient très similaires, il existe une différence significative entre les deux : la toxicité. L'hydroxychloroquine est la plus étudiée des deux, et ce n'est pas sans raison. Sa toxicité est beaucoup plus faible.

 

 

La chloroquine (à gauche) et l'hydroxychloroquine (à droite) ne diffèrent que par un atome d'oxygène.

 

 

Toxicité relative

 

Il existe plusieurs façons d'exprimer la toxicité d'un composé chimique. L'une est la DL50 – la dose de produit chimique qui tue 50 % des animaux de laboratoire. La figure 1 montre que la CQ est environ 3 fois plus toxique que la HCQ dans différents modèles animaux et et pour différentes voies d'administration.

 

 

Figure 1. Comparaison des DL50 de la CQ et de la HCQ. Plus la valeur est basse, plus la substance est toxique. Dans les cinq cas où les deux médicaments étaient administrés de la même manière aux mêmes animaux, la CQ était plus toxique dans quatre cas et les médicaments étaient à égalité une fois. Source : American Journal of Medicine (1983).

 

 

Une autre façon de déterminer la toxicité consiste à administrer la substance à un animal, puis à examiner les changements histopathologiques dans des organes importants.

 

 

Une comparaison des changements histopathologiques provoqués par la chloroquine et l'hydroxychloroquine dans les organes des rats. La CQ a causé plus de dommages aux organes dans 14 paramètres sur 15. Source : European Scientific Journal

 

 

Conclusion

 

Il y a fort à parier que la HCQ est moins toxique que la CQ. D'autres données de la littérature le confirment.

 

 

Puissance

 

Je ne sais vraiment pas quoi faire de ceci. Yao et ses collègues ont rapporté que la EC50 – la concentration qui inhibe 50 % de la croissance virale dans les cellules cultivées – est de 5,42 micromolaires pour la CQ (ce qui en fait un inhibiteur très faible) et de 0,77 micromolaire (un inhibiteur modérément puissant) pour la HCQ, ce qui rend la HCQ sept fois plus puissante que la CQ. On ne voit pas beaucoup de médicaments à 5 micromolaires, donc cela donnerait l'avantage à la HCQ.

 

Mais Wang et ses collègues ont rapporté que cette valeur est de 0,77 micromolaire pour la CQ et n'ont pas donné de valeur pour la HCQ. Pour aggraver les choses, Liu et ses collègues ont déterminé que les deux médicaments étaient à peu près similaires. Bien que les données in vitro semblent déroutantes, on peut conclure que même si la HCQ n'avait que la même puissance in vitro (peu probable) que la CQ, elle serait toujours un candidat supérieur car des doses plus élevées pourraient être administrées, ce qui conduirait (vraisemblablement) à des niveaux sanguins plus élevés du médicament.

 

 

Que se passe-t-il dans la clinique ?

 

Un gâchis.

 

Pour l'instant, nous ne sommes même pas près d'une réponse. Sans aucun résultats d'essais cliniques randomisés, ce n'est guère plus qu'un jeu de devinettes à ce stade.

 

Une étude française de la HCQ a suggéré qu'elle avait été efficace pour diminuer la charge virale des sécrétions nasales. Lorsque l'azithromycine a été ajoutée, l'ampleur de l'effet était plus grande. Au mieux, cette étude pourrait nous donner un indice sur l'efficacité de la HCQ dans la réduction de la transmission puisque les auteurs n'ont pas mesuré ou mentionné l'impact du médicament sur les poumons. Il n'y a absolument aucune preuve que la HCQ ou la combinaison HCQ/azithromycine aurait un effet sur les patients gravement malades atteints de pneumonie virale. Et il y a des preuves indirectes que non ; sinon, nous entendrions parler de la façon dont le ou les médicaments ont guéri ou aidé des personnes vraiment malades. Il y a d'autres problèmes avec cette étude, mais comme aucun impact sur la fonction pulmonaire n'a été pris en compte, il est difficile de conclure que les médicaments ont apporté un quelconque avantage.

 

Et une étude chinoise sur 30 patients ne prouve pas que la HCQ fonctionne. Ou que ce n'est pas le cas. Les deux groupes, témoins et traités, n'ont montré aucune différence dans la quantité de virus dans la gorge au septième jour, la durée de la fièvre. Il y avait une différence apparente dans la progression de l'infection (déterminée par radiographie) dans les deux groupes, mais cela signifie peu car 5 patients traités sur 15 ont vu leur état s'aggraver contre 7 sur 15 dans le groupe témoin. Cet effet pourrait facilement être dû au hasard et n'avoir rien à voir avec le médicament. De plus, cet essai ne comprenait pas d'azithromycine, il n'est donc pas comparable à l'essai français.

 

Conclusion : Il n'y a rien d'encourageant ici, du moins jusqu'à présent. S'il y avait un effet de la HCQ sur la maladie, il a été minime. La HCQ peut être plus sûre que la CQ, mais cela n'a pas d'importance si les médicaments sont inefficaces. Cependant, jusqu'à présent, rien n'exclut la possibilité que l'un de ces médicaments se révèle efficace une fois qu'il a été étudié correctement.

 

______________

 

* Le Dr Josh Bloom est vice-président exécutif et directeur des sciences chimiques et pharmaceutiques. Il vient du monde de la recherche de médicaments, où il a effectué des recherches pendant plus de 20 ans. Il est titulaire d'un doctorat. en chimie.

 

Source : https://www.acsh.org/news/2020/03/25/will-hydroxychloroquine-chloroquines-safer-cousin-make-coronavirus-cut-14663

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

un physicien 31/03/2020 17:18

https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2764074?guestAccessKey=366cdb32-fb88-4bad-bc99-40584cffdda6&utm_source=silverchair&utm_medium=email&utm_campaign=article_alert-jama&utm_content=olf&utm_term=033020

Sny 02/04/2020 21:17

Article très intéressant qui pose bien le dilemme entre l'action et la connaissance.

Peut-être que l'hydroxychloroquine ne donnera rien (...ou marchera) mais j'ai franchement du mal à comprendre cette attitude qui consiste à NE jurer QUE par les tests en double aveugle dans de pareilles circonstances. On dirait que certains médecins ont du mal à changer de logiciel devant cette situation exceptionnelle.

Albert Amgar 30/03/2020 13:00

Méthode d'investigation : dès qu'on a pensé quelque chose, chercher en quel sens le contraire est vrai. Simone Weil, La pesanteur et la grâce.

un physicien 30/03/2020 10:55

Pour tous ceux qui considèrent que l'absence de bras placebo chez Raoult est scandaleuse, je signale que l'étude Solidarity de l'OMS est également sans bras placebo en raison de l'urgence.

un physicien 29/03/2020 21:32

Bonjour Seppi
Nous sommes dans une situation de peur et d'incertitude, nous sommes menacés par un danger certain et que nous connaissons très mal. Dans ce genre de situation, il est normal qu'il existe plusieurs logiques différentes toutes justifiées. La première nécessité est de garder l'esprit ouvert et de se garder des anathèmes et des insultes. Il faut essayer de comprendre, d'intégrer toutes les contributions et de tirer le maximum des quelques informations que nous avons. Et ignorer tout ce qui relève de l'anecdote.

La discussion s'est beaucoup portée sur la significativité statistique des résultats publiés par Raoult.(tu sais que je suis le premier à râler contre les stats pourries). Je pense qu'un point essentiel a été oublié : compte tenu de la complexité du problème, nous n'aurons JAMAIS la belle étude dans les règles. Ou alors si tard ...

Il faut donc faire avec les bribes d'info que nous avons. Force est de constater que Raoult est le seul à avoir présenté des données. Quoi qu'on pense de l'interprétation, ces données sont sincères et objectives. Et elles montrent quelque chose et peuvent être comparées à d'autres effectuées ailleurs. A condition que "ailleurs" accepte la confrontation des données ...

C'est la seule issue que j'entrevois à la crise de confiance massive qui s'annonce : Faire un point d'étape ouvert où les résultats partiels soient montrés. Si quelqu'un, quelque part a constaté une baisse de charge virale comparable ou un autre signe positif qu'il le dise et les patients accepteront d'essayer aussi ce traitement. Sinon il n'y aura peut être plus d'étude possible.

Raoult s'était aussi étonné de la rareté des tests. Il semble qu'il y ait plen de labos vétérinaires ayant les capacités d'en faire, mais pas l'autorisation ...

Albert Amgar 30/03/2020 14:51

C'est exact : L'Etat refuse l'aide du laboratoire vétérinaire d'Indre-et-Loire capable de réaliser 1.000 tests par jour, https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/l-etat-refuse-l-aide-du-laboratoire-veterinaire-d-indre-et-loire-capable-de-realiser-1-000-tests-par-1585240876

Coq de France 30/03/2020 00:35

@un physicien29/03/2020 21:32

Je vous dis merci, merci pour votre prise de conscience, merci pour votre ouverture d'esprit.
Je comprend que le monde scientifique souhaite la belle étude, mais nous vivons une situation tellement particulière et dangereuse qu'il est nécessaire de faire l'impasse sur certain protocoles et de compter sur les compétences la pratique de sommités comme le Pr Raoult afin d’être le plus réactif possible face a ce virus.

Je souhaite et j'aimerais de tout cœur que votre démarche soit comprise et entendu par l’ensemble de vos pairs afin de tordre le coup aux histoires d'égo, car seule l'unité nous fera gagner contre ce fléau qui connait une croissance vertigineuse.

Le Pr Raoult à développer un protocole qui semble particulièrement prometteur, à coté nous n'avons rien d'autre et dans l'attente de peut être voir mieux sauvons des vies avec le protocole Raoult ;ceci dans le respect de sa version originale et non avec une bidouille comme certain ont commencés.
Merci encore.

Coq de France 30/03/2020 00:15

un physicien29/03/2020 21:32

Albert Amgar 29/03/2020 20:19

Un tweet du Pr Raoult (https://twitter.com/raoult_didier/status/1244237477826703360) signale :
1003 patients traités à l'IHU Marseille avec le protocole hydroxychloroquine-azithromycine. Notre priorité est de guérir les patients diagnostiqués positifs au COVID-19. Merci aux équipes de diagnostic et de soin qui se mobilisent jour et nuit.