Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« 1.000 scientifiques » dans le Monde... « 1.000 technocrates » dans les Échos... ou 1.000 irresponsables ?

26 Mars 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Activisme, #critique de l'information

« 1.000 scientifiques » dans le Monde... « 1.000 technocrates » dans les Échos... ou 1.000 irresponsables ?

 

 

(Source)

 

 

Le Monde a publié le 20 février 2020 (date sur la toile) une tribune, « L’appel de 1 000 scientifiques : "Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire" » (texte complet ici).

 

En chapô, sans doute de la rédaction :

 

« Faisant le constat de l’inaction des gouvernements face à l’urgence écologique et climatique, près de 1 000 scientifiques de toutes disciplines appellent, dans une tribune au « Monde », les citoyens à la désobéissance civile et au développement d’alternatives. »

 

Notons que la « désobéissance civile » n'est pas la « rébellion ».

 

C'est une tribune hallucinée et hallucinante.

 

À sa lecture, et si on omet les éléments de langage incantatoires, on doit comprendre que les signataires ne sont pas prêts à abandonner les commodités de la vie actuelle, juste les futures :

 

« Continuer à promouvoir des technologiessuperflues et énergivores comme la 5G ou la voiture autonome est irresponsable à l'heure où nos modes de vie doivent évoluer vers plus de frugalité et où nos efforts collectifs doivent être concentrés sur la transition écologique et sociale. »

 

Cela ne les empêche pas d'être des ré-vo-lu-tion-naires :

 

« En conséquence, nous appelons à participer aux actions de désobéissance civile menées par les mouvements écologistes, qu'ils soient historiques (Amis de la Terre, Attac, Confédération paysanne, Greenpeace... ) ou formés plus récemment (Action non violente COP21, Extinction Rebellion, Youth for Climate... ).

 

Nous invitons tous les citoyens, y compris nos collègues scientifiques, à se mobiliser pour exiger des actes de la part de nos dirigeants politiques et pour changer le système par le bas dès aujourd'hui. En agissant individuellement, en se rassemblant au niveau professionnel ou citoyen local (par exemple en comités de quartier), ou en rejoignant les associations ou mouvements existants (Alternatiba, Villes en transition, Alternatives territoriales... ), des marges de manœuvre se dégageront pour faire sauter les verrous et développer des alternatives. »

 

Faut-il prendre cela au sérieux ? Oui ! Mais pour la déliquescence intellectuelle, morale et civique ainsi manifestée... dans les milieux académiques et de la recherche. Ce genre de gesticulation est momentanément dépassé par la crise du Covid-19, mais nul doute que le prurit « écologiste » et décroissantiste redeviendra d'actualité plus tard.

 

Un philosophe, M. Serge Champeau, s'en est ému dans les Échos, dans « Opinion | Crise écologique : le dangereux appel à la "rébellion" des 1.000 technocrates ». Il juge l'initiative « dangereuse tant elle repose sur une argumentation typiquement technocratique ».

 

On peut le suivre quand il écrit :

 

« Les signataires se rangent sans hésiter derrière les dénonciations les plus simplistes des mouvements populistes : les politiques sont des incapables, des irresponsables et des hypocrites. À aucun moment le texte n’envisage que les gouvernements démocratiques ont à arbitrer entre des exigences contradictoires (la réduction de l’empreinte carbone et la sauvegarde de l’emploi, par exemple) et que cette tâche complexe et délicate ne se fait pas en un jour, sauf à renoncer à la démocratie. »

 

Ou encore quand il dénonce :

 

« ...la rhétorique antilibérale et anticonsumériste qui anime la tribune, la nature des organisations proposées comme modèles (Attac, Extinction Rebellion...) – tout montre que les signataires entendent faire triompher une analyse politique particulière, cela en instrumentalisant la science. »

 

Quoique... pour l'instrumentalisation de la science, il n'y a guère que leur auto-définition en représentants « des disciplines et domaines académiques différents ». Plus pertinente est la dénonciation de l'atteinte à la science :

 

« Instrumentaliser la science, comme le font les signataires, risque de se retourner contre eux en suscitant injustement des doutes sur leurs recherches et sur la science en général ("voyez, l’avis des experts n’est rien d’autre qu’une opinion parmi d’autres, et toutes les opinions se valent"). »

 

Mais c'est à condition de généraliser.

 

En définitive, ces gens sont des irresponsables.

 

 

 

 

(Source)

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paul Aubrin 28/03/2020 06:45

L'urgence qui conduit a vouloir imposer un changement radical de société n'est peut-être pas aussi fondée "scientifiquement" que cela.
Dans une publication parue en janvier 2020, trois chercheurs étudient l'influence de deux paramètre importants sur la pénalité que coût l'émission d'une tonne de dioxyde de carbone : l'effet de fertilisation par le CO2 sur la végétation et la sensibilité à l'équilibre (ECS). Ils constatent que si les valeurs empiriques récentes de ces paramètres sont pris en compte, le "coût du carbone" change beaucoup. Il est beaucoup plus bas que ce que l'on avait hypothétisé à la fin du 20ème siècle, voire même négatif (bénéfique).
https://link.springer.com/article/10.1007/s10018-020-00263-w
NB: l'un des auteurs est l'économiste de l'environnement et statisticien Ross McKitrick dont les arguments statistiques et méthodologiques avaient mis à mal la reconstruction millénaire de températures de Michael Mann.

Seppi 29/03/2020 15:41

@ Paul Aubrin le samedi 28 mars 2020

Bonjour,

Merci pour votre commentaire et le lien.

Le résumé de l'article ne m'a pas incité à aller plus loin...

max 26/03/2020 14:57

Et comme tous ceux qui veulent nous faire passer dans un nouveau modèle et à un mode de vie frugale. Ils n'ont absolument rien changer à leur propre mode de vie. La décroissance et la frugalité c'est pour les autres, pas pour les sages qui nous guiderons. Les dictatures ont tous suivis ce modèle.

Seppi 29/03/2020 14:50

@ max le jeudi 26 mars 2020 à 14:57

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Vous avez probablement raison. Parmi les signataires, si l'on exclut les doctorants honteusement exploités, il y en a peu qui doivent rouler en vieux diesel comme les gilets jaunes pour se rendre au turbin (enfin je parle des gilets jaunes qui ont un turbin).

douar 26/03/2020 14:25

Etant donné les circonstances, ce timing est absolument remarquable: il permet de voir la vacuité de leur prose, au moment où les français redécouvrent les besoins primaires.
Dans le même genre, un article de la France Agricole du 13 mars , "Une France toute bio?" qui paraît aussi délicieusement décalée avec des données d'économiste de l'INRA et du conditionnel à tous les étages.
Forcément, ça va bien se passer.

Seppi 29/03/2020 14:18

@ douar le jeudi 26 mars 2020 à 14:25

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Et merci pour la référence. Je l'avais raté ! Une étude anglaise que j'ai commentée sur ce site trouvait 40 % de moins pour l'énergie et les protéines...

Marc 26/03/2020 11:00

Bonjour, ils prônent la désobéissance civile pour pouvoir mieux instaurer leur politique. Cela ressemble aux révolutionnaires communistes et nous avons vu ce qu'il en est advenu ! Tous ces "chercheurs" sont rémunérés par qui ? par nos impôts ? pour beaucoup d'entre eux, leurs publications scientifiques doit se limiter à 2 ou 4 articles tous les 10 ans et dans des revues connues uniquement par eux. Je conçois qu'il faille une recherche fondamentale, mais une recherche appliquée c'est mieux.

Seppi 29/03/2020 14:10

@ Marc le jeudi 26 mars 2020 à 11:00

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Il faudrait voir le pedigree de tous ces gens pour se faire une idée solide.

Quant à la désobéissance civile, au-delà du slogan (à la mode), il faudrait voir ce qu'ils en entendent.

Ce texte est "d'une vacuité intellectuelle thunbergienne", et il doit être dénoncé comme tel.

un physicien 26/03/2020 09:56

Texte typique d'une vacuité intellectuelle thunbergienne : faites Quelque Chose sans la moindre suggestion de ce que cela peut être.

Le cocasse (quoique) est que cette tribune est publiée la veille de la fermeture d'un réacteur de Fessenheim qui va envoyer des millions de tonnes de CO2 supplémentaires dans l'atmosphère.

Seppi 29/03/2020 14:06

@ un physicien le jeudi 26 mars 2020 à 09:56

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

"I concur", comme aurait écrit Kofi Annan, au moins du temps où il était au HCR.