Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Fin de la Miviludes, prélude à une explosion du charlatanisme alimentaire et pseudo-médical ?

31 Octobre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

Fin de la Miviludes, prélude à une explosion du charlatanisme alimentaire et pseudo-médical ?

 

 

Nos pérégrinations cybernétiques nous ont mis sur la piste de « Qui veut la peau de la Miviludes ? » sur le site Menace Théoriste – Esprit Critique & Zététique, et sur sa déclinaison dans le domaine de la santé, « Disparition de la Miviludes : où est la rationalité ? » dans le JIM, Journal International de Médecine (ses réflexions sur « Rationalité et santé publique : une rime loin d’être parfaite » sont particulièrement intéressantes).

 

Copions-collons du premier :

 

« La Miviludes est / était la Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. Cet organisme de l’État français, créé en 2002 sous l’autorité du Premier ministre est unique au monde. Ses fonctions sont définies par le décret de 2002 qui l’institue :

 

  • Observer et analyser le phénomène des mouvements à caractère sectaire dont les agissements sont attentatoires aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales ou constituent une menace à l’ordre public ou sont contraires aux lois et règlements ;

     

  • Favoriser, dans le respect des libertés publiques, la coordination de l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre de ces agissements ;

     

  • Développer l’échange des informations entre les services publics sur les pratiques administratives dans le domaine de la lutte contre les dérives sectaires ;

     

  • Contribuer à l’information et à la formation des agents publics dans ce domaine ;

     

  • Informer le public sur les risques, et le cas échéant les dangers, auxquels les dérives sectaires l’exposent, et faciliter la mise en œuvre d’actions d’aide aux victimes de ces dérives ;

     

  • Participer aux travaux relatifs aux questions relevant de sa compétence menés par le ministère des affaires étrangères dans le champ international. »

 

À ce stade, les informations semblent encore ambiguës, mais une chose est sûre : la Miviludes, mission interministérielle placée sous l'autorité du Premier Ministre, sera dissoute au 31 décembre 2019... À moins que... on peut encore rêver. Selon par exemple 20 Minutes, ses fonctionnaires – dont l’effectif devrait être réduit – seront rattachés au Ministère de l’Intérieur et la Miviludes (enfin, son cadavre) devrait fusionner avec le Secrétariat Général du Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (SG CIPDR).

 

 

Cette restructuration est-elle synonyme de renforcement des capacités ou démantèlement ? Nous verrons. Mais la seule disparition de la « marque » Miviludes, devenue notoire, est une catastrophe.

 

C'est la perte d'un repère important pour les victimes d'agissements sectaires et leurs parents et amis. Et c'est aussi un message implicite aux apprentis gourous, manipulateurs et escrocs – une très mauvaise nouvelle dans notre monde hyperconnecté et en perte de repères.

 

La Menace Théoriste nous propose une analyse de l'échiquier social et politique introduite par :

 

« Dans cet article, nous ne tenterons pas une confrontation idéologique, nous allons simplement douter de l’honnêteté et de l’indépendance intellectuelle des personnes qui prennent la décision de frapper la lutte anti-secte, parce qu’à ce stade le doute nous semble une étape nécessaire. Nous vous laisserons juges de ce que ces doutes vous inspirent. »

 

« Simplement » ? Quand on écrit en intertitre :

 

« Regardons le gouvernement sous l’angle de la question de l’entrisme sectaire dans les milieux décisionnaires. »

 

Suivent une série de constats. Pris un à un, ils ne signifient pas encore un problème d'infiltration et de corruption de l'action gouvernementale et administrative. Mais quand la liste s'allonge, les « chances » d'y trouver un vrai problème augmentent.

 

Que penser d'un Didier Guillaume, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, qui vante les mérites de la viticulture « biodynamique » ? Bêtise ? dysenterie verbale ? adhésion au charlatanisme ?

 

Que penser d'un Ministère de l’Agriculture qui a fait l’apologie de la biodynamie sur son site ?

 

« A fait » est à double sens ici : l'apologie a précédé l'arrivée de M. Didier Guillaume et une page est indisponible à l'heure où nous écrivons (mais pas l'autre). Pouvons-nous – rationalistes – nous en attribuer les mérites ? Si oui, formons le vœu que cela se reproduise avec la Miviludes.

 

 

 

 

Le soupçon – ou les seules inquiétudes – que les sphères gouvernementales soient infiltrées et manipulées est une affaire grave.

 

Tout aussi grave est ce constat relevé par la Menace Théoriste :

 

« Interrogées, des agents de la Miviludes nous confient :

 

"il y a de plus en plus de cas graves". "Il y a beaucoup d’escrocs dans les salons Bio (…) On constate de l’entrisme dans les milieux décisionnaires.", "Il y a de grandes puissances financières impliquées". »

 

Nous avons écrit un court billet à ce sujet, « Salon Marjolaine du bio et des fakemed », avec une hallucinante vidéo de Science et Avenir. Et conclu :

 

« Nos autorités responsables de la santé – et même de la vie économique – feraient bien de s'inquiéter aussi. »

 

S'inquiéter en dissolvant la Miviludes ?

 

 

Nous adhérons à la finale de la Menace Théoriste et tenons à la partager :

 

« Gare aux conclusions hâtives

 

Rien de toute cela ne permet d’affirmer que l’enterrement de la Miviludes via sa décapitation et la dispersion de 4 agents parmi les 12 actuels dans des ministères séparés soit l’œuvre d’une volonté gouvernementale de favoriser des dérives sectaires avec lesquelles des ministres – et peut-être jusqu’au Président – ont des relations complaisantes, voire complices.

 

Sans vouloir faire de prétérition, il ne nous appartient pas de porter de telles accusations, car il faudrait pouvoir les supporter à l’aide d’un travail d’enquête qui réclamerait les efforts de journalistes chevronnés.

 

En revanche nous sommes libres de constater que toutes les décisions prises par les autorités depuis l’arrivée de ce gouvernement concourent à établir et à alimenter ces soupçons.

 

 

(Source de l'original)

 

 

Le gouvernement ne devrait pas vouloir devenir suspect de faire la part belle à des intérêts sectaires. La communauté rationaliste-sceptique pourra difficilement être taxée de nourrir une pensée conspirationniste. Il sera difficile au pouvoir de disqualifier nos critiques à l’aide d’une loi Anti-Fake News bricolée pour répondre aux inquiétudes d’élus visant leur ré-élection. Pour éviter que des doutes légitimes ne conduisent à rejoindre le cortège déjà massif des mécontents vêtus de jaune une large communauté attentive à la culture scientifique, à la probité rhétorique, à la défense des plus fragiles face aux manipulations mentales et à la circulation d’idées virales et dangereuses, le gouvernement devrait faire le choix de renforcer les effectifs de la Miviludes afin de la rendre mieux apte à traquer jusque sur la scène internationale les méfaits des mouvances sectaires, à et enquêter sur plus de signalements impliquant des enfants en danger, des malades manipulés, des enseignements extrémistes, des radicalisations inquiétantes…

 

Le gouvernement, s’il se paie la Miviludes pour des raisons idéologiques ou spirituelles, fera la part belle aux sectes qui n’en attendaient pas tant, mais il donnera aussi le coup d’envoi à de nouveaux soupçons et décuplera la motivation des sceptiques à dénicher les raisons cachées derrière une décision qui colle trop bien avec un scénario de cinéma où l’influence sectaire s’infiltre jusqu’au sommet du pouvoir et détruit de l’intérieur les instances capables de la reconnaître pour ce qu’elle est et de la traquer.

 

Nous assistons peut-être à la réussite d’un complot, d’un vrai, celui des sectes ésotériques contre la démocratie. »

 

 

(Source)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

max 06/11/2019 14:58

Une nouvelle pièce qui renforce le doute que notre gouvernement cherche à favoriser certains intérêts sectaire.
https://www.lefigaro.fr/societes/la-patronne-de-boiron-a-l-offensive-pour-defendre-l-homeopathie-20191105

Seppi 10/11/2019 13:24

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Effectivement… "La directrice générale de Boiron fait partie de la délégation officielle conduite par le président français en Chine."

Jopari 01/11/2019 02:10

L'ancienne ministre de la culture avait ouvert une école Steiner. Il y a aussi les milieux de la scientologie à l’œuvre.

La disparition de la Miviludes doit ravir Séralini et ses employeurs dirigeants d'IVI, ainsi que le docteur Joyeux.

Seppi 10/11/2019 15:02

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

S'il n'y avait que l'école Steiner… Il suffit de voir le catalogue d'Actes Sud.