Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Arrêté « antipesticides » de Langouët : c'est encore plus grave !

27 Août 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Politique, #critique de l'information

Arrêté « antipesticides » de Langouët : c'est encore plus grave !

 

 

Dans un précédent billet, nous avions conclu que notre démocratie était en danger pour trois raisons :

 

  • parce qu'une fraction non négligeable de la classe politique soutient une action municipale qui constitue un défi à l'ordonnancement des pouvoirs dans notre démocratie ;

     

  • parce qu'il y a confluence, sinon collusion, « de l'indigence intellectuelle et civique de bien des membres de la classe politique, du manque de scrupules d'un activisme pour qui la fin justifie les moyens et du manque de discernement de la plupart des médias » ;

     

  • parce qu'il y a un manque de réponse efficace, voire de réponse tout court, à cette situation.

 

Nous étions à mille lieues de penser que cette affaire – dont le fond a été qualifié par l'AFP d'« action de désobéissance civile de la part de l’élu breton et d’une vingtaine d’autres maires français » – était encore plus grave.

 

C'est que le Président de la République Emmanuel Macron – que les médias ne cessent de qualifier de « Chef de l'État », du titre officiellement porté par le maréchal Pétain lorsqu'il était à la tête du régime de Vichy – a cru bon de commenter longuement l'actualité.

 

Mais auparavant, voici quelques compléments à notre billet.

 

 

Sus aux produits « de synthèse »

 

L'arrêté interdisant l'utilisation de pesticides à moins de 150 mètres des parcelles cadastrales contenant des locaux d'habitation ou professionnels s'applique – évidemment – aux seuls produits de synthèse, « à l'exception des produits à faible risque qui ne font pas l'objet de classement et des produits autorisés en agriculture biologique ».

 

Mais comme l'ont noté les auteurs de ce texte dans leur considérant 19, ce serait admissible car

 

« [...] le principe d'égalité devant la loi ne s'oppose pas à la promulgation de normes n'autorisant des épandages dans des zones déterminées qu'avec des produits autorisés en agriculture biologique (Conseil constitutionnel, décision n°2018-771 DC du 25 octobre 2018, considérant n°24) ».

 

C'est en application des thèses, maintenant indurées, qui veulent que « de synthèse », c'est mal et dangereux et « biologique », bien et inoffensif...

 

On appréciera donc la perspicacité des auteurs qui ont cru bon d'ajouter le considérant suivant :

 

« l7 - Considérant que la détermination des distances à respecter pour les opérations d'épandage doit prendre en compte le fait que les effets toxiques des substances qualifiées de perturbateurs endocriniens et ceux des nanoparticules se manifestent même à une faible dose d'exposition. »

 

Dites par exemple : « huile de neem »... chut...

 

 

150 mètres, le rayon d'action du moustique tigre

 

Et, d'une manière plus générale, dites « moustiques ». Cette interdiction dans les 150 mètres tombe du reste très bien pour le moustique tigre et les maladies qu'il véhicule (et qui ne tarderont pas à se propager en France si on n'y prend garde) – dengue, chikungunya, zika... : c'est en gros son rayon d'action.

 

 

 

 

Les troubles à l'ordre public

 

Mais il y a plus fondamental :

 

« 20 - Considérant que plus de la moitié des habitants de la commune appartiennent à des catégories socio-professionnelles possédant un niveau d'informations élevé sur les risques encourus, et que l'absence de prise immédiate de mesures de précaution par l'autorité municipale serait de nature à entraîner des troubles à l'ordre public. »

 

Ce que cela signifie, c'est qu'une entité activiste – y compris le maire d'une commune – peut tout simplement faire du tapage sur un sujet particulier, susciter la « bonne » opinion (dite) publique pour légitimer un arrêté municipal.

 

On pourra aussi se sentir choqué par la référence à « des catégories socio-professionnelles possédant un niveau d'informations élevé [...] » Pour faire court – et vulgaire – on flatte les bobos et on méprise les ploucs...

 

 

Le Président de la République commentateur de l'actualité

 

Le Président de la République Emmanuel Macron a cru bon de commenter assez longuement cette affaire dans un entretien accordé à Konbini le 24 août 2019.

 

 

(Source – c'est à partir de 3:16)

 

 

La mine réjouie et se frottant les mains à l'annonce de la question de M. Daniel Cueff, il n'a pas pu résister à sa propension à faire du « en même temps » :

 

Côté pile :

 

« D'abord, le préfet fait son métier. Il y a des lois, il doit les faire respecter, donc je serai toujours derrière les préfets qui font respecter les lois. […] la solution n'est pas de prendre un arrêté qui n'est pas conforme à la loi, c'est de mobiliser pour changer la loi [...] »

 

Côté face :

 

"Donc Monsieur le maire, il a raison sur ses motivations […] Donc je le soutiens dans ses intentions, mais je ne peux pas être d'accord quand on ne respecte pas la loi, c'est normal, et ça, on va le changer vite. »

 

Et sur la tranche :

 

« Donc c'est à nous de réussir maintenant à changer la loi, d'avoir aussi des discussions avec les agriculteurs, les producteurs, pour que ça leur permette de fonctionner parce que tout ça, ça a un coût pour eux, ça veut dire qu'ils doivent mieux encadrer les choses. »

 

C'est là une déclaration ambiguë, et du reste incorrecte puisque l'objectif réel est de produire un nouvel arrêté relatif à la mise sur le marché et à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques et de leurs adjuvants, celui du 4 mai 2017 ayant été partiellement annulé par le Conseil d'État par une décision du 26 juin 2019.

 

Visiblement, il s'est agi de contenter et de flatter tout le monde, avec une concession – répétée –pour, en définitive, les maires qui font de la résistance contre les instances décisionnelles nationales... à moins que le Président de la République n'envisage de modifier la loi pour permettre des arrêtés municipaux.

 

Soyons clairs : il ne s'agit pas que de pesticides épandus par des agriculteurs à proximité de lieux de vie : tout sujet acquiert une légitimité morale dès lors que le Président de la République Emmanuel Macron considère que le maire (ou un autre édile ayant pouvoir de décision) « a raison sur ses motivations » et que par conséquent lui, Président, […] le soutien[t] dans ses intentions. »

 

Nous sommes là sur une pente glissante, extrêmement dangereuse.

 

Ne faisons pas de comparaison avec une situation politique française hypothétique : il suffit de se tourner, par exemple, vers l'Italie de M. Matteo Salvini.

 

Ajoutons que l'affaire étant sub judice avec une décision devant intervenir sous peu, ces propos relativistes sont fort malvenus.

 

 

Et ce n'est pas tout... les médias...

 

Qu'en ont retenu les médias et qu'ont-il communiqué comme message dans les titres ? Par exemple, de FranceInfo ou encore du Monde (avec AFP) : « Arrêté anti-pesticides : Macron "soutient" le maire breton "dans ses intentions" ».

 

Il est inutile de gloser sur l'impéritie journalistique. Mais on doit s'interroger sur l'attitude du Président de la République – et sans nul doute aussi la compétence et l'éthique de ses conseillers en communication.

 

N'était-il pas prévisible, alors que le contexte médiatique est parfaitement clair, que des propos du Président on allait extraire son soutien à un maire « dans ses intentions » qui s'est livré selon l'AFP à une « action de désobéissance civile » ?

 

Volontaire ou pas volontaire ? Dans les deux cas notre démocratie a mal.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

what else 27/08/2019 21:56

fm06 les agriculteurs sont surtout victimes d'un piège de type miroir aux alouettes.

Les lobbyistes font depuis des décennies un tapages énorme de préconisation sur les poisons inutiles que sont les pesticides. Les exploitants ont donc écouter ces recommandation, aujourd'hui les agriculteurs souffrent de plus en plus financiérement et courent vers la ruine la preuve faite par la triste ascension des suicides dans le milieu. Merci aux lobbyistes gros gagnants du système sur fond de vie écourtées par leur piège.

Seppi 02/09/2019 19:57

@ max le samedi 31 août 2019 à 19:12"

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

"Pas de références…" apparaît huit fois…

Mais il faut avoir la foi... "Ce n’est pas parce qu’on ne l’explique pas scientifiquement que ça n’existe pas !" -- Claude Gruffat, ci-devant PDG de Biocoop, en attente de siège au Parlement Européen… Dieu que nous sommes bien représentés...

Seppi 02/09/2019 14:31

Merci à tous les contributeurs qui ont répondu à cette nouvelle bouse du Fregoli qui signe ici "what else".

Au fait, il croit me voir dissimulé sous d'autres pseudos comme "il est là"... Syndrome de Fregoli? Faut consulter Lionel...

max 31/08/2019 19:12

"Heureusement pour les lobbyistes qu'il y a le cuivre inutile en agriculture pour leur apporter de l'eau à leurs moulins et les faire baver !"

Pas que le cuivre. J'aime ceux qui comme remarque "Pas de références en termes d’efficacité", on met ça mais sais pas si ça marche.
http://www.grab.fr/wp-content/uploads/2018/04/5-Liste-phyto-bio-maraichage-2018.pdf

what else 28/08/2019 14:57

Heureusement pour les lobbyistes qu'il y a le cuivre inutile en agriculture pour leur apporter de l'eau à leurs moulins et les faire baver !
"Les surfaces en bio ou en conversion bio sont considérées comme des surfaces non traitées "
Bien évidement puisque ces surfaces ne reçoivent aucun produit phytosanitaire de synthèse.
De plus comment voulez calculer un IFT sur des parcelles qui ne reçoivent aucun produit phytosanitaire de synthèse?

L'étude puisque cela vous intéresse faite là cela occupera votre retraite.
Au passage vos lacunes ressemblent étrangement à celle de W.S
Pas besoin de passer mon temps à chasser et à cueillir ma pitance puisque je la produit.
Ha parce que votre tablette ou votre PC ne sont pas consommateur de métaux rares et autres cochonneries polluantes naturelles et renouvelables ??? Dites le vite car ceci intéresse énormément de personnes

max 28/08/2019 12:28

"et courent vers la ruine la preuve faite par la triste ascension des suicides dans le milieu. "

Tandis que le tabassage fiscal, administratif et normatif institutionnalisé par un états vorace et encouragé par des ONG écolos, tous ça couplé d'un bon agribashing ni sont évidement pour rien. C'est les pesticides (uniquement de synthèses, les autres ça passe) qui sont responsable bien sur.

max 27/08/2019 14:45

Un maire militant et opportuniste, des associations militantes, championnes de la com et de l'arnaque (campagne glyphosate, coquelicots et génération future), des médias militants et incompétents, des politiques opportunistes et un président opportuniste et incompétent. Ce n'est pas seulement la démocratie qui a mal (ce qui est pourtant déjà trop) mais aussi la raison.

Seppi 07/09/2019 13:58

@ max le mercredi 04 septembre 2019 à 10:48

Bonjour,

Merci pour votre commentaire et pour le lien qui m'a été fort utile.

Dommage que la médiatisation de cette initiative ait été bien faible.

max 04/09/2019 10:48

Des agriculteur du Morbihan se défendent contre les maires et leur traité (de mairede) et contre les pisseurs involontaire. Un mouvement que j’espère voir prendre l'ampleur.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/morbihan-pas-de-glyphosate-dans-les-urines-des-agriculteurs-6503018

Seppi 02/09/2019 19:41

@ max (email) le samedi 31 août 2019 à 11:10

Bonjour,

Merci pour votre commentaire et l'info.

Ce qui est le plus écoeurant, c'est que des journaux acceptent de publier ce genre de torchon, surtout que c'est un appel à enfreindre nos règles de droit.

Seppi 02/09/2019 14:21

Bonjour,

Merci pour votre commentaire et le lien.

S'il n'y avait que la condescendance qui est à vomir…

En fait, l'arrêté de Langouet exclut bien les pesticides bios… même pas capable de s'informer correctement !

Et puis dans l'affaire de Villeneuve-de-Blaye, la justice n'a peut-être pas tranché s'agissant des responsabilités, mais il y avait dans les coupables présumés le sulfate de cuivre et le soufre.

Seppi 02/09/2019 13:50

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je suis assez d'accord avec vous. C'est pour cela qu'il faut se battre.

Il est là 27/08/2019 13:59

Euh... excusez moi je ne comprends pas la comparaison de la situation actuelle avec l'Italie de Salvini... vous pouvez m'expliquer SVP ?

Seppi 02/09/2019 13:44

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Soyons donc directs : imaginez comment cette attitude politique qui consiste à donner raison à des gens qui bravent la loi parce qu'ils auraient "raison sur [leurs] motivations" pourrait être exploitée et amplifiée par un gouvernement issu de l'un ou l'autre extrême (j'ajoute qu'appeler un parti politique "la France Insoumise", il faut vraiment oser).

Salvini joue dans ce registre. Qu'importent les règles de droit, il prétend avoir raison dans ses motivations.

fm06 27/08/2019 11:47

Le Président de la République soutient "dans ses intentions" un maire dont l'arrêté est contesté en justice. Serait-ce une violation de la séparation des pouvoirs?

Et "en même temps" il est du côté du préfet qui a porté l'affaire devant la justice. Belle démonstration d'incohérence.

Seppi 01/09/2019 19:39

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je ne suis évidemment pas constitutionnaliste, mais amha la réponse à la question est oui. Violation de la séparation des pouvoirs et interférence dans le processus judiciaire.

Dans une configuration un peu similaire et dans une autre vie, j'aurais utilisé cet argument devant le Tribunal Administratif de l'Organisation Internationale du Travail avec une très sérieuse chance de succès.

On peut soutenir que le juge administratif a suspendu la décision du maire, au lieu de l'annuler comme il aurait pu ou dû, en raison des propos tenus par le PR.

Non, ce n'est pas une démonstration d'incohérence, mais de démagogie.

what else 27/08/2019 13:27

C'est ce que l'on appelle avoir le cul entre deux chaises, ainsi mal assis c'est le meilleur moyen pour ce casser la gueule rapidement...

what else 27/08/2019 10:43

Ces pesticides sont des poisons inutiles pour produire une alimentation de qualité .
Ces pesticides sont des poisons qui ruinent les agriculteurs.
Ces pesticides détruisent la biodiversité.
Ces pesticides rendent malades et tuent les populations.

Seppi 03/09/2019 07:55

Bonjour,

Merci pour votre commentaire et le lien.

La première réponse est d'une logique imparable…

Il cite le Québec et l'Ontario, mais pas l'Alberta...

Seppi 01/09/2019 20:01

Bien entendu, les journaux regorgent d'articles nous informant que des "populations" sont tuées par des pesticides.

Le sulfate de cuivre est inutile pour produire des pommes de terre ou des raisins.

Et puis n'utilisez pas le mot "info" pour désigner ces énormités.

Seppi 01/09/2019 19:42

Euh… pas que les agriculteurs… Quel génie ce Lionel !

Seppi 01/09/2019 19:27

Je laisse ce monument d'imbécillité puisque quelqu'un y a répondu.

Philippe 31/08/2019 20:25

J’ai l’impression de lire du Bonmatin

https://www.goodplanet.info/actualite/2019/05/19/jean-marc-bonmatin-limmense-majorite-des-pesticides-ne-servent-pas-a-grand-chose/