Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Quand M. Robin Mesnage, ex de l'équipe de l'infameuse étude sur les rats de Gilles-Éric Séralini, utilise une étude mise en place pour vérifier indirectement la première...

24 Juin 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Glyphosate (Roundup), #Article scientifique

Quand M. Robin Mesnage, ex de l'équipe de l'infameuse étude sur les rats de Gilles-Éric Séralini, utilise une étude mise en place pour vérifier indirectement la première…

 

 

...et bien, nous sommes ravi !

 

« Relationship between faecal microbiota and plasma metabolome in rats fed NK603 and MON810 GM maize from the GMO90+ study » (relation entre le microbiote fécal et le métabolome plasmatique chez des rats nourris avec du maïs génétiquement modifié NK603 ou du maïs MON810 de l'étude GMO90 +) est de Robin Mesnage, Caroline I. Le Roy, Martina Biserni, Bernard Salles et Michael N. Antoniou. C'est – ou plutôt ce sera – publié dans Food and Chemical Toxicology.

 

Nous sommes ravi qu'il y ait eu une collaboration entre le laboratoire Toxalim (Université de Toulouse, INRA, INP, UPS) et le King's College de Londre.

 

Le résumé :

 

Points forts

 

•  Nous avons évalué les effets du maïs génétiquement modifié NK603 et MON810 sur le microbiote intestinal du rat.

 

•  La composition du microbiote fécal a été associée aux taux de métabolites plasmatiques.

 

•  Aucune différence dans la composition du microbiote n'a pu être attribuée à la consommation de MON810 ou de NK603.

 

•  La consommation de maïs NK603 traité ou non avec du Roundup au cours de la culture a montré des effets comparables.

 

Résumé (nous découpons...)

 

Les problèmes de sécurité liés à la consommation d'aliments dérivés de plantes génétiquement modifiées (GM) restent un sujet controversé.

 

Nous rapportons ici une analyse de la composition du microbiote fécal chez les rats Wistar de l'étude GMO90 +, qui ont été nourris pendant 6 mois avec du maïs NK603 tolérant le glyphosate (avec ou sans application de Roundup) ou du maïs MON810 génétiquement modifiée avec la toxine Bt, en comparaison avec les lignées isogéniques non GM les plus proches.

 

Nous avons d’abord intégré les données de composition du microbiote fécal avec les résultats de la métabolomique plasmatique afin de comprendre quelles espèces bactériennes peuvent influencer le métabolisme de l’hôte.

 

Coriobacteriaceae et Acetatifactor ont permis de prédire de manière significative le profil métabolique plasmatique chez les mâles, alors que Bifidobacterium et Ruminococcus étaient capables de prédire les métabolites plasmatiques chez les femelles.

 

Nous avons ensuite étudié les différences de composition du microbiote fécal entre les groupes de rats nourris avec du maïs génétiquement modifié MON810 ou NK603 par rapport à leurs lignées isogéniques. La richesse des communautés bactériennes n'a pas été altérée par les régimes testés. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative dans l’abondance des taxons dans le microbiote fécal des rats que nous pussions attribuer à la consommation de MON810 ou de NK603.

 

Nous montrons que la consommation des variétés de maïs GM NK603 et MON810 largement cultivées, même jusqu’à 33% de l’alimentation totale, n’a aucun effet sur le statut du microbiote fécal par rapport aux lignées quasi isogéniques non génétiquement modifiées. »

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article