Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Plan de sortie du glyphosate » : le Ministère de l'Agriculture se moque du monde

15 Février 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #Politique

« Plan de sortie du glyphosate » : le Ministère de l'Agriculture se moque du monde

 

mais son « centre de ressources » est instructif

 

 

Alors que la fameuse « start-up d'État » (ce qui était censé l'être) « Glyphosate : objectif 2020 » reste scotché à 11 déclarations de sortie du glyphosate (12 selon la carte de France pointant ces déclarations au niveau départemental – boulette toujours pas corrigée) et 2 déclarations d'intention d'en sortir « d'ici 2020 », le Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a publié un tonitruant communiqué de presse le 1er février 2019, « Plan de sortie du glyphosate : le centre de ressources, mis en ligne ce jour, apporte des solutions concrètes aux agriculteurs ».

 

« Le Gouvernement a engagé en juin dernier un plan d’action pour mettre fin aux principaux usages du glyphosate d’ici 2020 et d’ici 2022 pour l’ensemble des usages. Afin d’accompagner les agriculteurs, un centre de ressources est désormais opérationnel. Il rassemble d’ores et déjà une cinquantaine de solutions techniques alternatives à l’usage du glyphosate, documentées et éprouvées. Cette mise en ligne constitue l’une des premières étapes du plan d’actions dont l’animation a été confiée à une « Task Force » réunissant les ministères chargés de la transition écologique et solidaire et de l’agriculture, l’Inra, l’Acta et l’APCA et présidée par le Préfet Pierre-Étienne Bisch, coordinateur interministériel du plan de sortie du glyphosate. »

 

À en croire ce communiqué, il est toujours prévu d'interdire complètement le glyphosate à l'horizon 2022, alors qu'il est manifeste qu'il y aura des situations sans solutions... Quelle tristesse de voir un ministère en grande partie technique et économique s'obstiner dans la démolition du secteur dont il a la charge.

 

Ils sont tellement fiers de leur « centre de ressources » que, pour y accéder, il faut deviner que ce qui est en gras dans le texte signale un lien. Allons-y... En bas de page : « Découvrez nos ressources pour chacune des 6 filières » – grande cultures, arboriculture, cultures légumières, cultures tropicales, horti-ppam et viticulture... Rien pour la SNCF et autres utilisateurs pour des questions impératives de sécurité (les industriels devant garder propres leurs abords d'usine par exemple).

 

Rien de sérieux non plus pour les cultures tropicales... deux articles pour le moment nous proposant des liens vers des articles dont l'un est corrompu et illisible. Gribouille se moque de nos amis ultramarins et c'est franchement honteux.

 

Additif du 21 février 2019 : le texte s'ouvre normalement avec (au moins) le navigateur le plus utilisé. Toutes mes excuses aux gestionnaires du site.

 

 

 

 

Passons par exemple à l'onglet « grandes cultures ». Un article nous propose les « Alternatives au glyphosate pour la destruction des prairies ». Que nous dit-on ?

 

« L’alternative au glyphosate, et aux solutions chimiques en général, pour la destruction des prairies est la destruction mécanique. Elle peut se concrétiser par un travail du sol profond de type labour, ou par un travail du sol moins conséquent mais nécessitant la combinaison de différentes actions mécaniques avec un ou plusieurs passages d’outils. »

 

Franchement, c'est se moquer du monde.

 

L'article propose aussi une vidéo sur une démonstration de différents outils de destruction de prairies réalisée par le FiBL (Suisse).

 

 

Êtes-vous convaincu de l'efficacité de ces outils et de leur capacité à constituer une « alternative au glyphosate » ?

 

Nous nous sommes également intéressé à « Pratiquer le désherbage thermique ». Une alternative au glyphosate, quand on nous dit par exemple : « Pour les monocotylédones, les vivaces et les adventices ayant un point végétatif au ras du sol (adventices en rosette), l’efficacité est limitée quand le stade est développé » ? Ou : « Tous les auxiliaires qui marchent à la surface du sol peuvent être tués par la technique » ? Ou encore : « Le désherbage thermique coûte relativement cher (120 à 130 euros/ha), c'est pour cette raison qu'il est principalement développé sur des cultures intensives (maraîchage) ou si le produit est valorisé en conséquence (agriculture biologique) » ?

 

 

 

 

Ce site est très intéressant car c'est effectivement un « centre de ressources »... mais pas pour les « alternatives au glyphosate ».

 

Se trouvera-t-il quelqu'un pour glisser à l'oreille de qui de droit que la Macronie fait fausse route ?

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DEPHY 20/02/2019 23:34

Bonsoir,
Comme j’en fais partie, je tenais à apporter deux petites précisions quant à ce qui concerne le réseau DEPHY.
1/ Le témoignage de Vincent Bérêche n’indique pas qu’il n’utilise pas de phytos mais bien qu’il a pu se passer de traitements par d’autres moyens (je veux dire par là qu’il ne dit pas qu’il a remplacé tous les traitements, meme si je comprends votre confusion), et en plus, son témoignage n’est pas repris ici dans sa version originale, étant issu d’une « fiche trajectoire » de 2014, dans laquelle il parle seulement « d’anti-botrytis » et non de « fongicides », voir ici : http://www.ecophytopic.fr/sites/default/files/VITI_CHAMPAGNE_BARNIER_TRAJ_2014.pdf. Ce serait dommage de le

2/ Et ensuite, concernant les DOM, de mon côté le lien vers l’extrait de la brochure DEPHY fonctionne très bien! :) la brochure est d’ailleurs dispo sur EcophytoPIC (le site qui héberge le « centre de ressources »).

Et autrement, pour info, comme vous mentionnez la SNCF, la gestion du centre de ressources à été confiée à des partenaires du monde agricole, avec un contenu ciblé pour ce dernier, et est d’ailleurs herbergé sur le portail EcophytoPIC, administré par l’Acta, qui rassemble des articles techniques et actus issus des travaux de la branche agricole du plan Ecophyto. Ce portail à deux pendants, l’un pour les JEVI (qui concerne donc la SNCF et autres professionnels), l’autre pour les jardiniers amateurs. Il s’agit respectivement d’EcophytoPro (administré par Plantes et Cité) et de Jardiner Autrement (administré par la SNHF).
Des travaux sont donc bien menés pour ces publics non agricoles utilisant des phytos, je n’ai en revanche pas creusé sur le glyphosate en particulier.

Bonne soirée !

Seppi 21/02/2019 17:20

Bonjour,

Merci pour votre commentaire (et son complément).

1. Je partage votre avis. Le problème se situe au niveau du site glyphosate.gouv.

2. Problème de navigateur (Microsoft Edge), mais pb quand même. J'ai corrigé ci-dessus.

3. Merci pour les informations sur les professionnels non agriculteurs et les amateurs. Je constate cependant que la communication du Ministère de l'Agriculture est indigente (sauf si j'ai raté quelque chose).

J'ai jeté un œil dans "jardiner autrement". C'est un peu fort de café de le sous-titrer "Le site de référence pour jardiner sans pesticide". Et question alternatives au glyphosate, c'est apparemment zéro. Idem pour Ecophyto-pro.

DEPHY 20/02/2019 23:36

Un petit morceau de phrase s’est fait la malle au passage, pardon! Sur le témoignage de Vincent B., on reprend : *ce serait dommage de le critiquer sur la base de propos incomplets.*
Bonne soirée bis.

max 15/02/2019 12:10

J'aime bien le témoignage de Vincent Bérêche. Au début il dit se passer de produit phytosanitaire et ensuite il parle de son système de pulvérisation pour l'utilisation des produits de contact. Mais alors il pulvérise quoi s'il n'utilise pas de phyto ?

Seppi 15/02/2019 13:27

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Cela m'avait échappé ! Très drôle !

Quant à votre question, il y a la réponse : des produits DE CONTACT...

yann 15/02/2019 12:05

Pour Info:
je fais parti des personnes qui ont été " invité" a monté a Paris pour "travailler" sur la mise en place de ce site.
Reçu "l'invitation" le 7 ou 8 janvier 2019 pour une réunion de travail à Paris le 16/01/2019!
Cette convocation ne venait pas du ministère de l'agriculture mais elle était signé par le ministère de la transition écologique et solidaire par une "chargé demission......(quand on dit que le ministère de l'agriculture n'a plus la parole sur les sujets agro.......)
En me contactant seulement quelque jours avant la date du 16/01,je ne pouvais bien sur "pas être libre" et j'étais déjà engagé "ailleurs"......

Seppi 15/02/2019 13:22

Bonjour,

Merci pour ce témoignage.

Quand on voit qu'il y a du personnel ministériel qui remet sur le tapis l'augmentation des taxes sur les carburants, on se rend compte qu'il y a un Etat dans l'Etat. Même chez Jupiter...