Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La fille du fermier : « Les insectes sont morts ! » et autres pièges à clics

28 Février 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique, #critique de l'information

La fille du fermier : « Les insectes sont morts ! » et autres pièges à clics

 

Amanda Zaluckyj, AGDAILY*

 

 

Les insectes seraient en voie de disparition...

 

 

Les médias sont notoirement mauvais quand il s'agit d'exposer les recherches scientifiques de pointe. Habituellement, ces histoires prennent la forme de conseils diététiques : les lipides sont mauvais ! Les lipides sont bons ! Les matières grasses ne comptent même pas !

 

Nous vivons dans un monde où les clics comptent. Il faut donc que les gros titres nous incitent suffisamment à ouvrir la page d'un article. Une étude qui a révélé que les chiots sont mignons parce qu'ils ont de grands yeux peut se transformer en titre : «Attention : les chiots contrôlent les humains avec leurs yeux anormalement grands ! ». Ce n'est qu'à la fin que nous découvrirons que nous sommes aussi attachés aux chiots parce qu'ils sont petits et joueurs. Et l'article omettra complètement de mentionner que l'étude était limitée aux seuls Golden Retrievers.

 

Mais le piège à clics concerne aussi l'agriculture. Et parfois, les gros titres qui en résultent proviennent de gens qui ont un agenda.

 

Voici Damian Carrington, rédacteur pour l'environnement au Guardian. Les articles de Carrington prennent souvent une tournure apocalyptique, nous avertissant de la dernière raison pour laquelle la Terre est condamnée, de même que le reste d'entre nous. Cela ne veut cependant pas dire que nous ne devrions pas nous préoccuper des questions environnementales. Nous devrions vraiment le faire ! Mais parfois, il faut évaluer le risque réel en faisant abstraction de la prose dramatique.

 

Le dernier article de Carrington s'intitule « Plummeting insect numbers "threaten collapse of nature" » (la diminution du nombre d'insectes « menace de provoquer l'effondrement de la nature »). Êtes-vous déjà paniqué ?

 

L'article met en évidence les conclusions de la première revue scientifique mondiale sur les populations d'insectes, publiée dans Biological Conservation. Francisco Sanchez-Bayo, de l'Université d'Australie à Sydney, est interviewé par Carrington pour l'article ; il partage quelques statistiques effrayantes sur les insectes, comme le fait que la masse totale d'insectes diminue de 2,5 % par an. Il extrapole ce nombre pour conclure que les insectes pourraient faire partie de l'histoire dans un siècle à peine. Et, évidemment, cela créerait de gros problèmes pour les écosystèmes de la Terre.

 

L'étude met en cause, pour le déclin des insectes dans son ensemble – vous l'avez deviné –, l'agriculture. Les insecticides et l'agriculture intensive (peu importe ce que cela signifie) doivent être abandonnés si nous voulons sauver les insectes – et toute la vie sur Terre. Bien que l’agriculture biologique ait également un impact négatif sur la masse des insectes, Sanchez-Bayo attribue l’ensemble du problème à l’agriculture conventionnelle. Si nous voulons survivre, nous devons y mettre fin et adopter des méthodes de production biologique.

 

Carrington, pour sa part, était heureux d'utiliser une prose exaltée et un titre choquant pour obtenir les clics et devenir viral. Mais il n’a même pas mentionné les faiblesses de l’étude ou le fait que ses conclusions sont limitées. Et, évidemment, Sanchez-Bayo n'allait pas le faire non plus.

 

Alors quels sont les problèmes ? Pour commencer, ce n’est pas basé sur beaucoup. Sanchez-Bayo et son équipe ont passé en revue la littérature disponible. Ils ont donc cherché d'autres études sur le déclin des insectes et ont essayé de tout mettre ensemble. Et ils n’ont trouvé que 73 études, ce qui n’est pas beaucoup, en particulier pour un sujet aussi vaste. Les études provenaient également, pour la plupart, d’Europe, ce qui n’est guère représentatif du monde entier !

 

Les résultats étaient également biaisés en faveur des résultats que Sanchez-Bayo souhaitait obtenir. Comment ? La Finnish Nature Society explique:

 

« Le plus gros problème est que les recherches se sont concentrées uniquement sur l'exploration des populations d'insectes déjà en déclin. Elles ne portaient donc pas sur des populations stables ou en croissance, mais était limitée en matériel de base. C'est donc comme si vous étudiiez la survie de l'espèce humaine et que vous ne choisissiez que des patients souffrant de maladies : cela conduirait à la conclusion que les personnes mourront et qu'il y aura une extinction dans les 10 prochaines années. »

 

En d'autres termes, garbage in, garbage out, camelote à l'entrée, camelote à la sortie.

 

Donc, non, ce n'est pas la fin du monde, du moins pas parce que la population d’insectes de la Terre est en train de disparaître. Les populations d'insectes sont incroyablement nuancées, ce qui nécessite de prendre en compte des facteurs géographiques et d'autres facteurs locaux.

 

L'article de Carrington était totalement déplacé. Non seulement l’étude sous-jacente n’a pas abouti aux conclusions qu’il met en avant, mais il est clair qu’il avait un ordre du jour. C'était un abus de sa position et de sa plate-forme médiatique. Il a publié un article incendiaire, effrayant inutilement les gens et orientant leur colère contre les agriculteurs conventionnels.

 

Malheureusement, de tels actes resteront impunis. Et même si quelqu'un l'interpellait à ce sujet, je suis sûre qu'il mettrait cela tout simplement sur le dos du « piège à clics » ou de quelque chose du genre.

 

_____________

 

* Amanda Zaluckyj blogue sous le nom The Farmer's Daughter USA. Son objectif est de promouvoir les agriculteurs et de lutter contre la désinformation qui tourbillonne autour de l'industrie agroalimentaire américaine.

 

Source : https://www.agdaily.com/insights/insects-are-dead-click/

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

max 01/03/2019 12:52

S'il ne trouve pas les punaises, c'est normal, elles ont élues domiciles dans ma maison.

Seppi 01/03/2019 13:09

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Les punaises… pas vraiment menacées d'extinction...