Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Pratiques agricoles durables : un pionnier argentin du semis direct

30 Décembre 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie

Pratiques agricoles durables : un pionnier argentin du semis direct

 

Roberto A. Peiretti*

 

 

Le Global Farmer Network (Réseau Mondial d'Agriculteurs) a récemment demandé à certains de ses membres de donner leur point de vue sur la durabilité en agriculture. Pour la deuxième semaine consécutive, nous mettons en avant la réponse d’un membre du conseil d’administration du GFN. Roberto Peiretti, d’Argentine, et son épouse Cintia exploitent une ferme dans la province de Córdoba. Roberto est internationalement reconnu en tant que leader dans l'agriculture sans labour et est membre fondateur de l'Aapresid [Asociación Argentina de Productores en Siembra Directa – association argentine des producteurs en semis direct].

 

 

Membre du conseil d'administration du Réseau Mondial d'Agriculteurs – Roberto Peiretti, province de Córdoba, Argentine

 

 

Question : Quelle est votre définition de l'agriculture durable ?

 

Réponse : Un système agricole peut être considéré comme durable dès lors qu’il montre et démontre concrètement sa capacité à associer et satisfaire simultanément les trois principaux axes sur lesquels repose le concept de durabilité : l’économique ; le social ; l'environnemental. En pratique, il est normalement lié à la mise en œuvre des principes de l'agriculture de conservation tels que le système de culture sans labour, la lutte intégrée contre les ravageurs et les mauvaises herbes, le concept de santé du sol, le « Carbon Farming », la gestion efficace de l'eau, etc.

 

 

Question : Quelles pratiques agricoles utilisez-vous aujourd'hui sur votre ferme pour contribuer à la durabilité de votre exploitation et du sol sur lequel vous travaillez ?

 

Réponse : Je cultive mes sols avec le système sans labour (« no till »), et pratique la rotation des cultures, les cultures de couverture ou de service, et tout type de technologies modernes dans la mesure où elles offrent un retour sur investissement positif et fiable non seulement à court terme, mais aussi à moyen et long terme, ce qui est étroitement lié au concept d’ajout à la durabilité du système.

 

Peiretti a parlé dans le monde entier sur le sol et le semis direct.

 

 

Question : Où trouvez-vous des informations sur les pratiques agricoles durables adaptées à votre ferme ?

 

Réponse : Principalement auprès des organisations d'agriculteurs ; en partageant par le biais de la communication entre agriculteurs, également lors des « journées sur le terrain » ou des démonstrations. Les stations expérimentales fournissent des informations et des expériences, ainsi que des informations de base provenant d'universités et de chercheurs. Les entreprises privées jouent souvent un rôle significatif dans ce processus. Pour introduire une nouvelle technologie majeure ou apporter un changement sur mon exploitation agricole, je les teste normalement dans de petites zones et une fois que je me sens à l'aise et confiant sur les avantages du changement ou de la nouvelle technologie (une sorte de procédure d'essai et d'erreur), je me mets progressivement à l'intensifier au sein de ma ferme.

 

 

Question : Comment déterminez-vous les pratiques qui fonctionnent le mieux sur votre ferme ?

 

Réponse : Interagir avec d’autres agriculteurs et rechercher en permanence de nouvelles technologies p armi celles existantes et proposées et de nouvelles façons de faire les choses au sein des stations expérimentales, des sociétés privées, des universités, etc. et une fois que je les ai détectées, je suis en quelque sorte le processus décrit précédemment. [Question et réponse].

 

 

Question : Existe-t-il des technologies spécifiques qui soutiendront la durabilité de votre exploitation agricole ?

 

Réponse : Puisque l’agriculture consiste à gérer un « système complexe », à évoluer et à progresser, nous avons toujours besoin de plusieurs nouvelles technologies issues de différents types et domaines de connaissances et de domaines scientifiques. Le système sans labour, la biotechnologie, la découverte et le développement de nouvelles molécules pour protéger nos cultures contre les insectes, les maladies, etc., ainsi que de nouvelles stratégies pour « nourrir le sol » en tant que « meilleur moyen de fertiliser une culture » (ce dernier point est lié au concept de santé du sol), ne constituent que quelques exemples.

 

 

Peiretti prend également le temps de se renseigner auprès d’autres agriculteurs du monde entier quand il voyage pour donner des conférences.

 

 

Question : Partagez-vous les pratiques agricoles durables que vous utilisez avec d'autres agriculteurs ? Si oui comment ?

 

Réponse : Oui, j’offre fréquemment les connaissances et l’expérience acquises dans ma ferme et j’ai toujours reçu beaucoup de partenaires. J'ai très souvent reçu des agriculteurs et des délégations de mon pays et d'autres pays.

 

Je suis convaincu que c’est le meilleur moyen, le plus rapide et le plus sûr d’éviter les erreurs lors de l’adoption de nouvelles technologies. En tant que présentateur, j'ai souvent participé à toutes sortes de réunions liées à l'agriculture, aux niveaux national et international, offrant mes connaissances et mon expérience et cherchant toujours à acquérir et à apprendre beaucoup de mes partenaires en interagissant, en discutant et en échangeant avec eux.

 

Les entreprises privées liées à l'agriculture, ainsi que les gouvernements ou les institutions officielles dans certains cas, jouent un rôle important dans la promotion, le financement, l'organisation ou le partenariat d'initiatives d'agriculteurs, de réunions, de journées sur le terrain, de parcelles de démonstration, etc. Ces mécanismes deviennent régulièrement un moyen très efficace de faciliter les relations entre agriculteurs et, partant, généraliser les connaissances et les alternatives liées à l'adoption réussie de nouvelles technologies.

 

______________

 

* Roberto A. Peiretti

Agriculteur, Province de Córdoba, Argentine

Roberto Peiretti est un agriculteur de quatrième génération. La cinquième génération est également engagée dans la ferme familiale située dans le centre de l’Argentine, où ils cultivent du maïs, du soja, du blé, de l’orge, de l’avoine, du sorgho et du tournesol sur huit mille hectares. Avec 25 % à 35 % de la ferme produisant deux récoltes par an, ils sont également en mesure d'intégrer régulièrement des légumineuses et de l'avoine comme cultures de couverture. Ingénieur agronome de formation, Roberto est un chef de file des systèmes d'agriculture sans labour, dans leur ferme, et aussi un conseiller et un ingénieur travaillant aux niveaux national et international. Roberto Peiretti est bénévole en tant que membre du conseil d'administration du Global Farmer Network et membre fondateur de l'Aapresid (Association argentine des producteurs de cultures sans labour) et de la CAAPAS (Confédération américaine des associations de producteurs en semis direct). Roberto était l'un des vingt-sept agriculteurs qui ont fondé Bioceres**, une société de biotechnologie liée à l'agriculture. Il est activement impliqué dans la World Association of Soils and Water Conservation (WASWAC Association Mondiale pour la Conservation des Sols et de l'Eau) et a été récompensé par le prix WASWAC Distinguished Extensions Award en 2016.

 

L'anglais est une seconde langue pour la plupart des membres du GFN et les réponses peuvent avoir été légèrement modifiées.

 

** Bioceres et l'entreprise française Florimond Desprez ont créé Trigall Genetics pour développer et commercialiser en Amérique du Sud des variétés de blé incorporant des biotechnologies de seconde génération. L'Argentine pourrait être le premier pays du monde à cultiver des blés présentant une tolérance à la sécheresse – grâce en partie aux investissements et au savoir-faire d'une des plus prestigieuses entreprises françaises du domaine des variétés et des semences.

 

Source : https://globalfarmernetwork.org/2018/06/sustainable-farming-practices-argentinian-no-till-pioneer/

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article