Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les 15 principales avancées en matière de plantes génétiquement modifiées et de modification génétique en Amérique latine en 2017

11 Mars 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #CRISPR, #Politique

Les 15 principales avancées en matière de plantes génétiquement modifiées et de modification génétique en Amérique latine en 2017

 

Daniel Norero*

 

 

 

Sandra Valdés travaille sur des cultures résistantes aux maladies au CIAT. Photo :Neil Palmer/CIAT

 

L'Amérique latine est une région vitale dans la production mondiale de plantes génétiquement modifiées (GM), le Brésil et l'Argentine étant respectivement classés deuxième et troisième producteurs mondiaux. Le Paraguay, l'Uruguay et la Bolivie sont les principaux producteurs de soja génétiquement modifié, le Chili et le Costa Rica étant d'importants pays producteurs de semences en contre-saison. D'autres pays, comme la Colombie et le Mexique, ont encore un énorme potentiel de développement si les nouvelles cultures sont approuvées.

 

En 2017, plusieurs avancées ont été réalisées en termes de recherche et d'expérimentation, de nouvelles approbations commerciales, d'examen des avantages de la technologie et d'efforts de rationalisation des cadres réglementaires. Les 15 avancées les plus significatives dans la région au cours de l'année dernière ont été :

 

 

15. Une université chilienne développe du blé génétiquement modifié avec un rendement et un poids de grain plus élevés

 

Des scientifiques de l'Université Australe du Chili, en collaboration avec des collègues de l'Université de New York, ont cloné le gène de l'enzyme expansine – une protéine qui permet l'allongement des parois cellulaires des plantes – à partir du blé pour obtenir le premier blé transgénique ayant à la fois un rendement et un poids du grain plus élevés. Il devrait également améliorer la qualité industrielle.

 

 

14. Des scientifiques argentins développent des pommes de terre ne brunissant pas et du lait hypoallergénique par édition de gènes

 

Des chercheurs de l'Institut de Technologie Agricole d'Argentine (INTA), une institution publique, ont utilisé des techniques d'édition de gènes pour développer des pommes de terre qui ne brunissent pas et du lait qui n'affecte pas les patients allergiques. Dans le cas des pommes de terre, les gènes codant pour les sucres responsables du processus de brunissement et de la production d'acrylamide – un cancérogène potentiel – ont été réduits au silence, ou désactivés. Dans le cas du lait, le génome d'un veau a été édité pour faire taire les gènes codant pour des protéines qui provoquent des réactions allergiques dans le lait.

 

 

13. Des scientifiques mexicains améliorent l'utilisation des engrais dans les cultures grâce à la biotechnologie

 

Un groupe de scientifiques de Cinvestav-Langebio à Iraputao, au Mexique, a modifié des plantes qui peuvent désormais utiliser efficacement les engrais phosphatés. Le trait permet également à la plante d'utiliser du phosphite, au lieu de phosphate, de sorte qu'elle n'est pas en concurrence avec les mauvaises herbes pour l'absorption d'engrais du sol. Cela se traduit par une réduction de 50 % de l'utilisation d'engrais et d'herbicides, ce qui implique à la fois un rendement plus élevé et une moindre contamination des sources d'eau et une réduction d'autres impacts environnementaux.

 

 

12. Des scientifiques argentins développent des chevaux clonés avec des gènes modifiés

 

Des scientifiques de la société Kheiron, en collaboration avec des chercheurs de FLENI, ont produit des embryons équins clonés, ce qui améliorerait le potentiel des chevaux de polo grâce à la technologie d'édition de gènes connue sous le nom de CRISPR. Les chercheurs ont réalisé des améliorations liées au développement musculaire, à l'endurance et à la vitesse des chevaux, mais l'édition de gènes en combinaison avec la technique du clonage pourrait également être utilisée pour réparer les séquences défectueuses et éliminer les pathologies génétiques.

 

 

Le Brésil est un important producteur de maïs GM. Photo Agricultural Wire

 

11. Des scientifiques chiliens utilisent CRISPR pour étudier la résistance aux maladies du saumon

 

Lors d'une conférence internationale à San Diego, en Californie, des chercheurs chiliens de Favet-Inbiogen ont présenté un travail sur l'application de la technologie d'édition de gènes CRISPR pour produire des changements au niveau des différentes voies génétiques associées à la résistance génétique à des maladies des salmonidés chiliens et norvégiens. Ceci permettrait le développement futur de saumons édités résistants à des maladies, éliminant le besoin d'antibiotiques ou de vaccins.

 

 

10. Manioc, riz et haricots génétiquement édités en Colombie

 

Des scientifiques colombiens du Centre International d'Agriculture Tropicale (CIAT) travaillent à l'édition du génome avec CRISPR. Certaines de leurs applications sont le développement d'un riz et d'un manioc résistants à des maladies et de haricots qui sont plus facilement digestibles pour les consommateurs.

 

 

9. L'Académie Mexicaine des Sciences publie une étude complète sur la sécurité et les avantages des plantes transgéniques

 

Des experts de diverses disciplines et membres de différentes institutions appartenant au Comité de Biotechnologie de l'Académie des Sciences du Mexique (AMC) ont publié un livre, « Transgénicos: Grandes Beneficios, Ausencia de Daños y Mitos » (plantes transgéniques : gros avantages, absence d'effets néfastes et mythes ), dans lequel ils présentent les raisons pour lesquelles les organismes génétiquement modifiés constituent des outils parmi les plus importants et les mieux caractérisés de la biotechnologie moderne et peuvent contribuer à la solution durable de la pollution de l'environnement, entre autres problèmes et demandes de la population dans le monde entier.

 

 

8. Le Paraguay a préservé 500.000 hectares de terres grâce à la plus grande productivité du maïs GM

 

L'un des grands avantages de la biotechnologie agricole au Paraguay en 2017 a été sa compatibilité avec l'environnement. Elle a contribué à augmenter la productivité par hectare de 49 pour cent, ce qui a entraîné la préservation de zones cultivables, selon un rapport de l'Institut de Biotechnologie Agricole (Inbio). Au cours de la dernière campagne de production de maïs au Paraguay, l'utilisation du maïs transgénique a permis de préserver 500.000 hectares de terres.

 

 

7. Une étude montre les avantages des plantes transgéniques en Colombie entre 2003 et 2015

 

Une étude réalisée en Colombie par la société d'agro-conseil brésilienne Céleres a montré que les plantes GM sont un outil très précieux pour les agriculteurs. Les avantages tirés des plantes GM en Colombie de 2003 à 2015 sont résumés comme suit : 1) Réduction de 208,6 millions de litres d'eau, ce qui équivaut à l'approvisionnement de 4.780 personnes ; 2) Économies de 3,1 millions de litres de gazole, ce qui équivaut à 1290 camions retirés de la circulation pendant 12 ans, évitant l'émission de 8.200 tonnes de CO2 et la préservation de 60.600 arbres ; et 3) Les avantages économiques totaux ont été de 237 millions de dollars et les principaux bénéficiaires ont été les producteurs ruraux, qui ont généré 171 millions de dollars, soit 68 % du total.

 

 

6. Une étude menée par un scientifique chilien réfute les quelques rapports d'effets nocifs dus aux aliments génétiquement modifiés

 

Une étude publiée dans Plant Biotechnology par le scientifique chilien Miguel Ángel Sánchez, de ChileBio ,et le scientifique américain Wayne Parrot, de l'Université de Géorgie, a analysé les 35 études/rapports régulièrement cités comme des preuves supposées d'effets indésirables dus à la consommation d'aliments issus de plantes génétiquement modifiées. Chacun a été examiné de près, des erreurs méthodologiques sérieuses ont été identifiées, ainsi que l'accent mis sur quelques événements de transformation, la prédominance de certains groupes de recherche et même des rétractations dues à des fraudes ou à la manipulation de données.

 

 

5. Les ministres du Cône Sud appellent à accélérer l'approbation des cultures GM dans la région et dans les pays importateurs

 

Les ministres de l'agriculture de l'Argentine, du Brésil, du Chili, du Paraguay et de l'Uruguay ont participé à la XXXIVe réunion ordinaire du Conseil Agricole du Sud (CAS) à São Paulo, au Brésil. Lors de ce forum, les ministres ont signé une déclaration sur les nouvelles techniques de sélection et l'accès des produits GM aux marchés tiers. Ils ont reconnu la nécessité pour les pays de la région de travailler ensemble pour intensifier l'échange d'informations sur l'approbation des produits GM, chercher à réduire l'asynchronie dans l'approbation de ces organismes dans la région et, d'autre part, s'efforcer de promouvoir l'approbation des événements génétiques d'intérêt régional sur les marchés tiers.

 

 

4. ABC: Les 3 pays qui ont réglementé les nouvelles techniques de sélection (NBT)

 

Suite au leadership dont ont fait preuve le Brésil et l'Argentine dans l'adoption des cultures transgéniques, les deux pays se placent au premier plan dans la réglementation des plantes éditées avec des NBT, telles que CRISPR. Déjà en 2015, l'Argentine est devenue le premier pays au monde à publier un règlement sur les NBT qui exige une analyse au cas par cas. Elle ne réglementera pas les NBT en tant qu'OGM s'il n'y a pas d'insertion de transgène. En outre, en 2017, elle a publié un règlement pour le cas des animaux dont des gènes ont été édités. Le Chili a adopté une résolution normative pour les NBT en 2017 et le Brésil a publié une résolution en janvier 2018. Les deux réglementent les NBT au cas par cas et les exemptent de la réglementation lorsqu'il n'y a pas d'insertion de transgène. Au Chili et en Argentine, des développements biotechnologiques sont déjà en cours d'évaluation.

 

 

3. Les agriculteurs boliviens exigent de pouvoir cultiver de nouvelles plantes GM pour lutter contre les ravageurs, la sécheresse et les mauvaises herbes

 

La Bolivie a planté du soja GM tolérant à un herbicide depuis 2008, récoltant plus de 1,2 million d'hectares en 2016. Cependant, ses agriculteurs ont exigé ces dernières années que l'on intègre de nouveaux traits tels que la résistance à des ravageurs et à la sécheresse, et approuve de nouvelles variétés GM importantes de maïs, de cotonnier et de canne à sucre. Différentes études ont montré les avantages pour la production et l'environnement que ces nouveaux traits et cultures apporteraient au pays.

 

 

2. L'Équateur approuve l'importation de semences transgéniques à des fins de recherche

 

L'Équateur a adopté une loi qui autorise l'importation de semences génétiquement modifiées à des fins de recherche uniquement (pas pour la commercialisation) en vertu d'une clause de la constitution de 2008 qui, tout en déclarant le pays « sans OGM », comporte une exception qui permet au gouvernement d'autoriser l'entrée de plantes transgéniques dans le pays « seulement en cas d'intérêt national ». Cela facilite les travaux des scientifiques locaux qui travaillent déjà à la mise au point de bananiers GM résistants à des maladies.

 

 

1. Le Brésil approuve la commercialisation d'une canne à sucre GM résistante à des parasites

 

La Commission Technique Nationale Brésilienne sur la Biosécurité (CTNBio) a approuvé l'utilisation commerciale d'une canne à sucre GM résistante à un ravageur [Diatraea saccharalis], marquant une étape importante pour l'industrie sucrière hautement compétitive du Brésil, qui représente environ 50 % du commerce mondial. La variété a été développée par Canavieira Technology Center SA (CTC) et protège la culture contre l'un des principaux ravageurs qui menacent les champs de canne à sucre du Brésil, avec des pertes estimées à 5 milliards de reais pour les producteurs. Ils ont également l'intention d'introduire de nouveaux caractères dans la canne à sucre, tels que la résistance à d'autres ravageurs et la tolérance à des herbicides.

 

_____________

 

Daniel Norero a fondé le mouvement « Sí Quiero Transgénicos » (je veux des OGM) et est chroniqueur pour « Latin American Science ». Il a été lauréat en 2016 du Cornell Alliance for Science Global Leadership.

 

Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/top-15-advances-gm-crops-and-gene-editing-latin-america-during-2017

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article