Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Danger des pesticides dans l'alimentation des Danois = un verre de vin septennal

10 Février 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Pesticides, #Santé publique

Danger des pesticides dans l'alimentation des Danois = un verre de vin septennal

 

 

 

 

 

 

Voilà un article scientifique qui n'impressionnera pas les marchands de peurs et autres prêcheurs d'apocalypse. Il ne saurait, par principe, y avoir une évaluation rassurante... ils nous sortiront donc sans doute l'« effet cocktail »... et puis les auteurs sont de Bayer...

 

Mais cet article s'inscrit dans la longue liste de données sur les réels dangers qui nous menacent.

 

« Refined assessment and perspectives on the cumulative risk resulting from the dietary exposure to pesticide residues in the Danish population » (évaluation plus précise et perspectives sur le risque cumulatif résultant de l'exposition alimentaire aux résidus de pesticides dans la population danoise) de Martin Olof Larsson,Vibe Sloth Nielsen, Niels Bjerre, Frank Laporte et Nina Cedergreen a été publié dans Food and Chemical Toxicology, Volume 111, de janvier 2018.

 

En voici les points forts et le résumé (nous découpons, comme d'hab') :

 

 

 

 

  • Deux nouvelles méthodes ont été combinées pour estimer un indice de danger réaliste dans le pire cas pour les résidus de pesticides dans la population danoise.

 

  • Les méthodes ont permis d'affiner les estimations précédentes, notamment en ce qui concerne les données inférieures à la LOQ (censurées à gauche).

 

  • Évaluation cumulative des risques sanitaires pour la population danoise.

 

  • Perspectives sur le niveau de danger des pesticides ; comparaisons avec les mycotoxines, la caféine et l'alcool.

 

 

Résumé

 

Relativement peu d'études sont disponibles sur des évaluations de risques cumulatifs réalistes pour l'exposition aux pesticides alimentaires. Malgré les études disponibles montrant un faible risque, les préoccupations du public demeurent.

 

Une méthode d'estimation des niveaux de résidus réalistes fondée sur les informations provenant des journaux de pulvérisations et des essais de résidus supervisés a été décrite dans une publication précédente. Le présent article propose une nouvelle méthode pour estimer les niveaux moyens de résidus dans les aliments importés à partir des données de surveillance des résidus et des connaissances sur les pratiques agronomiques.

 

Les deux méthodes ont été combinées pour estimer les niveaux moyens de résidus de pesticides dans 47 produits alimentaires sur le marché danois. L'exposition chronique des consommateurs a été estimée dans six régimes alimentaires danois. La méthode de l'indice de danger (Hazard Index – HI) a été utilisée pour évaluer le risque du consommateur.

 

Malgré l'approche conservatrice (prudente) d'évaluation des risques, de faibles valeurs de HI ont été obtenues. L'HI était de 16 % pour les adultes et de 44 % pour les enfants, combinant le risque de tous les pesticides dans l'alimentation.

 

Conclusion: la présente étude vient étayer les preuves montrant que les effets néfastes sur la santé de l'exposition chronique aux résidus de pesticides dans la population danoise sont très peu probables. Le HI pour les pesticides pour un adulte danois était au même niveau que celui de l'alcool pour une personne consommant l'équivalent d'un verre de vin tous les sept ans.

 

 

Observez la position de l'ennemi public N° 1, le glyphosate...

 

 

Pour la mise en perspective, les auteurs ont produit le graphique ci-dessous qui met en parallèle l'indice de danger des résidus de pesticides et celui des mycotoxines. La comparaison est édifiante, sachant que les mycotoxines représentent un réel danger pour la santé.

 

 

 

 

Et voici la comparaison avec le café et l'alcool.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carl 18/04/2018 23:36

Bonjour,

Un corrigendum a été publié pour cette étude. Le HI pour les pesticides équivaut en fait à un verre de vin aux 3 mois. Ça remet quand même bien en perspective les risques liés aux résidus de pesticides dans l'alimentation, mais l'ordre de grandeur est très différent de l'étude publiée originellement.

Vous pouvez trouver le corrigendum ici : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0278691518300437

Seppi 04/05/2018 19:29

Bonjour,

Merci pour l'information.

J'ai ajouté une petite note sous le titre.

yann 11/02/2018 12:45

Cela fait du bien de voir des scientifiques exposer au grand jour le résultat du paradoxe Ubuesque de la situation atteinte en France grâce aux escrologistes environnementeurs et vrai enverdeurs de nos sociétés. La vérité sur les risques encourus est à l'opposé de leurs discours permanent !
Les chercheurs ont de quoi alimenter leurs exposés sur les paradoxes... !
Il y a aussi simplement: -Les DL 50 (la fameuse dose létale qui tue 50% d'une population)
Par exemple:
En France on se bat avec l'OMS pour ne pas baisser la norme sanitaire comme ils nous le conseil depuis longtemps du ......SEL DE TABLE qui à une DL 50 de 3000 mg/kg !! (rappel pour certains: plus la dose létale est faible plus le produit est mortel).
Dans la famille des triazoles (fongicides) que l'on veut tous retirer des mains des agris, on à le prothioconazole (classé CMR==> produit phyto les plus à" risques" de la pharmacie des agris...)
vendu sous le nom commercial JAO qui à une DL 50 de 6200mg/kg (plus du double de la DL 50 du sel de table).
Donc le sel de table que l'on ingurgite TOUS LES JOURS (exposition maximum) et qui est connu pour être responsable tous les ans, de 15 000 à 27 000 décès "prématurés"(suivant biblio et années) est deux fois plus "mortellement toxique" que certains de nos Horribles produits phytopharmaceutiques pour lesquels l'exposition de la population est elle, proche de zéro !!!
Dans l'actualité les "vérités a l'envers" ne manquent pas ! On a les beaux classements du CIRC ( a l'origine du scandale sur le glyphosate) ! ! ! Là Bravo du grand art à la "n'importe quoi"!!!:
Le CIRC (centre international de recherche sur le cancer) nous à classer en 2015 le glyphosate 2a soit « cancérigène probable » (ne tenon pas compte pour la suite que l'on sait maintenant, ce classement faux ).
Le Super CIRC à classé l’alcool « cancérigène certain » il y a longtemps et cela est validé par tous les toxicologues (qui savent de quoi ils parlent eux).
"Cancérigène certain" (classement de l'alcool) c'est bien plus "grave" dans la nomenclature du CIRC que "cancérigène probable" (classement du glyphosate) .Ce sont même les deux extrémités du super classement du CIRC : "Cancérigène probable" (classement du glyphosate) est le classement le plus bas et "Cancérigène certain" (classement de l'alcool) est le classement le plus haut au niveau du "danger cancer" !
On nous dit que c’est une catastrophe de trouver plus de 5 µg/ l de glyphosate dans l’eau potable !
(en vérité , j'ai multiplié par 50 la "dose en exemple " puisque la norme imposée a ne pas dépassée est de 0.1 µg/l en glyphosate . Si analyse > 0.1 µg/l = eau non potable....mais on n'est pas a sa près pour l"exemple..).
Donc si dépassement de 5 µg/l en glypho un produit classé par le CIRC « cancérigène probable » on est dans une catastrophe sanitaire d’après certain et les médias se déchainent !!!!
Une bière avec 5% d’alcool contient donc 5g d'alcool par litre soit en "µg " 5 million µg/ L d'alcool par litre de bière (à 5% d’alcool).
Zut alors !!
"Cancérigène certain" c'est bien plus "grave" dans la nomenclature du CIRC que "cancérigène probable" oui ou non ?
C'est bien la dose /quantité qui fait le poison oui ou non ? (et nous sommes là, hors polémique sur la "dose avec les P.E. et leurs courbes "non-monotone"puisque ni l'un, ni l'autre n'en sont )
Pour résumer :
Dans de l’eau si on a plus de 5 µg d’un produit classé « cancérigène probable » par le CIRC = catastrophe on va tous "mourir" ALERTE GENERALE!!!
et si on boit ....de la bière avec .........
5 MILLIONS µg d’un produit classé par le CIRC « cancérigène certain »… = A BOIRE AVEC MODERATION !!!!!!!!!!
C'est la quantité du glyphosate (5 µg) MULTIPLIER par 1 MILLION et avec un produit classer par le "super CIRC"au niveau du "danger cancer" le plus élevé/ le plus fort/ le plus dangereux (au choix).
Si on reprend la vraie norme (Norme D.C.E.) de 0.1µg/L que le glyphosate ne doit pas dépasser dans l'eau potable cela fait même en réalité une dose de 50 millions de fois inférieur à la dose d'alcool à BOIRE AVEC MODERATION dans l'exemple ci dessus !!!!!
Pour rappel aussi (je me suis aperçu que tout le monde n'a pas en tête, certains ordres de grandeurs pourtant capitales (et c'est normal car chacun son métier mais...)).
Un facteur de sécurité fois 100 , cela veut dire que si au Canada (c'est un exemple) on applique la règle de sécurité de dire "on ne fait pas de "patins à glace" avant que la glace des lacs ne fasse 15 cm d'épaisseur pour ne pas passer au travers, alors avec un facteur de sécurité 100 supplémentaire d'appliqué (spécialité bien française) on ne va pas sur la glace tant que (15 cm x 100 = 15 mètres) elle ne fera pas 15 mètres d'épaisseur !!!!
Et oui !!! en France on ne fera jamais de patin a glace sur les lacs...!.
Nous, en France, on applique même des facteurs de sécurité de 50 MILLIONS ...à l'envers à l'endroit ,on ne sait plus trop bien comment et surtout c'est le plus grave, on ne sait plus par qui ?
Pour rester dans l'UBUESQUE (mais triste en réalité, pas comme celui de A. Jarry)
On a même, en France, un directeur de recherche national du CNRS, Agronome, (il parait aussi que c'est un spécialiste de l'agroécologie en plus ....si si !) qui nous explique dans la presse que sans désherbage ( et sans tremblé) il peut démontré que les agriculteurs peuvent gagner jusqu'à 30% de rendement en plus dans du colza ou du tournesol...Même les agris bios sont à coté de la plaque sur ce coup là, eux qui se battent pour développer de "super pratiques" en binages pour lutter contre les adventices (et ils y arrivent réellement très bien avec des résultats surprenant maintenant grâce entre autre, à " l'agriculture de précision" (gestion satellite de la localisation à 2cm/précision))
Une petite pensée triste pour Les deux sèvres (et oui cela vient du CNRS de Chizé) qui après avoir subit l'invasion "Royale" , fait encore tristement parler d'elle.
On pourrait aussi parler du rapport de la DGAL sur l'analyse de la disparition des abeilles en 2015 (195 ruches étudiées) que le gouvernement est forcé de caché tellement les résultats qui y sont présentés sont affligeant vis à vis du discours français sur le "sujet abeilles" .
Cela devient vraiment très grave de voir à qu'elle point et à qu'elle "niveau" en France, nous sommes noyautés par l'idéologie de tous styles qui devient gravement mortifère pour nos agriculteurs et l'agriculture en règle générale. Là, la situation devient vraiment inquiétante.
Même devant les preuves de la réalité, nous continuons de nous enfoncer.

Seppi 28/03/2018 14:29

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Il faudra que je me souvienne de ceci et que je le valorise :

« Dans de l’eau si on a plus de 5 µg d’un produit classé « cancérigène probable » par le CIRC = catastrophe on va tous "mourir" ALERTE GENERALE!!!
et si on boit ....de la bière avec .........
5 MILLIONS µg d’un produit classé par le CIRC « cancérigène certain »… = A BOIRE AVEC MODERATION !!!!!!!!!! »