Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« L’"effet agriculteur" : le grand bug de l’épidémiologie » sur Forumphyto

10 Septembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique, #Santé publique

« L’"effet agriculteur" : le grand bug de l’épidémiologie » sur Forumphyto

 

Glané sur la toile 180

 

 

 

 

Dans « L’"effet agriculteur" : le grand bug de l’épidémiologie », M. Philippe Stoop nous propose une démonstration lumineuse sur Forumphyto.

 

« Résumé : Les études épidémiologiques sur les agriculteurs montrent qu’ils ont une mortalité largement inférieure à la moyenne pour les maladies cardio-vasculaires et la grande majorité des cancers. Comme on ne meurt qu’une fois, cela fait mécaniquement remonter leur mortalité pour les autres causes de maladies, mais de combien ? Une simulation très simple montre que cet « effet agriculteur », actuellement non corrigé, est loin d’être négligeable… et pourrait expliquer beaucoup de surmortalités apparentes actuellement attribuées aux pesticides. »

 

Il y a un paragraphe sur le glyphosate qui mérite une large diffusion en ces temps de polémiques sur le renouvellement de son autorisation :

 

« Autre sujet brûlant relevant du même effet : les polémiques sur l’évaluation du CIRC, qui a classé le glyphosate comme cancérigène probable, contre l’avis de toutes les agences sanitaires. Même le CIRC a été obligé de reconnaître dans sa monographie qu’aucune étude prospective n’avait montré le moindre effet sanitaire du glyphosate. Les seules études épidémiologiques à charge produites par le CIRC étaient toutes des études rétrospectives, concernant un seul type de cancer, le lymphome non hodgkinien, avec des risques relatifs là encore compatibles avec un "effet agriculteur". La divergence de vue entre les agences sanitaires et le CIRC sur le glyphosate est révélatrice de l’état du débat scientifique sur ce sujet : les références produites par le CIRC seraient incontestables s’il n’y avait pas ce risque d’"effet agriculteur". Les agences sanitaires sont donc parfaitement conscientes de ce problème, mais ne l’évoquent jamais ouvertement. Il s’agit là d’un comportement que les ONG environnementalistes ne manqueraient pas de qualifier d’"omerta"…s’il était le fait des industriels. »

 

La démonstration existe aussi en version plus détaillée.

 

Et il y a un post scriptum :

 

« PS : une copie de cet article a été adressée au Pôle Expertise Collective de l’INSERM, afin qu’il puisse répondre à nos interrogations s’il le souhaite. Nous vous tiendrons bien sûr informés de toute réponse qu’il pourra nous faire parvenir. »

 

Nous recommanderons à M. Stoop de l'adresser également aux gens du CIRC...

 

 

(Source)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article