Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Prenez et mangez en tous »

20 Août 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM

« Prenez et mangez en tous »

 

Georgina Gutierrez*

 

 

 

 

Nous savons que le menu de la Cène comprenait du pain et du vin.

 

Le Vatican vient de publier une liste d'ingrédients approuvés pour le pain et le vin que l'Église Catholique Romaine utilise pour la communion eucharistique. Pour que le sacrement soit valable, le pain doit provenir du blé, peut contenir des OGM et ne peut pas être sans gluten.

 

Bien que le Vatican ait dit ces choses auparavant, la nouvelle annonce a fait l'objet d'une diffusion « virale » au début de ce mois ; elle était venue sous la forme d'une lettre – émise « à la demande du Saint Père François » – du cardinal Robert Sarah, qui supervise les pratiques liturgiques de l'Église Catholique Romaine.

 

Les réponses ont été rapides et diverses, du journalisme « d'explication » de première qualité aux plaisanteries sur les toqués du sans gluten.

 

Pour moi, cependant, ce qu'il faut retenir est simple : il s'agit d'un excellent exemple d'une institution ancienne et importante qui reste fidèle à ses principes tout en étant à la page.

 

Je suis agricultrice au Mexique, pas un théologienne. Je suis aussi catholique, plus croyante que pratiquante, bien que le catholicisme soit un élément central de la culture de ma famille et de mon pays. Je me souviens de tout sur ma première communion, à l'âge de neuf ans, et j'ai une filleule de six ans qui commencera bientôt sa propre préparation.

 

« La Cène » par Leonardo Da Vinci

 

La première communion est un rite de passage, mais toute communion est importante. Le catéchisme catholique enseigne que l'Eucharistie est un acte d'action de grâces ainsi qu'un mémorial sacrificiel qui célèbre la présence du Christ. « Ce que l'aliment matériel produit dans notre vie corporelle, dit-il, la communion le réalise de façon admirable dans notre vie spirituelle. »

 

Il y a environ 1,2 milliard de catholiques romains à travers le monde. Plus de quatre sur dix sont latino-américains, comme Pape François et moi ; près d'un sur quatre vit en Europe ; environ 15 % sont Africains, comme le cardinal Sarah ; ils sont moins nombreux en Asie, aux États-Unis et au Canada.

 

 

Capturer hostie

 

Le cardinal Robert Sarah

 

 

Il s'agit donc d'une église mondiale – et l'un de ses défis est de maintenir des pratiques cohérentes à travers les cultures et les continents.

 

C'est pour cela que le cardinal Sarah a publié sa lettre, qui appelle les évêques à « veiller sur la qualité du pain et du vin destinés à l’Eucharistie ». Il énonce également quelques règles : pas n'importe quel « pain » ou « vin ». Chad Pecknold, professeur de théologie à l'Université Catholique d'Amérique, a déclaré : « Le Christ n'a pas instauré l'Eucharistie avec du riz et du saké, ou des patates douces et de la bière ».

 

Le catéchisme exige spécifiquement du « pain de froment » et du « vin de la vigne ».

 

Mais qu'est ce que cela signifie exactement ?

 

Selon le cardinal Sarah, le pain doit être « azyme, de pur froment » et le vin doit provenir du raisin de la vigne. Pourtant, le pain et le vin peuvent bénéficier de la biotechnologie : « la matière eucharistique préparée avec des organismes génétiquement modifiés peut être considérée une matière valide. »

 

Pour une église qui est toujours critiquée pour la persécution de Galilée, il y a 400 ans, cette déclaration montre que le Vatican d'aujourd'hui est heureux de coopérer avec une bonne science – et de reconnaître qu'au XXIe siècle, les aliments OGM sont une partie ordinaire de la nourriture et de l'agriculture.

 

Pourtant, l'Église a également tracé une ligne pour le pain : « Les hosties totalement privées de gluten sont une matière invalide pour la célébration de l’Eucharistie. » Les hosties à faible teneur en gluten sont cependant acceptables pourvu qu'elles « contiennent la quantité de gluten suffisante pour obtenir la panification, sans que l’on y ajoute des matières étrangères et [qu'elles] n’ont pas été confectionnées selon des procédés susceptibles de dénaturer la substance du pain. »

 

Les Sœurs Bénédictines de l'Adoration Perpétuelle, une communauté monastique qui fabrique du pain d'autel, vendent déjà une variété à faible teneur en gluten sur leur site – un produit précieux pour le petit nombre de personnes atteintes de la maladie cœliaque.

 

Les scientifiques qui étudient des OGM essaient de produire du blé sans gluten qui serait une innovation importante pour la qualité de vie et la santé des victimes de la maladie cœliaque. Le Vatican approuvera-t-il cette culture comme ingrédient pour la communion ? Cela reste à voir, mais j'espère qu'il continuera à trouver un moyen de concilier ses traditions et les avantages de la biotechnologie.

 

L'un des objectifs du catholicisme, après tout, est d'accueillir le plus grand nombre possible de personnes dans le sacrement de la communion. Comme les prêtres le disent à chaque messe : « Prenez et mangez en tous. »

 

______________

 

Georgina « Gina » Gutierrez.

 

Éleveuse

 

Georgina « Gina » Gutierrez est un productrice de lait de cinquième génération de la région centrale du Mexique. Engagée dans la narration de l'histoire des agriculteurs et et la promotion de la consommation de lait et de ses bénéfices grâce aux réseaux sociaux, Gina est membre du Réseau Mondial des Agriculteurs (Global Farmer Network).

 

Source : http://globalfarmernetwork.org/2017/07/take-this-all-of-you-and-eat-of-it/

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article