Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Les pesticides protègent-ils des tumeurs du cerveau ? » sur Forumphyto

22 Juillet 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique, #Santé publique, #Pesticides

« Les pesticides protègent-ils des tumeurs du cerveau ? » sur Forumphyto

 

Glané sur la toile 157

 

 

Ingrédients :

 

  • un article scientifique, « Central nervous system tumors and agricultural exposures in the prospective cohort AGRICAN » (tumeurs du système nerveux central et expositions agricoles dans la cohorte prospective AGRICAN) de C. Piel, C. Pouchieu, S. Tual, L. Migault, C. Lemarchand, C. Carles, M. Boulanger, A. Gruber, V. Rondeau, E. Marcotullio, P. Lebailly, I. Baldi, le groupe AGRICAN ;

     

  • Des données brutes sur l'incidence des tumeurs du cerveau qui ne montrent pas de réelles différences entre les quatre populations (cohorte AGRICAN totale ; personnes exposées à des cultures ou des animaux ; utilisateurs de pesticides ; non-utilisateurs de pesticides) ;

 

 

 

 

  • Des données « redressées » montrant un risque de tumeurs du système nerveux central augmenté de 96% chez les agriculteurs utilisateurs de pesticides ;

     

  • Quelques recours à d'autres analyses épidémiologiques.

 

Chef :

 

M. Philippe Stoop, une sorte de Sherlock Holmes de l'analyse statistique.

 

Résultat :

 

Une analyse au titre provocateur, « Les pesticides protègent-ils des tumeurs du cerveau ? » (en résumé sur Forumphyto, article complet ici).

 

Voici ses conclusions :

 

« Cette étude illustre de façon particulièrement exemplaire trois problèmes que nous avons déjà observés plusieurs fois :

 

  • Son affirmation principale (le risque de tumeur au cerveau serait majoré de 96% chez les utilisateurs de pesticides) repose sur un modèle statistique complexe, après des redressements statistiques non justifiés par les auteurs, et dont l’impact individuel n’est pas expliqué. Ce problème est particulièrement aigu dans cette publication, puisque les incidences avant redressement, les seules que le lecteur puisse vérifier, donnent le résultat exactement inverse : d’après les résultats bruts, l’incidence des tumeurs du cerveau serait aussi élevée chez les agriculteurs non-utilisateurs de pesticides, que chez ceux qui en utilisent ! Un effort pédagogique s’imposerait donc pour expliquer l’effet de ces redressements. »

 

  • Malgré la fragilité de leur raisonnement sur l’effet des pesticides, les auteurs n’envisagent pas une seule fois que l’incidence des tumeurs au cerveau puisse également être supérieure à la normale chez les agriculteurs non utilisateurs de pesticides. C’est pourtant le résultat le plus probable de leur étude : avec une incidence brute de 32,2 cas/100 000 personnes, ces agriculteurs non utilisateurs de pesticides ont une incidence très supérieure au niveau de risque maximal identifié pour l’instant dans la population générale (25 cas/100 000 personnes/an chez les hommes de 75 ans). […]

 

Les auteurs ne dévient pas un instant de leur travail sur l’incidence, pour vérifier la cohérence de leurs résultats avec les données de mortalité. L’étude des discordances entre incidence et mortalité pourrait pourtant être riche d’enseignements, et pas seulement pour la santé des agriculteurs. »

 

Un grand moment de lecture !

 

 

Le résumé de l'article de Piel et al. (notre traduction ; nous découpons en paragraphes) :

 

« Les études menées sur des agriculteurs suggèrent un rôle possible des pesticides dans l'apparition de tumeurs du système nerveux central (SNC), mais les preuves scientifiques sont encore insuffisantes.

 

En utilisant les données de la cohorte prospective agricole française AGRICAN (Agriculture & Cancer), nous avons étudié les associations entre l'exposition des agriculteurs et des utilisateurs de pesticides à divers types de cultures et d'élevage et l'incidence des tumeurs du SNC, globalement et par sous-types. Au cours de la période 2005-2007, 181.842 participants ont complété le questionnaire d'inscription qui a rassemblé un calendrier d'activités complet avec un historique des types d'agriculture pratiqués au cours de la vie.

 

Les associations ont été estimées en utilisant des modèles de risques proportionnels avec l'âge comme échelle de temps sous-jacente. Au cours d'un suivi moyen de 5,2 ans, 273 cas incidents de tumeur du SNC se sont produits, dont 126 gliomes et 87 méningiomes.

 

Les analyses ont montré plusieurs risques accrus de tumeurs du SNC chez les agriculteurs, en particulier chez les utilisateurs de pesticides (ratio de danger = 1,96; intervalle de confiance à 95% : 1,11-3,47).

 

Les associations variaient avec les sous-types de tumeurs et les types de cultures et d'élevage. Les principales augmentations de risques ont été observées pour les méningiomes chez les éleveurs de porcs et chez les agriculteurs qui cultivent du tournesol, des betteraves et des pommes de terre, et pour les gliomes chez les agriculteurs qui cultivent des prairies.

 

Dans la plupart des cas, des excès de risque plus prononcés ont été observés chez les applicateurs de pesticides. Même si nous ne pouvons pas exclure complètement la contribution d'autres facteurs, les expositions aux pesticides pourraient être d'une importance primordiale pour expliquer ces résultats. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article