Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Fermé pour cause de manque de pâturages ?

9 Juillet 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Activisme

Fermé pour cause de manque de pâturages ?

 

Schillipaeppa*

 

 

Décidément, la bêtise de l'idéologie verte est sans limite...

 

 

« Préserver ensemble le bon et en créer du nouveau », telle est la devise duharas de Dillenburg, dans le Land de Hesse. Mais c'est à la volonté de la Ministre de l'Environnement hessoise Priska Hinz, du parti des Verts, que nous devrons bientôt sa fin. Pour des raisons de bien-être des animaux, l'établissement devra être fermé, c'est ce que la ministre a annoncé à la ville dans une lettre.

 

La nouvelle a été un choc pour la ville de Hesse centrale. L'adjointe au maire Elisabeth Fuhrländer (CDU) apparaît visiblement affectée dans une contribution à la hessenschau, aux informations régionales :

 

 

La Ministre de l'Environnement hessoise Priska Hinz des Verts dit dans cette vidéo :

 

« Les chevaux sont de grands animaux, ils ont besoin d'espace et ils ont droit à plusieurs heures de plein air dans le pâturage. »

 

Selon d'autres médias, la ministre fait référence à une décision du tribunal de district de Düsseldorf de 2006. Mais, dans ce jugement, il s'agissait de juments poulinières et de jeunes chevaux, ce qui n'est pas la même chose que des étalons. En règle générale, les juments et les jeunes chevaux sont en effet détenus exclusivement sur des pâturages pendant l'été, donc 24 heures sur 24. Détenir des étalons en pâturage n'est pas chose facile, encore moins en groupe. De pâturages il n'a du reste pas été question dans le jugement, mais seulement de « 3-4 heures de possibilité d'exercice en plein air ».

 

Et même si la ministre avait raison avec ses objections : les haras régionaux de Warendorf, Celle et Zweibrücken sont également situés en ville. Faut-il aussi les fermer ?

 

 

Y a-t-il des projets similaires en Basse-Saxe ? Le haras de Celle est en effet situé au milieu de la ville.

 

 

Une autre raison évoquée est que le haras du Land est dans les chiffres rouges : un peu plus d'un million d'euros par an. Un million d'euros de pertes ? Combien y a-t-il de piscines de collectivités locales qui ont des bilans similaires, sans que l'on pose la question de leur maintien ?

 

 

Crédit photo: Oliver Abels (SBT), CC BY 2.5

 

 

Les haras des Länder avaient autrefois pour mission de mettre des étalons de haute qualité à la disposition des producteurs ruraux. Cet objectif a changé au fil du temps. L'augmentation du nombre d'étalons détenus en station privée ainsi que les possibilités d'insémination artificielle ont réduit l'importance des étalons de l'État. Néanmoins, ils sont encore importants pour l'élevage des chevaux : on y assure la conservation des gènes de lignées impopulaires et des races rares. Le haras de Dillenburg offre avec Landmesser un reproducteur de la race Rheinisch-Deutsches Kaltblut (rhénan sang froid). Dans le Land de Hesse, il n'y a selon le répertoire des étalons de l'Association des Éleveurs de Poneys et de Chevaux de Hesse que quatre étalons reproducteurs – y compris Landmesser – de cette race, qui est classée dans la catégorie III (« menacée ») dans la liste rouge de l'Association pour la Préservation des Races Anciennes et Menacées d'Animaux Domestiques.

 

 

 

En règle générale, les haras élèvent aussi des améliorateurs, qui sont nécessaires pour apporter du sang neuf aux races. Ainsi, à Dillenburg, il y a un étalon arabe qui est approuvé pour la race allemande Reitpony. L'élevage de poneys d'équitation s'est concentré ces dernières années sur quelques étalons de haut niveau, de sorte que du sang frais est bienvenu.

 

 

 

Le Land de Hesse a inscrit la préservation des races anciennes de bétail dans ses objectifs et favorise la conservation des animaux des races Rotes Höhenvieh, Deutsches Schwarzbuntes Niederungsrind, Rhönschaf, Coburger Fuchsschaf et Weiße Deutsche Edelziege (Rouge des hauteurs, Pie noire allemande, Mouton du Rhön, Mouton fauve de Cobourg et Chèvre blanche noble allemande). Pourquoi, dans ce contexte, le maintien du haras du Land est-il une épine dans le pied du ministère, alors que, par ailleurs, l'établissement s'est aussi fait un nom dans les formations initiales et continues ?

 

 

Liens :

 

• Pétition : « Erhalten Sie das hessische Landgestüt Dillenburg, Frau Hinz! » (ne fermez pas le haras de Dillenburg, Mme Hinz!)

 

Agence de l'Agriculture la Hesse : le haras de Dillenburg

 

Le haras hessois de Dillenburg

 

Manifestation contre la fermeture : la ville et les citoyens veulent sauver le haras de Dillenburg

 

_________________

 

* L'auteure a fait des études de philosophie, est éditrice et a atterri il y a déjà plus de dix ans à la campagne. Sur son blog, elle (d)écrit – miracle ! La traduction peut être fidèle – ce qui la préoccupe, lorsqu'elle n'est pas en train de curer l'écurie des poneys, de chercher des gants de gardien de but, de s'occuper de quantités de denrées alimentaires ou de linge, ou encore de tenter d'arracher les mauvaises herbes plus vite qu'elles ne poussent.

 

Source : https://schillipaeppa.net/2017/07/05/mangels-weiden-geschlossen/

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article