Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

De plus en plus fort : Karima Delli signe une pétition adressée à... Karima Delli sur les perturbateurs endocriniens

13 Juillet 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Perturbateurs endocriniens, #Politique, #Activisme

De plus en plus fort : Karima Delli signe une pétition adressée à... Karima Delli sur les perturbateurs endocriniens

 

 

On ne se refuse rien chez Générations Futures. Même pas -- surtout pas -- des sondages qui enfoncent des portes ouvertes.

 

IFOP, où est ta déontologie ?

 

 

La décision des 28 États membres de l'Union Européenne d'adopter la proposition de règlement de la Commission énonçant les critères scientifiques pour la détermination des propriétés de perturbation endocrine est restée en travers de la gorge de l'industrie de la protestation – des « ONG » de l'environnementalisme et de l'« altermondialisme ».

 

En France, un des fleurons de cette industrie est Générations Futures. C'est une petite entreprise incorporée sous forme d'association dont le fond de commerce consiste à faire peur sur les pesticides et autres substances chimiques. Cela profite à l'industrie du bio qui manifeste sa reconnaissance, et son intérêt, par de généreux financements alloués à GF. La boucle est bouclée.

 

Générations Futures s'est donc tourné vers l'industrie de la pétition, en l'occurrence Change.org. Cela donne : « Perturbateurs Endocriniens: Demandez aux Eurodéputés de refuser une définition inefficace ».

 

Le commerce de la peur ?

 

« Ce texte ne permettra pourtant pas de protéger efficacement la santé humaine et l’environnement car il exige un niveau de preuve beaucoup trop élevé avant de pouvoir exclure une substance et prévoit des dérogations à l’interdiction pour de nombreuses substances perturbateurs endocriniens [sic]»

 

Une majorité d'États membres de l'Union Européenne – 21 sur 28 – auraient donc décidé de ne pas « protéger efficacement la santé humaine et l’environnement » ? Tout est permis dans le commerce de la peur. Quant à l'industrie de la pétition, elle se contente pour l'essentiel d'offrir une plate-forme pour les lanceurs de pétitions et d'encaisser les profits.

 

La pétition s'adresse donc aux membres du Parlement Européen :

 

« Aujourd’hui seul le Parlement européen peut faire barrage à ces critères qui ne seront pas protecteurs car il devra se prononcer prochainement. »

 

Oh, c'est à la condition que le Parlement Européen trouve des arguments solides à l'appui de l'une des thèses suivantes : la Commission a outrepassé ses compétences d'exécution ; le règlement n'est pas compatible avec l'objectif ou le contenu de l'acte juridique ; le règlement outrepasse les compétences ou le mandat de l'UE. Il faudra beaucoup d'imagination : sauf erreur, la proposition de règlement répond à une demande... du Parlement Européen.

 

La pétition s'adresse donc aux membres du Parlement Européen ? Oups ! Uniquement aux Français ! S'il faut une preuve de la nature gesticulatoire de cette pétition, c'en est une...

 

Voici le texte de la lettre de pétition :

 

« Adressée à

Les eurodéputés français

Madame. Monsieur les deputé(e)s [sic]. Le Parlement européen va avoir à se prononcer prochainement sur les critères pour l'identification des perturbateurs endocriniens. La proposition qui vient d'être votée exige un niveau de preuve trop élevé ce qui ne permettra pas d'atteindre les objectifs de protection du règlement 1107/2009. De plus des dérogations a [sic] l'interdiction seraient accordées à des pesticides conçus pour agir sur le système endocrinien des ravageurs alors même qu'ils causeraient des dégâts inacceptables sur d'autres insectes non cibles ce qui est contraire aux exigences du règlement. Pour ces raisons nous vous demandons de rejeter la proposition de critères pour les perturbateurs endocriniens qui vous sera proposée. »

 

Notons incidemment que le couplet sur les « pesticides conçus... » est manifestement faux : la Commission a pris la peine de préciser dans le considérant 7 de la proposition qu'un tel pesticide ne pourra être approuvé que si son utilisation n'entraîne pas d'effets inacceptables sur les organismes non-cibles. Incompétence du rédacteur ou volonté de tromper, à vous de choisir...

 

Remarquons aussi que le rédacteur de Générations Futures est en bonne compagnie... nous avons nommé, surprise, surprise... Mme Michèle Rivasi.

 

 

Encore une ineptie !

 

Mais cette pétition nous réserve une autre surprise : Mme Karima Delli a signé la pétition !

 

 

C'est sur le site de la pétition !

 

 

Mme Karima Delli pétitionne donc – entre autres – Mme Karima Delli, députée européenne – française – du Groupe des Verts/Alliance Libre Européenne...

 

Décidément, les perturbateurs endocriniens perturbent aussi quelques cerveaux.

 

Et nous sommes représentés avec compétence à Strasbourg et Bruxelles...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article