Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un hommage aux femmes

8 Mars 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Willi l'Agriculteur

Un hommage aux femmes

 

Willi l'Agriculteur*

 

 

Aujourd'hui, le 8 mars, c'est Journée Internationale de la Femme. Une raison de s'intéresser au rôle des femmes dans l'agriculture. En fait , cela devrait être tous les jours...

 

Oui, elles existent, les cheffes d'exploitation. J'en connais. Celles que je connais sont sûres d'elles et gèrent leurs exploitations avec succès. Et j'admire chacune d'elles, parce qu'elles opèrent dans une profession qui a été historiquement dominée par les hommes. Cela a changé, à l'insu du public. En tout cas, je n'ai pas lu beaucoup de rapports ou d'articles dans lesquels on a présenté des femmes engagées dans l'agriculture. Ou alors, plutôt avec « exotique » en sous-entendu. Les cheffes d'exploitation que je connais s'engagent aussi dans les conseils municipaux, sont membres des conseils de surveillance de coopératives ou de communautés d'action sociale, ou encore de conseils paroissiaux. Et elles réussissent à concilier famille et travail. Ne me demandez pas comment. Conduisent-elles aussi le tracteur ? Bien sûr, elles endossent aussi la combinaison de travail ; elles ont aussi les doigts barbouillés de graisse de machine (ou au moins les gants). Elles peuvent aussi changer un pneu à l'occasion, en acceptant volontiers le soutien des hommes.

 

Mais si vous les rencontrez en ville, lors d'une fête ou ailleurs, vous les verrez comme « fraîchement sorties de la coquille ». Chics, élégantes, bien coiffées et habillées. Vous ne les prendriez jamais pour des agricultrices. Voilà donc encore un cliché qu'il vous faut abandonner.

 

Au demeurant, il est aussi difficile d'imaginer des exploitations agricoles sans les femmes. Qui tiendrait la boutique de la ferme, s'entretiendrait avec les clients ? Qui parle avec les cavaliers dans une ferme équestre ? Qui s'occupe des hôtes lors des vacances à la ferme ? Ce sont les femmes. Clients, cavaliers ou vacanciers : l'agriculteur s'éclipse souvent, parce que la communication, ce n'est généralement pas son truc et il n'a, prétendument, pas le temps pour cela. De nombreux clients, cavaliers ou vacanciers viennent moins à cause des produits alimentaires, des chevaux ou des vacances à la ferme, mais précisément pour chercher cette communication, le sentiment de presque appartenir à la famille. Et sur ce plan, les femmes réussissent beaucoup mieux que les hommes. Elles ont tout simplement la capacité d'être « multi-tâches ».

 

Dans notre famille, ma mère était le patron. Elle avait les idées, elle avait le courage d'entreprendre quelque chose de nouveau et devait toujours persuader mon père de le faire. Toujours ! Et c'était souvent très pénible ; nous, les enfants, avons connu les discussions de première main. Qu'il se soit agi de nous séparer des porcs, et plus tard des vaches, et d'investir à la place dans le poulet, cela a toujours été une bataille. Ensuite, passer de 1000 à 4000 poulets, investir dans de nouveaux bâtiments... cela n'allait jamais sans discussions, et même parfois querelles. Et elle avait toujours raison ; à chaque fois, l'exploitation se portait mieux qu'avant.

 

Et puis l'argent ! Dans la plupart des exploitations, l'homme est là pour le travail, et la femme tient les cordons de la bourse. C'est encore le cas chez nous aujourd'hui. Mon épouse tient l'ensemble de la comptabilité, et sans conseiller fiscal. Elle en sait dix fois plus que moi sur la situation financière. Et elle est, comme ma mère, plus brave que moi.

 

Ce texte est tiré de son livre, Sauerei (cochonnerie).

 

Votre,

 

Willi l'Agriculteur

 

_______________

 

* Willi l'Agriculteur (Bauer Willi) exploite 40 hectares en grandes cultures (betterave sucrière, colza, céréales) en coopération opérationnelle. Il a été double-actif jusqu'à l'automne 2014. Son deuxième métier a été le suivi et le conseil aux agriculteurs pour une entreprise familiale (sucrerie). Depuis lors, il continue d'exploiter son domaine en tant que pré-retraité et a du temps pour écrire et partager son expérience.

 

Il contribue aussi bénévolement à l'association (fondation) des habitants de sa commune et à une coopérative agricole.

 

Source : http://www.bauerwilli.com/frauenquote-quotenfrauen/

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article