Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Pas question d'interdire le glyphosate, dit le National »

17 Mars 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup)

« Pas question d'interdire le glyphosate, dit le National »

 

C'est en Suisse...

 

 

Résultat de recherche d'images pour "suisse vache"

 

C'est en Suisse, et c'est le titre péremptoire de la Tribune de Genève.

 

La suisse, vous savez, ce petit pays avec beaucoup de montagnes et de vaches, et une agriculture de petites exploitations opérant pour beaucoup dans des conditions difficiles. Beaucoup d'agriculteurs ont fait le choix, justifié et rationnel, du « bio » pour valoriser leurs productions ; et les grands de la distribution contribuent à cette valorisation sans les opérations de marketing que l'on connaît en France, à la limite de la légalité et sans conteste bien au-delà de celle de l'éthique et de la décence.

 

Or donc, le Conseil national – la chambre qu'il est convenu d'appeler basse de l'Assemblée fédérale (ou Parlement) suisse, le Conseil des États étant la deuxième chambre, représentant les cantons – a rejeté jeudi 16 mars 2017, par 119 voix contre 68, un postulat de Louis Schelbert (Verts/Lucerne) qui demandait au moins une réévaluation de la dangerosité et des autorisations accordées au glyphosate (voir aussi ici).

 

Le postulat est une intervention qui charge le Conseil fédéral (le gouvernement, composé de sept « sages », pas un de plus) d’examiner s’il y a lieu de soumettre au Parlement un projet de loi ou d’arrêté ou de prendre une mesure. Il peut aussi le charger de présenter un rapport. Il requiert la majorité dans la chambre dans laquelle il a été déposé.

 

Une motion du groupe des Verts appelant à une suspension immédiate des ventes d'herbicides contenant du glyphosate et une motion de M. Pierre-Alain Fridez (Socialistes/Jura) appelant à une interdiction avaient été retirée au profit du postulat.

 

La motion est une intervention qui charge le Conseil fédéral de soumettre au Parlement un projet ou de prendre une mesure donnée. La transmission d’une motion au Conseil fédéral requiert l’approbation des deux chambres.

 

On rappellera que, le 8 juin 2016, le Conseil national avait accepté un postulat demandant d’étudier l’impact du glyphosate sur l’homme et les animaux.

 

Précédemment, le Conseil fédéral avait déjà rejeté deux motions demandant l’interdiction immédiate du glyphosate. Le gouvernement – ne s'agit-il pas de « sages » ? – s’appuie sur les avis de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) ; on trouvera des liens sur l'excellent blog d'Albert Amgar ici et ici.

 

Et en septembre 2016, la commission de la science du Conseil National a rejeté par 15 voix contre 7 une pétition, émanant de plusieurs associations dont Greenpeace et la Fédération Romande des Consommateurs, réclamant, outre l'interdiction du glyphosate, un programme visant à abandonner l'usage de tous les pesticides chimiques de synthèse. Selon la majorité de la commission, il n'y a pas, selon les connaissances actuelles, de raisons scientifiques qui justifient d'interdire l'usage du glyphosate en général, et en particulier dans l'agriculture.

 

Au centre de l'Europe, il y a un petit pays (enfin, il y a plus petit encore, juste à côté, si petit que son équipe de football phare joue dans le championnat suisse) qui résiste encore à l'irresponsabilité et à la démagogie. On croise les doigts pour que cela dure.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article