Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Hendricks : « Nous ne diffamons personne »

9 Février 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #Schillipaeppa, #Politique, #Activisme

Hendricks : « Nous ne diffamons personne »

 

Schillipaeppa*

 

 

“Wir diffamieren niemanden”

 

 

Les réseaux sociaux sont en ébullition et la colère gronde : il y a des centaines de commentaires sur les pages Facebook de la ministre Barbara Hendricks et de son Ministère Fédéral de l'Environnement, de la Protection de la Nature, de la Construction et de la Sécurité Nucléaire (BMUB) sous les billets présentant les « nouvelles règles pour les agriculteurs ».

 

Les agriculteurs se sentent dénigrées et ridiculisés par les aphorismes rimés. Le BMUB ne peut pas comprendre l'excitation provoquée par sa campagne à 1,6 million d'euros et répond sur Facebook :

 

« Chers utilisateurs Facebook, nous nous félicitons de la discussion et des nombreuses contributions, partiellement aussi critiques, apportées sur ce sujet. Il est dommage qu'il y ait aussi des remarques non pertinentes. Pour la Ministre Fédérale de l'Environnement Barbara Hendricks, c'est une préoccupation importante : nous ne diffamons personne, nous n'agressons personne en particulier, nous ne dénigrons aucune profession. Mais nous abordons des développements indésirables dans certaines parties de l'agriculture que personne ne peut sérieusement contester. Débattons sur la façon dont nous pouvons changer cela – parce que nous voulons une agriculture avec un avenir, dans laquelle les choses iront mieux pour l'environnement, mais aussi pour les agriculteurs. Cordialement, l'équipe de Barbara Hendricks. »

 

Comment cela peut-il être ainsi ? D'où vient cette différence de perception ? Regardons de plus près les règles pour les agriculteurs. Voici les aphorismes, mais pas dans l'ordre adopté par le ministère, mais par groupes thématiques :

 

plakat_schwein.jpg

 

  • Si le porc se tient sur une patte, c'est que la porcherie est trop petite.

     

  • S'il n'y que du maïs sur de grandes étendues, il n'y a plus de traces de hamsters.

  • Sans fleurs dans les prés, les abeilles sont très mal.

  • S'il n'y a qu'une espèce cultivée, cela devient dur pour la perdrix.

     

  • Trop d'engrais dans les champs va dans l'eau et affecte ensuite le porte-monnaie.

  • Trop d'engrais, c'est un fait, est fâcheux pour les eaux souterraines.

  • Trop de vaches dans l'étable et le purin exige beaucoup d'efforts.

  • Si le sol déborde de nitrates, cela peut être dommageable pour l'eau.

 

  • Si les agrotoxiques restent loin des champs, cela plaît à la protection des espèces.

  • Si les agrotoxiques tuent les plantes, les oiseaux restent muets.

     

  • Si rien ne change, il n'y aura plus de coq chantant sur le tas de fumier.

 

 

Coq sur un tas de fumier

"Si rien ne change, il n'y aura plus de coq chantant sur le tas de fumier." ? Essayez donc avec un coq ravi d'annoncer le lever du jour...

 

 

Je ne voudrais pas entrer dans le contenu à ce stade, bien qu'il y ait beaucoup à dire. Considérons seulement la structure : Toutes les phrases décrivent une relation « si-alors ». Donc : Si la situation A est présente, alors la situation B est aussi présente. Au fond, ici, il est exact qu'aucun acte particulier n'est spécifiquement attribué à un agriculteur.

 

Mais pas de raison de s'énerver ? Prenons le temps de faire une expérience : Mme Barbara Hendricks a étudié l'histoire et les sciences sociales. Le titre de sa thèse est « L'industrie de la margarine en Basse-Rhénanie à la fin du 19e et au début du 20e siècle ». Je me fais maintenant plaisir et compose une relation « si-alors » :

 

« Zuviel Gedanken um Margarine, dann gerät man auf die falsche Schiene. »

 

(À trop penser à la margarine on se retrouve sur une mauvaise pente.) Bien sûr, je ne veux qu'attirer l'attention sur des développements indésirables et ne vise personne en particulier. Il ne me viendrait nullement à l'esprit de me moquer de quelqu'un. Voici encore :

 

« Hat der NABU das BMUB gekapert, es an Objektivität dort hapert. »

 

(Si le NABU – l'association allemande pour la protection de la nature – a détourné le BMUB, l'objectivité y laisse à désirer.) Comme je l'ai dit, je ne calomnie personne en particulier, n'attaque personne en particulier et ne dénigre aucune autorité. Mais je décris des développements indésirables dans certaines parties du gouvernement fédéral, que personne ne peut sérieusement contester. Et là, je ne devrais énerver personne ?

 

Cette affaire devient vraiment explosive quand on lit l'introduction à la campagne. Le BMUB écrit sur Facebook :

 

« Si nous voulons préserver la diversité de notre nature pour les générations futures, nous devons rendre notre agriculture plus compatible avec la nature !

 

Avec la campagne "Bon pour l'environnement. Sain pour tous", nous nous sommes engagés pour une agriculture plus durable. Pour que l'agriculture ait un avenir, nous avons besoin de plus que de nouvelle règles pour les agriculteurs – nous avons besoin d'une mutation de l'agriculture ! »

 

Mais c'est là une déclaration de guerre, sous une forme que nous ne connaissons que de Bündnis 90/Die Grünen (Alliance 90/Les Verts) et des ONG. Et pour moi se pose la question de savoir cette mutation de l'agriculture esquissée ici serait vraiment soutenue, avec toutes ses conséquences, par la majorité de la population. C'est au plus tard à ce point que l'on doit predre l'envie de rire.

 

* * * * *

 

Dans le billet suivant, Mme Günther a aligné quelques gazouillis. Voici le premier, du Ministère de l'Environnement... :

 

 

« @Association des Agriculteurs. Si cette association se martyrisait autant pour les petits agriculteurs qu'elle ne le fait pour produire des rimes, la situation serait meilleure. »

 

C'est du niveau des querelles de cour de récréation.

 

Un commentateur a écrit :

 

« Le BMUB court aussi derrière Trump : la politique se fait maintenant par l'intermédiaire de Twitter : court, concis, avec cœur et émotion. Les arguments sont glaciaux et sans cœur. La discussion politique est inhumaine. »

 

Il y a de quoi s'émouvoir et s'inquiéter devant une telle dérive. Elle n'affecte pas que la campagne électorale allemande mais polluera aussi le processus décisionnel à Bruxelles.

 

_________________

 

* L'auteure a fait des études de philosophie, est éditrice et a atterri il y a déjà plus de dix ans à la campagne. Sur son blog, elle (d)écrit – miracle ! La traduction peut être fidèle – ce qui la préoccupe, lorsqu'elle n'est pas en train de curer l'écurie des poneys, de chercher des gants de gardien de but, de s'occuper de quantités de denrées alimentaires ou de linge, ou encore de tenter d'arracher les mauvaises herbes plus vite qu'elles ne poussent.

 

Sources :

 

https://schillipaeppa.net/2017/02/05/wir-diffamieren-niemanden/

 

https://schillipaeppa.net/2017/02/06/twittern-wie/

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

un physicien 09/02/2017 15:15

Pourquoi s'inquiéter ? De plus en plus de surfaces agricoles en Allemagne sont utilisées pour produire du biogaz, pas de la nourriture.

Seppi 27/02/2017 18:42

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je pense qu'on doit s'inquiéter des discours « écolos » de Mme Hendricks ou « agroécologiques » de M. Le Foll (Mme Royal fait essentiellement des coups médiatico-démagogiques).

Même si l'Allemagne utilise des surfaces (sans garantie : 1,6 millions d'hectares en 2010 ; 3,7 millions d'hectares à l'horizon 2020*), ces discours mettent en grand danger nos agricultures et nos souverainetés alimentaires.

Les tenants des énergies renouvelables disent que ces surfaces ne portent pas préjudice à l'approvisionnement alimentaire. Je n'en suis pas si sûr. Chiffres de Wikipedia* qui cite l'Agence (allemande) pour les énergies renouvelables. Il est d'ailleurs intéressant de noter que selon ce site** les projections tablent sur une augmentation des rendements. Qu'en pense Mme Hendricks (et nos démagogues français) ?

Qu'en pensent-ils dans le contexte des objectifs affichés de 20 % de la SAU en bio*** ?

_____________

* https://de.wikipedia.org/wiki/Fl%C3%A4chenkonkurrenz

** https://www.pressebox.de/pressemitteilung/planet-biogastechnik-gmbh/Flaechenkonkurrenz-durch-BiogasanlagenOE/boxid/100488

*** http://www.agrarforschung.de/fileadmin/download/4_Auswirkungen_Landnutzungskonkurrenz_auf_den_Biolandbau.pdf