Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un calendrier de l'Avent postfactuel : (6) le charbon et la communication

13 Décembre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Schillipaeppa, #Divers

Un calendrier de l'Avent postfactuel : (6) le charbon et la communication

 

Schillipaeppa*

 

 

Les différentes sources d'énergie pour la production d'électricité du 10 au 13 décembre 2016

 

 

La sortie de l'énergie nucléaire est une affaire entendue en Allemagne. Dans le même temps les organisations environnementales et les Verts demandent que le pays cesse aussi de produire de l'électricité à partir du charbon et du lignite. Le groupe parlementaire Bündnis 90/Die Grünen (Alliance 90/Les Verts) a donc élaboré une feuille de route pour la sortie du charbon. Les Verts veulent ainsi montrer comment réussir la sortie du charbon au cours des 20 prochaines années. On y déclare dans le chapitre « cadre économique » :

 

« Dans le secteur de l'électricité, cette perte d'importance n'a commencé qu'avec le début de la transition énergétique, il y a 16 ans. À cette époque, la moitié de l'électricité était obtenue en parties égales à partir du charbon et du lignite. Aujourd'hui, il y a encore environ 40 pour cent d'électricité tirée du charbon dans le réseau allemand. Cependant, la politique et l'économie conviennent que cette part continuera de se contracter et que le système d'approvisionnement exigera à l'avenir davantage de renouvelable et en particulier de la flexibilité. Les centrales au charbon dénuées de flexibilité n'ont pas leur place dans ce nouveau monde de l'électricité. Elles se révèlent de plus en plus être un obstacle à la mutation nécessaire et urgente du système d'alimentation électrique. C'est donc aussi du point de vue de l'économie énergétique que l'élimination progressive du charbon de la production électrique est nécessaire. »

 

Le charbon perd donc en importance – presque de manière naturelle. Mais il y a une chose que je ne comprends pas : d'où proviendra alors toute notre électricité ? L'organisation Agora Energiewende (Agora transition énergétique) exploite un « Agoramètre » sur Internet. L'internaute peut voir quelles sont les sources de notre électricité. Les montagnes en jaunes représentent l'énergie solaire, qui n'est disponible que pendant la journée ; les vagues bleues montrent l'énergie éolienne, qui n'existe que quand le vent souffle. Le problème, ce sont ces fluctuations. Parce qu'il faut ou bien des installations de stockage pour stocker temporairement l'électricité en quantités appréciables, ou bien des centrales électriques flexibles que l'on peut faire tourner au ralenti ou à plein pour compenser les fluctuations et ajuster la production à la demande.

 

Agoramètre du 2 au 4 décembre 2016

 

 

Le dimanche de la Pentecôte de cette année, les conditions météorologiques ont été si favorables que les énergies renouvelables ont représenté une part de 82 pour cent de la demande d'électricité. Mais les infrastructures font défaut pour produire de l'électricité pendant l'ensemble de l'année à partir de renouvelables. Ces dernières années, la promotion du photovoltaïque et du biogaz est devenue si peu attrayante que peu de nouvelles installations ont été construites. L'énergie éolienne suscite des résistances dans de nombreux endroits parce que les interventions dans le paysage sont massives. Les résidents, les protecteurs des oiseaux et les amoureux de la forêt sont en armes et lancent des initiatives citoyennes.

 

Aujourd'hui, devant le musée d'histoire naturelle. Sur l'affiche : « Votre politique du climat date de l'Âge de pierre. »

 

 

Il ne suffit pas à mon avis d'injecter davantage d'argent dans les énergies renouvelables. Il manque tout simplement les technologies et les infrastructures. Les slogans lapidaires avec des images drôles, cela peut être amusant, mais qu'apportent-ils ? La stratégie de la feuille de route du charbon est d'augmenter le coût de la production d'électricité à partir du charbon simplement par des interdictions et le durcissement de la réglementation. Cela ne répond pas à la question, que je me pose, de savoir d'où proviendra le courant.


 

_________________

 

*L'auteure a fait des études de philosophie, est éditrice et a atterri il y a déjà plus de dix ans à la campagne. Sur son blog, elle (d)écrit – miracle ! La traduction peut être fidèle – ce qui la préoccupe, lorsqu'elle n'est pas en train de curer l'écurie des poneys, de chercher des gants de gardien de but, de s'occuper de quantités de denrées alimentaires ou de linge, ou encore de tenter d'arracher les mauvaises herbes plus vite qu'elles ne poussent.

 

Source : https://schillipaeppa.net/2016/12/05/postfaktischer-adventskalender-teil-6-kohle-und-kommunikation/

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article