Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le saumon GM à croissance rapide confronté aux journalistes activistes et aux campagnes de désinformation d'ONG

14 Décembre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #AGM

Le saumon GM à croissance rapide confronté aux journalistes activistes et aux campagnes de désinformation d'ONG

 

Laura Braden*

 

 

 

Il y a de plus en plus de preuves de la sécurité, de l'utilité et de la nécessité de la sélection de précision (alias modification génétique) dans les produits agroalimentaires. Pourtant, les forces anti-OGM continuent de clamer que les organismes créés par ce mode d'amélioration – le saumon GM récemment approuvé étant un des derniers exemples – sont mauvais pour les gens, mauvais pour l'environnement et inutiles.

 

Considérons les écrits récents de Marc Montgomery, un journaliste canadien qui répercute sans relâche les affirmations sensationnalistes des militants anti-OGM. Son dernier opus sur RCI-Radio Canada International est présenté avec un titre biaisé : « Un autre revers dans la lutte contre le saumon GM ». L'article fait la part belle à de longues déclarations d'opposants bien connus de la biotechnologie, dont le directeur de la politique de l'Ecology Action Centre, une ONG anti-OGM à but non lucratif basée à Halifax en Nouvelle-Écosse, et un avocat d'Ecojustice dont la tentative de bloquer l'approbation finale du saumon a récemment été repoussée par une Cour d'appel fédérale du Canada.

 

« Nos clients estiment que les ministres ont approuvé, au mépris du principe de précaution, les utilisations de cet animal alimentaire génétiquement modifié qui n'a pas été soumis à une évaluation des risques fondée sur des données scientifiques, en dépit des risques potentiels graves pour l'environnement et le saumon atlantique sauvage en cas d'évasion accidentelle », a déclaré l'avocate d'Ecojustice Kaitlyn Mitchell selon Montgomery.

 

Ces allégations ont été examinées et rejetées par les autorités tant canadiennes qu'américaines. L'article de Montgomery n'a rien cité de la décision, ni interrogé des scientifiques indépendants – la parole n'a été donnée qu'aux opposants à toutes les innovations biotechnologiques animés par l'idéologie. Infatigable dans ses attaques contre le saumon AquAdvantage, Montgomery a également omis de faire état de la littérature scientifique, substantielle, contredisant ces allégations.

 

Ce mode opératoire qui consiste à diffuser des données biaisées et des articles alarmistes déguisés en journalisme indépendant est devenu trop répandu au cours des dernières années et s'est intensifié plus récemment dans le sillage des approbations réglementaires au Canada et aux États-Unis.

 

Le saumon GM, produit par la société canadienne de biotechnologie AquaBounty, a été mis au point par l'utilisation d'un gène de l'hormone de croissance provenant du saumon quinnat et d'une séquence d'ADN provenant d'une moue océanique. Cela permet au nouveau poisson d'atteindre son poids normal – environ 9 à 11 livres – en 20 mois ou moins. Il faut 34 mois pour qu'un saumon atlantique conventionnel atteigne le même poids. Le nouveau saumon ne devient pas plus grand ; c'est juste qu'il grandit plus rapidement.

 

Le résultat ? Un saumon qui a besoin de moins d'aliments et d'énergie, et qui produirait la protéine la plus écologique disponible pour les consommateurs.

 

Les adversaires des nouveaux poissons se concentrent sur une série de questions, y compris les craintes qu'il puisse s'échapper dans la nature. Une fois échappé, selon les contestataires, le saumon pourrait se reproduire avec des poissons sauvages et devenir un formidable concurrent pour les ressources. Ces arguments ont été examinés et finalement rejetés par les organismes de réglementation des États-Unis et du Canada, qui se sont aussi dits satisfaits des garanties mises en place par AquaBounty.

 

Pour mieux comprendre le sujet, voyons deux précautions importantes prises par le créateur de ce nouveau poisson :

 

 

 

(1) Les saumons AquaBounty sont tous femelles et stériles (triploïdes), ce qui rend presque impossible l'accouplement entre eux ou avec des mâles dans la nature.

 

De plus en plus de preuves montrent que les poissons triploïdes ne menacent pas les populations sauvages. Dans l'aquaculture en plein océan, les poissons triploïdes sont recommandés comme la meilleure option dans des endroits tels que la Norvège ou Terre-Neuve, où des saumons évadés de fermes marines ont été détectés en train de s'accoupler avec leurs contreparties sauvages.


Pêches et Océans Canada a publié un rapport en 2015 de Tillman Benfey, un expert du saumon triploïde de l'Université du Nouveau-Brunswick ; il a écrit :

 

« En l'absence de mesures efficaces visant à empêcher l'évasion du saumon d'élevage ou à les récupérer après l'évasion, la seule méthode efficace pour minimiser leur impact sur les populations sauvages est de faire en sorte que les populations d'élevage soient uniquement constituées de poissons stériles, de triploïdes femelles. »

 

Les critiques, cependant, ont soutenu que les programmes de stérilité ne sont pas efficaces à 100 pour cent. Mark Butler, de l'Ecology Action Centre d'Halifax, déclare « qu'il y a eu des cas documentés d'évasions dans des exploitations piscicoles commerciales, même dans les fermes terrestres ». Il avertit que la technologie d'induction de la triploïdie d'AquaBounty – elle se traduit par trois jeux de chromosomes plutôt que deux, qui sont la norme – est seulement efficace à environ 95 pour cent. Ce taux d'erreur de 5 pour cent représenterait un grand nombre de poissons capables de se reproduire dans une opération commerciale.

 

Mais d'où vient ce chiffre de 95 pour cent ? Il s'agissait du seuil minimal fixé par la Food and Drug Administration des États-Unis dans le cadre de sa procédure d'autorisation du poisson !

 

Ce nombre, cependant, ne tient pas compte du succès qu'AquaBounty a obtenu avec ses œufs triploïdes. Chaque lot est testé selon les procédures recommandées par les autorités de réglementation américaines et canadiennes. Les résultats sont publiquement disponibles dans le dossier soumis à la Food and Drug Administration des États-Unis et à Santé Canada. Les résultats montrent un taux de stérilité de 99,8 pour cent, et la société dit que les améliorations technologiques la mènent vers le 100 pour cent.

 

 

(2) Les saumons AquaBounty sont élevés loin de l'océan et n'ont aucune chance de s'échapper dans un océan

 

Les autorités canadiennes et américaines ont approuvé le saumon AquaBounty pour la production et la consommation humaine le 19 mai 2016 et le 19 novembre 2015, respectivement. Cela a été fait après 20 ans d'examens et d'évaluations des risques [ma note : et de tergiversations]. Dans les deux pays, le risque d'évasion d'une ferme terrestre a été jugé faible.

 

Land-based salmon farming confines the fish to indoor tanks inside facilities resembling warehouses, eliminating interactions between the farmed fish and the external environment. L'élevage de saumon dans des fermes terrestres confine le poisson dans des réservoirs à l'intérieur d'installations ressemblant à des entrepôts, ce qui élimine les interactions entre le poisson d'élevage et l'environnement externe.

 

En plus de 25 ans de sélection et d'élevage, il n'y a jamais eu d'évasion d'un de ces poissons des installation d'AquaBounty. La société est considérée comme un chef de file dans le domaine de la technologie de confinement.

 

Le nouveau poisson ayant été approuvé par les régulateurs, les critiques se tournent maintenant vers d'autres tactiques visant à le maintenir hors du marché. Le journaliste canadien Montgomery a écrit à propos des groupes environnementaux comme Living Oceans Society, en se concentrant sur les efforts visant à imposer l'étiquetage du saumon GM. Le groupe dit que certains grands détaillants en Amérique du Nord ont déjà promis de ne pas vendre le produit, suscitant l'espoir que le poisson pourrait encore être bloqué.

 

De toute évidence, les opposants demeurent opposés à la technologie qui a créé le nouveau saumon, en dépit des preuves croissantes qu'il n'est pas différent d'un saumon atlantique conventionnel du point de vue nutritionnel ou de la sécurité.

 

Mais de nombreux consommateurs recherchent des produits de la mer produits de manière écologique et responsable. Ils voient dans ce nouveau saumon le début d'une meilleure manière de produire nos aliments issus de la mer. Élevés sur terre, à proximité de l'endroit où vivent les consommateurs, ces poissons pourraient entraîner une réduction de l'empreinte carbone de la production et de la distribution des produits de la mer. Les saumons sont actuellement importés en Amérique du Nord depuis le Chili, la Norvège, l'Écosse et les îles Féroé.

 

Les opposants n'ont pas suivi l'évolution dans le domaine des systèmes d'aquaculture terrestres, du génie génétique et de l'édition de gènes. Ils continuent de soulever des préoccupations de moins en moins pertinentes, malgré les preuves montrant le très faible potentiel d'évasion à partir des installations terrestres et le faible potentiel d'accouplement de ce saumon modifié.

 

Les opposants ne parviennent pas non plus à comprendre l'innovation qui fait que le saumon AquaBounty change la donne avec des avantages à la fois pour les consommateurs et l'environnement dans un monde confronté à un avenir de plus en plus imprévisible en raison du changement climatique. Les tentatives visant à bloquer ce que de nombreux scientifiques estiment être une meilleure et plus durable manière de produire de la nourriture sont erronées et potentiellement nuisibles à notre sécurité alimentaire future.

 

_______________

 

Laura Braden, Ph.D. est titulaire d'une bourse postdoctorale au Département de Pathologie et de Microbiologie du Collège Vétérinaire de l'Atlantique au Canada. Ses recherches portent sur la compréhension des maladies des salmonidés chez les poissons sauvages et d'élevage en utilisant des techniques génétiques modernes. Son compte Twitter : @lulu_braden.

 

Source : https://www.geneticliteracyproject.org/2016/12/08/activist-journalists-ngos-continue-disinformation-campaign-approved-fast-growing-gmo-salmon/

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article