Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le Stupide sous un autre nom : acrylamide

26 Novembre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Risk-monger, #Activisme, #Santé publique

Le Stupide sous un autre nom : acrylamide

 

Riskmonger*

 

 

 

 

Au début des années 2000, lorsque les risques allégués se multipliaient comme des champignons vénéneux, les régulateurs suédois ont décidé de sonner l'alerte sur les risques pour la santé liés à l'acrylamide (les expositions humaines étant dues à la cuisson d'aliments riches en amidon). Alors que d'autres risques perçus donnaient lieu à de patients appels à des recherches plus poussées (champs électromagnétiques, OGM, perturbateurs endocriniens, vaccin ROR...), le risque issu de l'exposition à l'acrylamide a suscité des hurlements de rire et assuré à la Suède la réputation de pays alarmiste** et non scientifique. L'interdiction des aliments riches en amidon en raison de leur mode de cuisson (utilisé depuis des siècles...) était trop stupide, même pour la culture pétocharde qui s'est développée dans le monde occidental à partir des années 1990, des Années Trouille.

 

Mais les campagnes de peur à propos de l'acrylamide sont de retour à l'Âge du Stupide, assorties d'une vengeance, grâce à des militants poussant les décideurs politiques dans le Cercle du Ridicule et forçant un système réglementaire dont on abuse largement à légiférer sur nos manières de cuisiner nos aliments. Des ONG comme Corporate Europe Observatory et SumOfUs ont démontré comment elles pouvaient facilement manipuler le système pour forcer les régulateurs à interdire à peu près n'importe quoi, bannir les dahus des zones urbaines ou spécifier le nombre de branches d'un flocon de neige autrichien. Ces militants ont aussi compris que les gens leur feront un don plus important s'ils mentionnent le mot « cancer » au moins trois fois dans chaque paragraphe. Décembre est le mois des dons, et rien ne réchauffe plus le cœur des collecteurs de fonds des ONG que la douce sueur occasionnée par la peur (peu importe si la cause de la peur est déraisonnable).

 

Alors, qu'est-ce que l'acrylamide et comment les ONG ont-elles perfectionné l'utilisation du Stupide dans leur campagne ?

 

L'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments définit l'acrylamide comme suit :

 

« ...une substance chimique qui se forme naturellement dans les aliments riches en amidon au cours des processus de cuisson à haute température, notamment la friture, la cuisson au four, le rôtissage mais aussi la transformation industrielle à plus de 120°C et faible humidité. »

 

 

La plupart des aliments sont cuits au-dessus de 120°C, ce qui permet de les brunir, de produire du pain grillé, des biscuits, des frites et des chips (et même du café... un breuvage qui, si nous prenions la précaution au sérieux, devrait être interdit depuis de nombreuses années !). L'acrylamide est probablement cancérogène. Oui, surprise, surprise, le CIRC l'a classé, mais dans une évaluation des dangers, et, encore une fois, il s'agit d'une question d'exposition (évaluation du risque). Combien de miches de pains grillées devrais-je manger dans une journée pour légitimement prétendre m'être exposé à un risque de cancer ? Eh bien, c'est difficile à dire car une bonne partie de la communauté scientifique ne croit pas que l'acrylamide soit un risque grave de cancer (voir les sources 15-19) !

 

Alors qu'elle ne veut pas être entraînée dans une bataille de chiffres, l'EFSA estime que c'est probablement une bonne idée d'éviter le régime « pommes de terre rôties ». Bien que cela n'entre pas dans le cadre de son mandat, elle a recommandé des réductions d'exposition. Cela est intéressant parce qu'elle s'est trouvée confrontée non seulement à la science, qui n'est pas claire sur l'existence de risques pour la santé, mais aussi à une consultation publique, qui a suscité des opinions contradictoires. Ce processus signifie qu'une agence scientifique doit maintenant dialoguer avec toutes les parties prenantes et trouver un équilibre délicat entre la science respectable, les conseils clairs à prodiguer au public qui a pris part à la consultation, et les attentes des groupes de pression. Il faudrait procéder à une analyse plus approfondie pour déterminer si un tel exercice est utile dans le cadre du processus de délivrance d'un avis scientifique. En tout cas, l'EFSA n'a pas été en mesure de donner un avis clair sur une question claire.

 

Le National Institute of Health (NIH) américain n'a pas été confronté à un conflit militant. Il soutient le point de vue qu'une alimentation équilibrée, avec une variété de fruits et légumes, est la meilleure approche pour éviter les cancers. Le US National Cancer Institute rejette les campagnes de peur au sujet de l'acrylamide, refuse de faire des associations fondées sur quelques études sur des animaux, et ne recommande pas que les consommateurs changent leurs régimes alimentaires (pour autant qu'ils soient équilibrés).

 

 

Chimie + Cancer = Opportunité

 

Avec l'acrylamide, nous avons deux mots : « chimique » et « cancer ». Mais en dépit du faible niveau de risque, et du fait que cette substance chimique se forme naturellement, nous savons tous ce qui se passe lorsque ces deux mots sont utilisés dans la même phrase : les gens, même raisonnables, prennent peur. Et là où il y a de la peur, vous trouverez une ONG opportuniste (ou, dans ce cas, cinq groupes dont les babines dégoulinent de salive). La Commission Européenne est incitée à réglementer les niveaux d'acrylamide (le projet est attendu pour janvier) et les campagnes des ONG (des pétitions de SumOfUs au lobbying de Safe Food Advocacy Europe (SAFE), WeMove ou Corporate Europe Observatory (CEO), en passant par les menaces de procédures judiciaires de Client Earth) amplifient les peurs et obscurcissent les faits.

 

La manipulation de ces activistes est outrageusement dépourvue de toute moralité et intégrité. Voyez par exemple comment Client Earth, SAFE et Corporate Europe Observatory ont annoncé comment ils envisagaient de poursuivre la Commission Européenne si la législation n'allait pas dans leur sens. Ils demandent que la réglementation de l'acrylamide soit redéfinie, non comme une question d'hygiène (une recommandations non contraignantes sur la manière dont les aliments doivent être préparés) – qui est l'approche de la Commission Européenne et est la plus raisonnable –, mais plutôt comme une question de contamination (à savoir qu'une certaine substance chimique est entrée en contact avec nos aliments et doit être interdite). La substance chimique en question se produit certes naturellement lorsque les aliments sont cuits – ce n'est pas plus une contamination que dans le cas d'une fraise qui mûrit ou d'une pomme de terre qui verdit. Mais, comme ce sont des opportunistes, ces militants savent bien qu'en classant le processus comme une contamination, il faudra fixer des limites maximales contraignantes et la précaution entrera en scène. Aussi manifestement stupides que puissent être leurs arguments, une fois que ces zélotes se seront joués du système, ils pourront choisir les produits qu'ils voudront refuser au consommateur européen. Pourquoi le Corporate Europe Observatory est-il impliqué dans ce non-sens ? Vous n'avez pas besoin d'être dans le vrai ou le raisonnable pour gagner, il suffit d'être malin et manipulateur.

 

Et juste pour s'assurer qu'ils gagnent sur des bases émotionnelles, les activistes utilisent autant d'images de bébés que possible. Quel régulateur fera place à la science et au bon sens devant une affiche ou une vidéo d'un bébé confronté à un risque de cancer ? Vous n'avez pas besoin d'être éthique ou décent pour gagner, il suffit d'être malin et manipulateur.

 

Je pense que ces activistes de SAFE, CEO, SumOfUs et Client Earth sont, pour le dire simplement, horribles (et, je le précise, horribles de la manière la plus cynique). Je me demande souvent comment ils parviennent à dormir la nuit, eux et leurs donateurs aveuglés. D'une certaine manière, ces activistes (installés dans le ghetto tribal du bâtiment Mundo-B) se sont convaincus qu'ils ont le droit de dicter (même gentiment) comment les autres peuvent ou ne peuvent pas agir ; ils se sentent dans leur bon droit et se donnent donc le droit d'exercer ce droit . Moi, je ne vois que leur pharisianisme, et cela me rend malade.

 

 

Soyons raisonnables

 

L'Homme a cuit sa nourriture depuis qu'il a appris à maîtriser le feu ; nos méthodes de cuisson ont continué de s'améliorer ; et notre industrie alimentaire a fait preuve de responsabilité en réduisant les risques d'exposition. Il n'a pas été prouvé que l'exposition à l'acrylamide induit un risque de cancer pour les humains ; de fait, notre niveau d'exposition est extrêmement faible, alors que les gesticulations des ONG suscitant des peurs sont devenues extrêmement irresponsables. Il serait peut-être temps d'en appeler à la « raison ».

 

  • L'acrylamide est-il un risque grave de cancer ? Non ! C'est la dose qui fait le poison.

     

  • Faut-il vraiment avoir peur de l'acrylamide ? Les ONG agitent sans aucune éthique l'aiguillon de la peur.

     

  • Avons-nous besoin de modifier nos habitudes alimentaires ? Le US National Cancer Institute dit clairement que non !

     

  • Les aliments bio cuits sont-ils plus sûrs ? Ah ! Puis-je vous donner un câlin, Snowflake ?

 

Pourquoi alors la Commission Européenne a-t-elle élaboré un règlement sur l'acrylamide ? Malheureusement, elle a été aspirée dans le vortex du Stupide. Les activistes zélotes manipulent le processus politique pour nous forcer à appliquer le principe de précaution et interdire des aliments que des centaines de millions d'Européens apprécient. Et la DG Santé semble impuissante à arrêter le processus. Stupéfiant !

 

Soyons raisonnables ! Nous n'allons pas interdire les grille-pain ni refuser aux gens le plaisir d'un paquet de chips. Les niveaux d'acrylamide dans les aliments transformés comme les chips ont déjà diminué de plus de la moitié entre 2002 et 2011, alors quel est l'intérêt de ce processus de réglementation ? Je soupçonne que la Commission Européenne a été prise au piège, qu'elle a dû honorer un engagement de quelque dingue de la santé, qu'une fois le processus engagé, le Stupide a pris le relais et que la Commission Européenne semble maintenant disposée à devenir la risée des régulateurs mondiaux.

 

Il ne faut pas oublier qu'en vertu du traité de Lisbonne, les États membres peuvent intervenir et bloquer les processus réglementaires en cours qui sont jugés irrationnels ou malavisés. L'acrylamide est un candidat idéal pour une telle intervention, mais cela nécessiterait du courage de la part des décideurs politiques pour s'opposer aux activistes militants.

 

La précaution n'est dans ce cas pas du tout raisonnable. Malheureusement, c'est trop souvent le contraire qui l'emporte. La législation de précaution produit la propension au déraisonnable, c'est-à-dire des craintes illogiques qui créent un besoin indu d'agir. Cela peut effrayer les consommateurs qui modifient leur alimentation en éliminant les amidons (et en les remplaçant par des niveaux plus élevés de graisse). Cela peut entraîner l'interdiction de certains aliments plaisir, la confusion chez les consommateurs et un surcroît d'anxiété. Je ne vois aucune raison ni aucune valeur à une telle loi.

 

 

L'éducation ne serait-elle pas meilleure ?

 

Au lieu de créer de la peur et de l'incertitude, je pense qu'il serait préférable d'éduquer les gens et de faire confiance à leur capacité décision. Ne donnez pas du café à votre bébé ! Les parents qui donnent une tasse de jus à leur bébé lui donnent probablement d'autres choses bien plus nocives que les amidons transformés !

 

Le Riskmonger se paye un « cornet à cancers » belge traditionnel

 

On m'a appris dans les années 1970 à ne pas manger des toasts brûlés. Je sais qu'il y a mieux que de manger plus d'une portion de frites (mais l'huile est le seul risque réel à considérer). Une alimentation équilibrée signifie que je ne devrais pas vivre seulement de biscuits ! C'est du bon sens, et nous devrions nous assurer que les gens reçoivent ce message et avoir confiance dans le fait qu'ils peuvent prendre des décisions raisonnables et éclairées (compte tenu de la faiblesse du risque).

 

Ne pas éduquer les gens et choisir plutôt de réglementer les produits (et les plaisirs) en les éliminant des rayons est le vrai cancer derrière le débat sur l'acrylamide. Dans l'État paternaliste fondé sur la précaution, on ne peut pas faire confiance aux gens. C'est un autre exemple de la lutte pour le pouvoir des activistes. Ce que les activistes font est clair : ils ne visent pas à assurer une chaîne alimentaire plus sûre, mais à affaiblir encore davantage la confiance dans les autorités et notre système de gestion des aliments. Dans une ère sans confiance, vers qui irons-nous nous tourner pour la confiance ? Vers ce groupe qui a été à l'origine de la peur et qui nous demande maintenant notre générosité pendant la saison des dons.

 

Les ONG qui sont derrière ce petit jeu ne s'intéressent pas à une population mieux informée et capable de prendre ses propres décisions.

 

Les ONG derrière ce petit jeu ne sont pas intéressées par un débat ouvert avec les consommateurs et les parties prenantes.

 

Les ONG derrière ce petit jeu ne sont pas intéressées par plus de science et de technologie pour réduire l'exposition (si l'acrylamide devait se révéler réellement un risque).

 

Et la poire pour la soif : les chercheurs ont mis au point une pomme de terre génétiquement modifiée qui, lorsqu'elle est cuite, produit beaucoup moins d'acrylamide. Je soupçonne que pour une raison ou une autre, ces hypocrites activistes ne sont pas vraiment intéressés par les solutions fournies par la science.

 

 

L'acrylamide n'est qu'un sujet de discussion normal si nous vivons à l'Âge du Stupide !

 

_______________

 

* David pense que la faim, le SIDA et des maladies comme le paludisme sont les vraies menaces pour l'humanité – et non les matières plastiques, les OGM et les pesticides. Vous pouvez le suivre à plus petites doses (moins de poison) sur la page Facebook de Risk-Monger.

 

** Communication scientifique et l '« alerte » suédoise à propos de l'acrylamide

 

Lofstedt RE.

 

Le 24 avril 2002, l'Administration Nationale Suédoise de l'Alimentation et un groupe de chercheurs de l'Université de Stockholm ont lancé une alerte concernant les risques potentiels pour la santé liés à la consommation d'aliments frits et cuits au four tels que les pommes de terre et le pain. Les scientifiques ont trouvé des niveaux élevés d'acrylamide (jusqu'à 500 fois plus d'acrylamide que permis dans l'eau potable par l'Organisation Mondiale de la Santé), une substance largement considérée comme causant le cancer, dans les aliments à haute teneur en amidon cuits. Les résultats de cette « alerte » ont été immédiats. En Suède, les ventes de chips ont chuté de 30-50 pour cent sur une période de 3 jours après la conférence de presse, et le cours des actions de plusieurs fabricants d'aliments frits a chuté sensiblement, car les analystes boursiers craignaient que la consommation d'aliments frits allait diminuer considérablement. Mais quatre jours après la conférence de presse, les consommateurs ont recommencé à manger des aliments frits comme d'habitude et un certain nombre de chercheurs et de journalistes de Suède et d'ailleurs ont estimé que l'alerte avait été à la fois exagérée et déplacée. Dans cette étude, j'évalue le processus de communication scientifique associé à la peur, à partir d'une analyse du contenu d'un groupe restreint de journaux suédois depuis la conférence de presse d'avril 2002 jusqu'à décembre 2002. En outre, l'étude est fondée sur des entretiens avec les différents régulateurs suédois impliqués dans le processus lui-même (en particulier à l'Administration Nationale Suédoise de l'Alimentation) ainsi qu'avec les scientifiques responsables de l'étude à l'Université de Stockholm et des journalistes et politiciens.

 

Source : https://risk-monger.com/2016/11/23/stupid-spelt-backwards-acrylamide/

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

sans position 20/01/2017 07:29

acrylamide = veillissement cellulaire et non l inverse (cancer) multiple étude publier sur le sujet et stupide qui peut (ou veut ?)