Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Séralini, Douzelet et Hulot en Inde : l'activisme financé par le contribuable français !

9 Octobre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Activisme, #Gilles-Éric Séralini, #Vandana Shiva, #Inde

Séralini, Douzelet et Hulot en Inde : l'activisme financé par le contribuable français !

 

 

 

M. Anil Madhav Dave, Ministre d'État pour l'Environnement, les Forêts et le Changement Climatique

 

 

Nous avons vu dans les billets précédents (ici et ici) que MM. Gilles-Éric Séralini et Nicolas Hulot se sont trouvés en Inde fin septembre – début octobre 2016 et qu'ils ont notamment contribué au lobbying contre la moutarde hybride produite à partir de lignées obtenues par transgénèse. En fait, il y avait aussi M. Jérôme Douzelet.

 

Qui a financé leur voyage et leur séjour (au moins en partie) ? On peut penser que c'est le contribuable français.

 

Mais le problème ne se limite pas à cela. Par l'intermédiaire de l'Institut Français – une entité censée promouvoir la culture française – les autorités françaises se sont immiscées dans les affaires internes indiennes et ont contribué à un activisme socio-politique.

 

En outre, il est difficile de ne pas entrevoir un détournement de l'institution à des fins personnelles.

 

 

http://navdanya.org/events/599-bhoomi-2016

http://navdanya.org/events/599-bhoomi-2016

 

Nos recherches pour les billets précédents (ici et ici) nous ont mis sur la voie d'un « festival » d'une journée organisé le 1er octobre 2016 par Navdanya – l'entreprise de Mme Vandana Shiva – en collaboration, notamment, avec l'Institut Français.

 

Le thème ? « Healing Our Planet, Healing Our Body » (guérir la planète, guérir notre corps). Vaste programme !

 

 

Un « festival » superbement programmé

 

 

Séralini, Douzelet et Hulot en Inde : l'activisme financé par le contribuable français !

 

Il y eut donc une série d'événements soigneusement orchestrés :

 

  • une cérémonie quasiment religieuse en hommage à la Terre et à Gandhi ;

     

  • des discours, y compris de M. Bertrand de Hartingh, Directeur de l'Institut Français en Inde, et de M. Anil Madhav Dave, Ministre d'État pour l'Environnement, les Forêts et le Changement Climatique ;

     

  • des conférences ;

     

  • des lancements de livres ;

     

  • des films, du théâtre et un dîner.

 

Avoir réussi à obtenir la participation du ministre en charge du dossier des autorisations d'OGM constitue une belle performance. M. Anil Madhav Dave a aussi lancé le livre : « Krishi Sutram: Vedic Roots of Agro-ecology ».

 

Que cela augure-t-il, notamment pour la moutarde ?

 

 

 

Une heure et demie pour sauver la planète

 

M. Nicolas Hulot, paré de son titre d'ancien envoyé spécial pour la protection de la planète et de président de la Fondation Nicolas Hulot, s'est exprimé dans une session d'une heure et demie consacrée au changement climatique, à la biodiversité et à l'agro-écologie.

 

C'était donc là la raison principale de sa présence à New Delhi...

 

Il en aura profité pour participer également à l'événement du Swadeshi Jagran Manch et, comme on le verra ci-dessous, à un cours de Navdanya sur l'agroécologie.

 

Il a été précédé par Mme Vandana Shiva, présentée comme fondatrice de Navdanya (selon Wikipedia, elle est l'une des fondateurs...) et suivi par M. Andre Leu, président de l'IFOAM, la Fédération Internationale des Mouvements de l'Agriculture Biologique.

 

Comparez le titre de la session et l'identité des intervenants... « agro-écologie » est un camouflage pour « agriculture biologique ».

 

Quant à ce qu'a pu dire M. Hulot... mystère...

 

Séralini, Douzelet et Hulot en Inde : l'activisme financé par le contribuable français !

Des films, oui mais de... Navdanya

 

Il y eut un film sur «Living Food » (les aliments vivants) par Tadpole Artists Repertory.

 

Mais ce que le programme n'a pas explicité, c'est qu'il s'agit du troisième volet d'une série, après « The living seed » et « The living soil » produite par... Navdanya.

 

Du reste, si vous voulez un aperçu de la pensée de l'écodéesse sur l'avenir de l'agriculture, regardez au moins le début de « The living seed ». C'est évidemment le droit de Mme Shiva de s'investir pour le maintien des archaïsmes, mais qu'est venu faire ici l'Institut Français ?

 

Nous avons en France une industrie des variétés et des semences performante et ouverte sur le monde extérieur... et notre Institut Français contribue à la promotion du Swadeshi...

https://www.youtube.com/watch?v=KKanFBrlhrshttps://www.youtube.com/watch?v=KKanFBrlhrs

https://www.youtube.com/watch?v=KKanFBrlhrs

 

De qui est ce livre ?

 

 

Séralini, Douzelet et Hulot en Inde : l'activisme financé par le contribuable français !

Il y eut, sur une heure et demie, le lancement d'un livre. Traduisons mot à mot le programme :

 

« Lancement d'un livre par Dr Vandana Shiva & Dr Bertrand de Hartingh de la grande escroquerie en matière de santé : les révélations choquantes d'un chef et d'un scientifique

 

Suivi par un dialogue entre les auteurs, un scientifique et un chef : Dr Gilles-Éric Séralini & Jérôme Douzelet »

 

Voilà donc la raison officielle de la présence de MM. Séralini et Douzelet à New Delhi.

 

L'événement ayant été organisé en collaboration avec l'Institut Français, il y a tout lieu d'admettre que les frais de déplacement – ou une grande partie d'entre eux – ont été pris en charge par le budget de l'État. Français bien entendu. Pour quel rapport coût-bénéfice ?

 

Mais il y a peut-être plus intéressant : cette prose précitée laisse entendre, d'une part, que l'ouvrage ainsi lancé est une resucée de « Plaisirs cuisinés ou poisons cachés » de MM. Séralini et Douzelet et, d'autre part, que les auteurs en sont Mme Shiva et M. de Hartingh.

 

 

Y a-t-il eu détournement ?

 

Reprenons :

 

  • Soit l'ensemble du programme ;

     

  • Soit le fait que ce programme fait la part belle à Mme Vandana Shiva, à Navdania et à son projet socio-économico-politique et son fond de commerce ;

     

  • Soit le fait que ce programme incluait la promotion d'un livre co-écrit – sauf démenti – par le Directeur de l'Institut Français en Inde ;

 

L'implication de l'Institut Français était-elle conforme aux principes qui doivent régir son action et, plus généralement, le fonctionnement de l'État ?

 

 

Une collaboration cachée ?

 

La collaboration de l'Institut Français se serait inscrite dans le cadre de « The Other Thought: French-Indian Encounters on Creativity and Innovation » (l'autre pensée ; rencontre franco-indiennes sur la créativité et l'innovation).

 

Il est bien difficile de voir où sont la créativité et l'innovation – relevant des missions de l'Institut Français – dans le programme de l'événement.

 

Mais ce n'est pas tout : il n'y a strictement rien sur l'événement sur le site dédié de l'Institut français !

 

Nous avons écrit au service de presse pour demander des informations compte tenu du fait qu'il y avait une annonce sur le site de Navdanya et rien sur le site de l'Institut. Réponse, en original :

 

« Thank you for the Information. »

 

Quand on se voit ainsi opposer une fin de non recevoir, on ne peut que se voir conforté dans ses hypothèses.

 

 

Une présence en Inde mise à profit

 

Séralini, Douzelet et Hulot en Inde : l'activisme financé par le contribuable français !
Séralini, Douzelet et Hulot en Inde : l'activisme financé par le contribuable français !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article