Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le basilic est cancérogène !

12 Octobre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Santé publique

Le basilic est cancérogène !

 

Schillipaeppa*

 

 

 

 

Le basilic est un cancérogène. Qui l'eût cru ? Mais du calme : comment suis-je arrivée à cette affirmation ? Voici : le basilic contient de l'estragole, une substance qui est également connue sous le nom de « méthylchavicol », « 1-méthoxy-4-allylbenzène », « 4-allylanisole » ou encore «1-méthoxy-4- (2-propényl)-benzole » et dont des études sur des animaux ont montré qu'elle provoque le cancer.

 

L'Institut fédéral de la protection de la santé des consommateurs et de médecine vétérinaire (BgVV), le prédécesseur de l'Institut fédéral d'évaluation des risques (BfR), a écrit dans un document de référence de 2002 :

 

« Les substances végétales estragole et méthyl-eugénol présentent des effets cancérogènes dans des expériences sur des animaux, et des effets génotoxiques dans des essais in vitro et in vivo, les données disponibles étant insuffisantes pour une évaluation scientifique finale. Il n'y a pas d'études épidémiologiques sur les effets de ces substances chez l'homme. »

 

L'estragole et le méthyl-eugénol se trouvent dans de nombreuses plantes aromatiques, dans le basilic, mais aussi l'estragon, le laurier, les clous de girofle, l'anis, le macis, la muscade et la citronnelle. On trouve aussi des traces de méthyl-eugénol dans les bananes et le pamplemousse.

 

 

En 2013, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a évalué le méthyl-eugénol et l'a classé comme « cancérogène possible » (groupe 2B). Le Centre a estimé qu'il était prouvé que la substance provoquait le cancer chez les animaux :

 

« Il existe des preuves suffisantes chez les animaux de laboratoire pour la cancérogénicité du méthyl-eugénol. »

 

Une autre classification n'a toutefois pas été possible parce qu'il n'y a aucune donnée sur la cancérogénicité de la substance chez l'homme. Le CIRC n'a pas encore évalué l'estragole. Toutefois, le Comité Scientifique de l'Alimentation de l'Union européenne (« Scientific Committee on Food »), le précurseur de l'EFSA d'aujourd'hui, a procédé à une évaluation en 2001 :

 

« Conclusion

 

Il a été démontré que l'estragole est génotoxique et cancérogène. On ne peut donc pas supposer qu'il existe un seuil et le Comité n'a pas pu établir une limite d'exposition sans danger. Par conséquent, des réductions de l'exposition et des restrictions dans les niveaux d'utilisation sont indiquées. »

 

Ainsi, les experts ne peuvent pas dire quels sont les niveaux de consommation de la substance estragole qui sont sûrs, et conseillent de maintenir l'exposition aussi basse que possible.

 

Dans ses conférences, le Pr Dr Dr Andreas Hensel, président du BfR, met la consommation d'une demi-feuille de basilic au même niveau que la consommation de deux cigarettes :

 

 

Exemples de classements de risques

Risque nul, risque résiduel, risque de 1 : 1 million

 

 

 

Risque

2

Fumer des cigarettes (y compris risque d'infarctus)

Goudron

30

Cannettes de boissons gazeuses à la saccharine (selon le point de vue américain)

Saccharine

4

Cuillères à café de beurre d'arachide par an en cas d'hépatite B1

Aflatoxines

4

Cuillères à café de beurre d'arachide tous les dix jours pour les personnes non atteintes par l'hépatite B1

Aflatoxines

150

Steaks (200g), grillés sur feux au charbon de bois

Benzopyrènes, notamment HAP

100

Portions de crevettes de 100 g

Formaldéhyde

100

Portions de 1 g de moutarde brune

Allysothiocyanate

1 / 2

Feuille de basilic

Estragole

70

Demi-litres de bière par an

Alcool (cancer)

1 / 4

Radio des poumons

Rayonnements

1

Non fumeur vivant pendant deux semaines avec un fumeur

 

 

Une demi-feuille de basilic aussi dangereuse que deux cigarettes ? Arrivederci, pesto !

 

Qui l'eût cru ? Les herbes aromatiques jouissent dans la perception du public d'une toute autre image. Et pourtant ! La salade tomate-mozzarella au basilic frais est supertendance…

 

_________________

 

* L'auteure a fait des études de philosophie, est éditrice et a atterri il y a déjà plus de dix ans à la campagne. Sur son blog, elle (d)écrit – miracle ! La traduction peut être fidèle – ce qui la préoccupe, lorsqu'elle n'est pas en train de curer l'écurie des poneys, de chercher des gants de gardien de but, de s'occuper de quantités de denrées alimentaires ou de linge, ou encore de tenter d'arracher les mauvaises herbes plus vite qu'elles ne poussent.

 

Source : https://schillipaeppa.net/2016/10/10/basilikum-ist-krebserregend/

 

Partager cet article

Commenter cet article

Magnouloux de Montpoulet 13/10/2016 18:44

Cela me rappelle la réflexion d'un paysan : « Avec ce que ça coûte, les antibiotiques, si on engraissait nos bêtes avec, on ferait tout de suite faillite ». Il y a des mensonges qui ont la vie dure !

sebastien HERVE 13/10/2016 11:49

La vie est une maladie, tout le monde en meurt... Sérieusement c'est une blague votre titre, non? Le pain grillé est cancerogène, le barbecue l'est, l'alcool, la plupart des cosmétiques, le stress aussi:
on fait quoi on arrête tout? Pour info le risque d'accident en voiture est d'1/10000: on arrête de conduire? Déja il faudrait voir si le basilic est bio ou pas quelles espèces etc (les études qui disait que les oeufs augmentent le "mauvais cholestérol" (LDL) ont été refaites et ne montrait plus la même chose: je pense qu'entre un oeuf d'une poule élevé en exterieur, avec de l'espace et un agriculteur bienveillant et un oeuf d'une poule élevé en usine avec hormones et antibiotiques dans des conditions abominables:
les deux oeufs ne sont pas du tout les mêmes.
Notez que je trouve votre article intéressant, en particulier votre tableau des risques.

Charles 16/10/2016 23:25

"Déja il faudrait voir si le basilic est bio ou pas"

Ha...ha...ha

Jean-Gilles Mongendre 14/10/2016 13:20

Je pense que vous n'avez pas bien compris la conclusion de l'article. Il dit seulement que rien n'est sûr à 100%, et que c'est justement pour ça qu'il faut savoir raison garder, arrêter le deux poids deux mesures du type « A est cancérogène mais j'aime bien A donc je n'en fais pas cas ; B est cancérogène mais j'ai un a priori contre B donc je pousse des cris d'orfraie et crie à l'assassinat ».
La question de savoir si le basilic est bio n'est pas vraiment pertinente : on parle ici d'une substance végétale, constitutive de la plante, et pas d'une substance qu'on aurait trouvée sur la plante après traitement (qui existent aussi bien en conventionnel qu'en bio, par ailleurs).

douar 13/10/2016 17:35

"Un oeuf d'une poule élevé en usine avec hormones et antibiotiques"
Des hormones données aux pondeuses? Sérieusement, trouvez-en moi UN élevage en Europe. Les hormones en volailles, C'est un mythe, sans doute propagé par la chanson de Ferrat ("Mon dieu, que la montagne...).
Et concernant la poule élevé(e) en extérieur, et bien une étude présentée aux JRA de 2009 (Journées recherche avicole) montrait qu'on retrouvait plus de métaux lourds dans la viande de poulet "label" plein air dans dans la viande de poulet élevé en claustration. Et ce, d'autant plus marqué que l'élevage en plein air était proche d'une route.
Etonnant non?