Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Luddites, faucheurs et maintenant emmerdeurs

2 Septembre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Activisme, #amélioration des plantes

Luddites, faucheurs et maintenant emmerdeurs

 

À propos de l'acte de vandalisme qui a perturbé le Congrès général de l'EUCARPIA

 

Luddites, faucheurs et maintenant emmerdeurs

« Nous allions l'art et la science de l'amélioration des plantes »

 

Connaissez-vous l'EUCARPIA, l'Association Européenne pour l'Amélioration des Plantes ?

 

Créée en 1956 et ayant son siège officiel à Wageningen (Pays-Bas), haut lieu de l'agronomie dans le monde, elle a pour but de promouvoir la coopération scientifique et technique dans le domaine de l'amélioration des plantes... au final l'amélioration de la condition humaine à travers l'agriculture et l'alimentation.

 

C'est essentiellement un forum : elle organise et sponsorise des réunions qui permettent de débattre de toutes sortes de questions liées à l'amélioration des plantes – les activités à prédominance commerciale étant exclues. C'est un lieu de rencontre – réelle par les réunions, virtuelle par les publications – pour des entités et des gens de pays, de centres d'intérêt et d'horizons divers. On y rencontrera par exemple des chercheurs de l'INRA français et des chercheurs et sélectionneurs d'entreprises privées de sélection.

 

Une partie des activités est organisée en sections – pour des espèces ou des groupes d'espèces particulières, comme la pomme de terre ou encore le maïs et le sorgho, ou pour des thèmes transversaux, comme l'agriculture biologique et à bas intrants ou encore les ressources génétiques.

 

 

Tous les quatre ans, l'EUCARPIA tient une assemblée générale et un congrès général. Ils ont eu lieu cette année, du 29 août au 1er septembre, à Zurich, à l'École polytechnique fédérale, sur le thème : « Plant breeding: the art of bringing science to life » (amélioration des plantes : l'art d'apporter la science à la vie). En 2012, à Budapest, c'était l'amélioration des plantes pour les générations futures.

 

 

« Des activistes “fertilisent” le Congrès général »

 

Il y eut les Luddites et leurs « briseurs de machines », des artisans anglais qui se sont opposés en 1811-1812 aux employeurs et manufacturiers qui favorisaient l'emploi de machines dans la filature et le tissage. Eux pouvaient au moins arguer de la défense de leur gagne-pain.

 

Plus près de nous, en France, il y a les Faucheurs Volontaires. Leur motivation ? Imposer à la société une philosophie et un mode de vie par l'action violente, certes pas (encore ?) contre les personnes, mais par la destruction de choses. Le dernier exploit en date ? La destruction de plus de trois hectares de tournesol de semence à Elne dans les Pyrénées Orientales.

 

Elne, après leur passage...

 

 

Mais l'EUCARPIA vient de faire l'expérience de l'escalade de la violence. Le 29 août 2016, vers 11 heures, les congressistes entendaient en plénière M. Nils Stein sur la génomique et la bio-informatique. M. Stein dirige un groupe de recherche sur la diversité génomique à l'Institut Leibnitz de Génétique Végétale et de Recherche sur les Plantes Cultivées (IPK) à Gatersleben, en Allemagne. Il est le président du Consortium International pour le Séquençage du Génome de l'Orge (IBSC). C'est, en bref, de la recherche fondamentale qui nourrit l'amélioration des plantes dans son ensemble.

 

Et c'est cette conférence que des activistes ont choisi de saboter. Mais le plus simple, ici, est de reproduire, en traduction, le communiqué de presse de l'EUCARPIA.

 

« Il est environ 11 heures quand un groupe d'activistes pénètre dans la salle de conférence de l'ETH Zurich, en jetant de l'urine sur le public tout en peignant "Merde à la technologie" sur le mur. Quand ils furent partis, ils ont laissé derrière eux des dégâts considérables, un merdier d'œufs pourris et d'excréments, et aussi un public plein d'incompréhension. Le fait que les activistes aient choisi notre congrès de l'EUCARPIA pour leur action est tout à fait remarquable car les scientifiques du domaine des plantes sont tout aussi préoccupés qu'eux par le défi de nourrir le monde et, comme les activistes semblaient le réclamer, veulent aussi mettre fin à la dépendance aux pesticides dans l'agriculture. Dans le même temps, les productions végétales doivent utiliser moins d'eau et d'engrais.

 

Le congrès de l'EUCARPIA réunit des scientifiques et des sélectionneurs de plantes de toute l'Europe et d'ailleurs pour partager les dernières connaissances sur les plantes. Le programme du congrès est varié. Une toute petite partie des plus de 300 contributions traite des plantes génétiquement modifiées, alors que l'utilisation incontestée de l'information génétique pour complémenter la sélection classique prenait une place très importante dans le programme. Toutes les opinions et tous les points de vue sur la façon de relever les défis de l'avenir sont représentés dans l'EUCARPIA. Le président dirige un programme de sélection destiné à l'agriculture biologique couronné de succès, tandis que le prochain président, désigné, est impliqué dans le développement de pommes de terre résistantes aux maladies par cisgénèse. Syngenta est un sponsor du congrès, tout comme le FiBL, l'institut de recherche pour l'agriculture biologique.

 

Les scientifiques présents au congrès veulent savoir comment ils peuvent stimuler la plante pour tirer le meilleur parti de son propre pouvoir. Ce n'est que si nous en savons plus sur les processus génétiques et physiologiques que nous pouvons produire des variétés végétales qui assurent la sécurité de rendement pour l'agriculteur et dont le produit a un bon aspect et un bon goût, tout en étant au niveau du point de vue de l'environnement. Nous avons besoin de diverses technologies pour mieux comprendre comment fonctionnent les plantes. Elles sont notre nouveau microscope. L'utilisation de technologies sûres est donc un moyen, et non un but en soi, pour produire les variétés nécessaires à l'agriculture traditionnelle, conventionnelle et biologique. La manière dont les activistes ont choisi de faire connaître leurs préoccupations était peu orthodoxe, mais laisse plein et entier le fait qu'essayer de nourrir une population mondiale croissante, et de le faire de manière durable, est une tâche gigantesque qui signifie qu'il faut utiliser tous les outils et technologies qui sont sûrs et peuvent nous permettre d'atteindre cet objectif.

 

Deux des activistes qui ont fui ont été arrêtés par la police grâce à la réaction courageuse de deux participants locaux au congrès qui les ont suivis. Aucun des participants au congrès n'a été en danger personnel. Après une demi-heure de suspension, le congrès a repris. »

 

Le président Beat Boller et le prochain président Richard Visser ont choisi de manier l'humour dans le titre de leur communiqué de presse. La dérision est sans nul doute une réponse appropriée à un acte dérisoire. Mais nous devons nous interroger au-delà de cette action imbécile : quel avenir pour une société qui rejette ainsi la technologie ? Et quelle est notre réponse aux imbéciles, les vrais, ceux qui instrumentalisent des activistes ?

 

 

Addendum : une belle vidéo.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article