Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'actualité est aux abattoirs... le Monde plaide pour le véganisme

21 Septembre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Activisme, #critique de l'information

L'actualité est aux abattoirs... le Monde plaide pour le véganisme

 

Attention ! Gélatine de bœuf...

 

Selon Wikipedia :

 

« Le véganisme est un mode de vie consistant à ne consommer aucun produit ou service issu des animaux ou de leur exploitation. L'adoption de ce mode de vie découle généralement d'une idéologie qui propose une redéfinition normative de ce que devraient être les relations des humains aux animaux. Cette idéologie peut prendre la forme de l'antispécisme, un mouvement selon lequel la même considération morale devrait être accordée aux différentes espèces animales. Plus généralement, le véganisme peut s'inscrire dans une action pour la défense des droits des animaux. »

 

Le commun des mortels qui ne s'intéresse pas dans le détail aux multiples chapelles des philosophies existentielles et alimentaires a peut-être du mal à saisir la portée pratique de cette idéologie et de ses interdits : pas de consommation de produits carnés ou issus d'animaux (laitages, œufs, miel...) ; pas d'utilisation de produits, instruments, accessoires, vêtements, bijoux d'origine animale ou fabriqués à partir de composants animaux, ou encore ayant été testés sur des animaux ; pas d'animaux domestiques ; pas de loisirs ou de participation à des spectacles occasionnant la mort ou la souffrance d'un animal (y compris l'équitation)...

 

Cela peut aller très loin. Ainsi, le sucre blanc peut être proscrit : il peut avoir été raffiné à l'aide de noir animal. De même que des jus de fruits, des vins, des bières : ils peuvent avoir été clarifiés avec de la gélatine animale. Voir par exemple ici.

 

Les idéologies véganiques ont aussi leurs prescriptions pour l'agriculture : pas de produits animaux, donc pas de fumiers animaux ni, évidemment, de restes d’animaux issus des abattoirs. Pour la protection des cultures... c'est silence radio ici. Ou bien :

 

« ...Les ravageurs étant vus comme des indicateurs, et non comme des ennemis à combattre. Ce système de culture axe explicitement sur la tolérance et considère a priori qu’une partie des récoltes revient à la nature. L’usage de répulsifs reste tout de même utilisé. »

 

Le doryphore a donc droit à sa part... Notons pour sourire que la « végéculture » ou « agriculture biologique végétalienne » est incompatible avec la biodynamie et ses préparations de bouse de vache dans des cornes de vache ou des vessies de cerf.

 

Il est difficile de caractériser précisément ce qui est actuellement à la mode dans les milieux branchés. C'est en tout cas la combinaison de « protection » des animaux d'élevage avec son corollaire, la critique des conditions d'abattage, d'antispécisme, de véganisme...

 

Dans la presse généraliste, nul autre que le Monde – rubrique Planète il va sans dire – ne pouvait se faire le porte-parole tonitruant de ce mouvement. Voyez donc :

 

 

Ce feu d'artifice coïncide avec la publication du rapport de la Commission d'Enquête Parlementaire sur les Conditions d'Abattage dans les Abattoirs Français, laquelle préconise 65 mesures – il faudra voir le rapport quand il sera publié.

 

Le sujet est évidemment traité par beaucoup de médias, avec plus ou moins de pudeur et de retenue. Notons ici le « Olivier Falorni : "Il faut constitutionnaliser les droits des animaux" » sur RTL, suivi par quatre recommandations de lecture sur... l'association L214.

 

Nous n'avons pas vu de contributions émanant de la filière – des éleveurs, des industriels de l'abattage et de la transformation, des ouvriers d'abattoirs...

 

Pour beaucoup – et citons le Monde – la mesure phare est :

 

« rendre obligatoire le contrôle vidéo dans les abattoirs, en installant des caméras partout où des animaux vivants sont conduits ou tués. »

 

Et pour M. Falorni... Pitié ! Respectez la Constitution, la construction rationnelle de l'édifice juridique qui gouverne notre Nation !

 

Cela reflète un problème croissant pour le monde agricole issu de l'urbanisation croissante de la population et sa déconnexion des réalités du monde agricole et alimentaire, de la boboïsation des rédactions, ainsi que de la démagogie politique.

 

RTL fait donc l'article pour L214, et le Monde pour le véganisme...

 

La question du bien-être animal en fin de vie – mon humanisme personnel me commande d'écrire : la question des conditions de travail des salariés des abattoirs affectés à cette tâche pénible et éprouvante – mérite mieux que ça.

 

Quant au véganisme, il ne faut pas avoir fait Polytechnique pour comprendre que l'application généralisée de ce gloubiboulga idéologique infantile aurait des conséquences dévastatrices sur notre société, et même sur ces animaux que la bien-pensance béate prétend vouloir protéger. Mais on peut toujours rêver transformer les vertes pâtures pour animaux désormais disparus en parcours de golf...

 

Le Monde aura offert une tribune à une brochette de célébrités vraies, sur le retour ou en espoir de le devenir, toutes en quête de béatification et d'un siège à la droite du roi des animaux – ah non ! Lui, il est carnivore... ? Il nous aura aussi offert la possibilité de vitupérer la bien-pensance et la bêtise.

 

Leur véganisme (enfin pour une partie d'entre eux...), oui ! Leur prolélytisme, non !

 

« ... notre société doit s’orienter vers un idéal de justice et évoluer vers le véganisme. »

 

C'est écrit par des gens dont certains « ont fait le choix de réduire leur consommation de viande »... De qui se moque-t-on ?

 

Partager cet article

Commenter cet article

Toune 22/09/2016 21:56

Qu'il existe quelques fêlés pour se perdre dans l'idéal végan est une chose. Que nos chers médiats se vautrent dans ce néant idéologique et nous invitent à les suivre, bien-pensance en bandouillère, CA me débecte...
Audrey Garric est la pour ça, et en effet, on se demande comment Le Monde peut évoquer de tels sujets sans donner la parole à des éleveurs, à des salariés d'abattoirs...
Mais on n'est plus surpris par grand chose de la part de ce médiat "référence"...

un physicien 21/09/2016 19:20

Parmi tout çà, il y avait un article - vite disparu - sur les enfants qui meurent de dénutrition ...

Astre Noir 21/09/2016 16:44

Pour continuer à rire un bon coup, voici un plaidoyer pour des chats et chiens végétaliens...

https://liberationanimale.com/2011/04/02/des-chiens-et-des-chats-vegetariensvegetaliens/

La contradiction entre le militantisme vegan et la possession d'un animal domestique ne les effleure ême pas !

Charles 22/09/2016 11:29

Non en fait pas que des silences. On m'a aussi rétorqué que ce n'était rien en comparaison des animaux "assassinés" en abattoirs.

Charles 22/09/2016 11:27

J'ai eu l'occasion de discuter de cette contradiction avec quelques tenants du veganisme. Ils sont persuadés d'être des bienfaiteurs de l'humanité ou en tout cas de la félinité en adoptant des chats qui, autrement, "finiraient euthanasiés, abandonnés en refuge ou livrés à eux-mêmes dans la nature". Et non, selon eux ils n'y a pas de notion d'emprisonnement ou de possession d'un animal domestique, qu'ils considèrent comme leur égal aux yeux de Mère Nature mais qu'ils n'hésitent pourtant pas à faire castrer. En fait à partir du moment où l'animal n'a pas été acheté en animalerie mais "sauvé" des griffes d'un refuge ou récupéré dans la rue, c'est OK. Et lorsqu'on évoque les centaines de milliers d'oiseaux et de rongeurs décimés gratuitement chaque année par leur compagnon à quatre patte, silence embarassé.
Il ne faut pas chercher de logique là-dedans.

douar 21/09/2016 17:28

Vraiment une bande de fêlés.
Quand on lit, entre autres, que les aliments (croquettes) industriels sont bourrés de pesticides, donc il faut éviter absolument. Alors que quelques lignes plus haut, ils recommandent benoitement de faire un peu attention aux oignons et au chocolat pour les chiens et chats. Mais c'est reconnu définitivement toxique depuis longtemps ces produits là!
J'hésite entre l'hilarité et la consternation.