Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Butinage de blogs : ce furent des lectures estivales

3 Septembre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers, #Pesticides, #OGM

Butinage de blogs : ce furent des lectures estivales

 

Glané sur la toile 93

 

 

Source

 

 

Cela fait un bout de temps que nous n'avons pas signalé ici d'utiles lectures. Voici donc un petit résumé.

 

 

Sur les sites Imposteurs et Contrepoints

 

Priorité à celui qui nous a accueilli sur son site pendant longtemps : M. Anton Suwalki a aussi commenté la prise de position du Monde de M. Stéphane Foucart sur l'appel lancé par maintenant 113 lauréats du Prix Nobel en faveur des produits de la génétique moderne et, en particulier, du Riz Doré.

 

Sur Imposteurs, c'est : « Riz doré : Greenpeace accusée par les Nobel ? Stéphane Foucart prononce un non-lieu ! ».

 

Sur Contrepoints, c'est « Riz doré : Le Monde vole au secours de Greenpeace ».

 

Même texte, commentaires différents. Souvent utile, la lecture des commentaires...

 

Butinage de blogs : ce furent des lectures estivales

Un petit aperçu de l'analyse de M. Suwalki :

 

« Certes, la recherche-développement comporte des aléas, celle du riz doré a rencontré des difficultés objectives. Certes, il est difficile de déterminer exactement combien d’années de retard a pris le projet à cause de GreenpeaceMais prétendre qu’elle n’est pour rien dans ce retard, alors qu’elle a mis tout son poids de multinationale verte pour faire capoter ce projet , et qu’elle est parvenue à ses fins aux Philippines, est insoutenable. »

 
https://storify.com/mem_somerville/nobel-award-winners-ask-greenpeace-to-stand-on-sci

https://storify.com/mem_somerville/nobel-award-winners-ask-greenpeace-to-stand-on-sci

C'est l'occasion de rappeler que Greenpeace, tête de file d'une longue liste d'entités vassalisées et avides de partager l'exposition médiatique à bon compte, a entamé une action judiciaire aux Philippines pour s'opposer à des essais en plein champ de l'aubergine Bt. L'affaire est montée jusqu'à la Cour Suprême qui, dans un premier temps (le 8 décembre 2015) a confirmé l'arrêt du 17 mai 2013 de la Cour d'appel, ordonné l'arrêt permanent des essais en culture de l'aubergine Bt qui ont été contestés et prononcé la nullité de l'Ordonnance administrative du Département de l'Agriculture No 8 qui détaillait, notamment, les procédures administratives pour les essais d'OGM.

 

L'arrêt de la Cour Suprême est ici (104 pages), avec une opinion séparée ici, et un résumé ici.

 

En résumé, Greenpeace avait réussi à bloquer les essais en plein champ, et pas seulement pour l'aubergine Bt. Il y eut évidemment des communiqués de victoire (ici et ici).

 

 

La Cour Suprême a accepté de revoir son arrêt et, le 26 juillet 2016, a renversé sa décision (arrêt ici et ici). Entre-temps, le gouvernement avait promulgué de nouvelles règles sur les OGM.

 

Évidemment, Greenpeace n'a pas trouvé le temps d'informer ses adeptes sur la dernière décision de la Cour Suprême... mais est passé à l'étape suivante.

 

 

Sur Forumphyto

 

Source

 

Forumphyto est une lecture indispensable pour qui s'intéresse à l'agriculture et l'alimentation dans sa composante protection des plantes. L'année 2016, avec ses conditions météorologiques exceptionnelles, devrait en faire réfléchir certains : les récoltes sont ou s'annoncent mauvaises, mais où en serions nous si nous n'avions pas eu ce que les détracteurs de l'agriculture dénigrée comme « productiviste » ou « industrielle » appellent les « béquilles chimiques » ? Disette ou famine ?

 

En tout cas, les intempéries devraient se faire ressentir sur notre balance commerciale.

 

Et comme l'écrit Forumphyto dans « Qu’arrive-t-il quand vous arrêtez de protéger les plantes ? »,

 

« Mais il est temps de clamer haut et fort le rôle positif que jouent les produits de protection phytosanitaires dans l’agriculture, lorsqu’ils sont employés judicieusement. »

 

Petit détour par la Suisse et ce reportage sur le mildiou dans les vignes de Lavaux : impressionnant. On n'a pas arrêté les traitements... on s'est juste planté.

 

Source

 

Dans le flot d'articles factuels, Forumphyto a aussi produit une plaisante rétrospective (partielle) des Vélot d'or d'Anton Suwalki – « Pour sourire : Les Vélots d’or, une mine de sourires jaunes ».

 

On peut sourire... en grinçant des dents.

 

Forumphyto conclut :

 

« Ce dernier exemple [les délires biodynamiques d'un viticulteur alsacien] intéressera d’autant plus les lecteurs de ForumPhyto qu’il touche directement à la protection phytosanitaire. Il est extrêmement inquiétant de voir un tel obscurantisme gagner du terrain…

 

Malheureusement, A Suwalki a pu décerner de nombreux Vélot d’or. Et on pourrait en décerner de nombreux autres sur la protection phyhtosanitaire... »

 

S'il n'y avait que la protection phytosanitaire...

 

 

Sur Le Blog d'Albert Amgar

 

 

Forumphyto nous met devant une bifurcation... Prenons l'ordre alphabétique.

 

Le Blog d'Albert Amgar – dont quelqu'un a écrit qu'il était d'utilité publique – est un autre incontournable pour qui s'intéresse à l'agriculture et, surtout, l'alimentation dans sa composante sécurité alimentaire.

 

Il a repris l'article de Forumphyto avec un titre plus explicite, « Quand la science fait défaut, l’obscurantisme trouve sa place : Les Vélots d’or, une mine de sourires jaunes ».

 

 

Que retenir, à titre d'illustration, de ce site éclectique et foisonnant ? Peut-être les articles sur les contrôles estivaux de la sécurité sanitaire, notamment « Opération interministérielle vacances : Bilan à mi-parcours DGCCRF versus DGAL », qui pointent vers des dysfonctionnements et une gabegie administrative intolérable. C'est précédé par « Contamination des filets de saumon et des usines de transformation par des bactéries d’altération » et suivi par « Suisse : Avec les nouvelles techniques de sélection végétale, il faut adapter la réglementation à l’état actuel des connaissances ».

 

Ces trois articles illustrent la variété des informations.

 

 

Sur Alerte-Environnement

 

Butinage de blogs : ce furent des lectures estivales

C'est sur Alerte-Environnement qu'un commentateur assidu, M./Mme Alzine – dont on peut souhaiter qu'il ouvre lui aussi un blog pour partager son savoir et ses avis – a qualifié le blog d'Albert Amgar d'utilité publique.

 

Beaucoup de petits billets d'alerte et des commentaires qui valent le détour.

 

Un récent qui doit nous interpeler ? « Glyphosate : quand le jardinier de Bègles passe à travers la censure ». La censure municipale s'entend...

 

Et bravo pour les 1000 « j'aime » sur Facebook.

 

Et n'oublions pas le bandeau de titre qui renvoie à « Un Français sur deux ignore que l’agriculture biologique utilise des pesticides ».

 

 

Yann Kindo sur Mediapart

 

Retour à la bifurcation et balade sur un autre site, le blog d'Yann Kindo sur Médiapart. Avec « Séralini dribble des deux mains », il embraye sur un de nos articles. Petit extrait qui résume le propos :

 

« D’une main experte, Séralini manie les tubes à essai pour prouver en 2015 que le Round Up est hyper toxique. De l’autre main, il secoue les éprouvettes et démontre en 2016 qu’un produit homéopathique d’un laboratoire avec lequel il collabore à plusieurs reprises vous guérit efficacement en cas d’"intoxication" au Round Up.

 

Autrement dit : d’une main il vous fait peur, et de l’autre il assure le service avant-vente du labo des copains. »

 

Deux jours plus tôt, il y eut : « Etats-Unis : plutôt mon gosse handicapé par Zika que protégé par un OGM ». Cela se passe de commentaire, sauf à faire le lien avec une expression de dégoût qui devrait être célèbre, de The Economist, « Better dead than GM-fed » (plutôt mort que nourri aux OGM) – il va de soi que c'est là l'opinion de gens bien nourris, qui ne sont pas confrontés à la disette et la famine.

 

Et si vous avez une petite heure, « Vidéo : La peur des OGM », documenté, précis, pédagogique et non dénué d'humour.

 

 

Sur CulturAgriCulturE

 

Nous avons déjà écrit que CulturAgriculturE était (imparfait de la concordance des temps) un blog remarquable, trilingue (français, anglais, espagnol). Nous avons grand plaisir à le répéter.

 

« L'illusion végane » est une analyse rigoureuse et sans concession. Extrait :

 

« Tout ça pour dire que vous achetez des aliments bio pour rester dans votre logique philosophique. De cette manière vous vous assurez que vous n'avez aucune incidence en relation avec l’exploitation animale et les mauvais traitements aux animaux.

 

Est-ce bien certain?

 

Je suis au regret de vous annoncer que vous vous trompez, sur ce point également. L'agriculture biologique utilise de nombreux sous-produits de l'élevage. Or quand on fait de l'élevage, les animaux vont être traits, tondus, exploités ou abattus, n’est-ce pas ?

 

Mais de quels sous-produits parlons-nous?

 

Et bien par exemple du fumier, engrais naturel animal bien connu, dont l'origine n'est pas douteuse et qui est la base même de la fertilisation en agriculture biologique. Evidemment, le fumier sera issu d’élevage biologique, mais c’est tout de même de l’élevage, avec tout ce que ça implique et que vous refusez catégoriquement. »

 

Les commentaires valent le détour. Une étudiante qui se proclame végétarienne et dit terminer ses études en agronomie trouve le ton de l'article « vraiment détestable: moralisateur et méprisant ». M. Christophe Bouchet conclut dans sa réponse :

 

« Le véganisme est une forme de dictature de la pensée. Tout ce que je déteste. »

 

Il n'est pas le seul...

 

Cela nous ramène du reste à Alerte-Environnement et son « Quand les vegans comparent les abattoirs à Auschwitz… ». Avec une petite citation de Léo Ferré dans les commentaires :

 

« Si on ne mangeait pas les vaches, les moutons et les restes

Nous ne connaîtrions ni les vaches, ni les moutons, ni les restes... »

 

 

 

Sur Agriculture & Environnement...

 

Cela fait toujours plaisir quand on voit des gens qui pensent comme nous et, surtout, apportent un éclairage un peu différent sur une question, avec d'autres données. M. Gil Rivière-Wekstein a produit « La bonne blague des fraises sans pesticides de Carrefour ». Extrait :

 

« Tout est si merveilleux dans le monde de Carrefour qu’une question vient naturellement à l’esprit : mais pourquoi diable M.Marty ne fait-il de l’agro-écologie que sur 5% de son exploitation ? Quid des 380 tonnes de fraises restantes, qui ne bénéficient pas des bienfaits du purin d’ortie et du jus d’ail ? Comble de l’hypocrisie, Patrick Marty se garde bien d’expliquer que les phases les plus sensibles aux attaques d’insectes concernent justement la période qui précède la floraison. Une période où il s’autorise bien l’usage de ces pesticides de synthèse qu’il voudrait tant cacher. »

 

 

...et son compte Twitter

 

Sur TwitterA&E nous a mis sur la trace d'une publicité d'une indigence crasse de Biocoop.

 

 

L'Union des Industries de la Protection des Plantes (UIPP) a répondu avec élégance. Mais on peut se demander si la profession ne devrait pas passer à la vitesse supérieure face à ce qui est un véritable dénigrement de l'agriculture qui nous nourrit.

 

 

 

 

 

Sur CulturAgriCulturE

 

Nous avons déjà écrit que CulturAgriculturE était (imparfait de la concordance des temps) un blog remarquable, trilingue (français, anglais, espagnol). Nous avons grand plaisir à le répéter.

 

« L'illusion végane » est une analyse rigoureuse et sans concession. Extrait :

 

« Tout ça pour dire que vous achetez des aliments bio pour rester dans votre logique philosophique. De cette manière vous vous assurez que vous n'avez aucune incidence en relation avec l’exploitation animale et les mauvais traitements aux animaux.

 

Est-ce bien certain?

 

Je suis au regret de vous annoncer que vous vous trompez, sur ce point également. L'agriculture biologique utilise de nombreux sous-produits de l'élevage. Or quand on fait de l'élevage, les animaux vont être traits, tondus, exploités ou abattus, n’est-ce pas ?

 

Mais de quels sous-produits parlons-nous?

 

Et bien par exemple du fumier, engrais naturel animal bien connu, dont l'origine n'est pas douteuse et qui est la base même de la fertilisation en agriculture biologique. Evidemment, le fumier sera issu d’élevage biologique, mais c’est tout de même de l’élevage, avec tout ce que ça implique et que vous refusez catégoriquement. »

 

Les commentaires valent le détour. Une étudiante qui se proclame végétarienne et dit terminer ses études en agronomie trouve le ton de l'article « vraiment détestable: moralisateur et méprisant ». M. Christophe Bouchet conclut dans sa réponse :

 

« Le véganisme est une forme de dictature de la pensée. Tout ce que je déteste. »

 

Il n'est pas le seul...

 

Cela nous ramène du reste à Alerte-Environnement et son « Quand les vegans comparent les abattoirs à Auschwitz… ». Avec une petite citation de Léo Ferré dans les commentaires :

 

« Si on ne mangeait pas les vaches, les moutons et les restes

Nous ne connaîtrions ni les vaches, ni les moutons, ni les restes... »

 

 

https://pbs.twimg.com/media/CqNoG85W8AAEbDj.jpg

 

 

Sur Agriculture & Environnement...

 

Cela fait toujours plaisir quand on voit des gens qui pensent comme nous et, surtout, apportent un éclairage un peu différent sur une question, avec d'autres données. M. Gil Rivière-Wekstein a produit « La bonne blague des fraises sans pesticides de Carrefour ». Extrait :

 

« Tout est si merveilleux dans le monde de Carrefour qu’une question vient naturellement à l’esprit : mais pourquoi diable M.Marty ne fait-il de l’agro-écologie que sur 5% de son exploitation ? Quid des 380 tonnes de fraises restantes, qui ne bénéficient pas des bienfaits du purin d’ortie et du jus d’ail ? Comble de l’hypocrisie, Patrick Marty se garde bien d’expliquer que les phases les plus sensibles aux attaques d’insectes concernent justement la période qui précède la floraison. Une période où il s’autorise bien l’usage de ces pesticides de synthèse qu’il voudrait tant cacher. »

 

 

...et son compte Twitter

 

Sur TwitterA&E nous a mis sur la trace d'une publicité d'une indigence crasse de Biocoop.

 

 

http://www.biocoop-cholet.fr/docs/news/3778_Affiche_campagne_Euro_2016.jpg

 

 

L'Union des Industries de la Protection des Plantes (UIPP) a répondu avec élégance. Mais on peut se demander si la profession ne devrait pas passer à la vitesse supérieure face à ce qui est un véritable dénigrement de l'agriculture qui nous nourrit.

 

 

Capturer Glané

 

 

http://www.uipp.org/var/uipp/storage/images/media/images/uipp_square_03/8461-1-fre-FR/uipp_square_03_reference.jpg

 
Butinage de blogs : ce furent des lectures estivales

Partager cet article

Commenter cet article

Listo 04/09/2016 11:12

Oui, il est bon de rappeler aussi le blog de Marcel Kuntz.
Je n'aime pas du tout la dernière référence(UIPP) avec son raccourci presque digne de "Cash investigations"( 25% des pesticides sont bio). Mauvaise méthode et trop discrète de toute façon.
A la place j'aimerais bien connaître des tonnages rapportés aux surfaces ou un classement des substances, général ou pour une culture donnée, visualisant bien que celles homologuées bio ne sont pas celles les plus au bas de l'échelle. Que les bio se privent de substances parmi les moins nocives devrait tout de même finir par faire réfléchir.

Albert Amgar 03/09/2016 18:18

Ne pas oublier le blog de Marcel kuntz, OGM : environnement, santé et politique, http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/

vigneron 05/09/2016 11:13

Les tonnages de cuivre et de soufre - parfaitement bio même si Greenpeace a suffisamment fait la guerre contre le cuivre en RFA pour qu'on y divise par deux la dose annuelle autorisée ( 3 kg/ha ce Cu métal contre 6 ), contre la norme européenne, et en préconisant le phosphonate de synthèse comme substitut - pèsent lourd dans le total.
Rappelons que si les seuls 800 000 ha de vigne en France étaient traités en bio, rien que pour mildiou/oïdium, c'est aux alentours de 40 000 tonnes de bouillie bordelaise + soufre mouillable qu'il faudrait y pulvériser en moyenne chaque année.