Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La résistance à des herbicides a précédé les herbicides de plus de 80 ans

30 Juillet 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie, #Andrew Kniss

La résistance à des herbicides a précédé les herbicides de plus de 80 ans

 

Andrew Kniss*

 

 

Commelina diffusa

 

 

La Société de Malherbologie d'Amérique (Weed Science Society of America – WSSA) a récemment publié un communiqué de presse intitulé « WSSA Scientists Say Herbicide Resistance Predates Genetically Engineered Crops by 40 Years » (des chercheurs de la WSSA affirment que la résistance à des herbicides a précédé les plantes génétiquement modifiées de 40 ans). Extrait :

 

« Vous croyez peut-être que les mauvaises herbes résistantes à des herbicides sont un phénomène nouveau lié à l'utilisation excessive de glyphosate dans les cultures génétiquement modifiées, mais selon la Société de Malherbologie d'Amérique (WSSA) rien ne saurait être plus éloigné de la réalité. Cette année ne marque que le 20e anniversaire des plantes résistantes au glyphosate**, alors que l'année prochaine marquera le 60e anniversaire des premiers rapports sur des mauvaises herbes résistantes à des herbicides.

 

Le premier rapport connu de résistance à un herbicide date de 1957, quand on a constaté qu'une petite-herbe-de-l'eau (Commelina diffusa) poussant dans un champ de canne à sucre à Hawaï était résistante à une auxine synthétique herbicide. Un biotype de petite-herbe-de-l'eau était capable de résister à cinq fois la dose d'application normale. Cette même année, on a constaté qu'une carotte sauvage (Daucus carota) poussant le long des routes de l'Ontario, au Canada, était résistante à certaines des mêmes auxines synthétiques herbicides. »

 

Et c'est vrai. Mais l'histoire de la résistance à des herbicides remonte en fait encore plus loin. Il est prouvé que des mauvaises herbes résistantes à des herbicides particuliers existaient bien avant la découverte des herbicides synthétiques. Des chercheurs français ont analysé des spécimens d'herbier d'une mauvaise herbe appelée vulpin des champs (Alopecurus myosuroides). Ils ont ensuite testé ces spécimens de vulpin pour voir si l'un d'eux portait des mutations génétiques connues pour conférer une résistance à un type particulier d'herbicide (inhibiteurs de l'ACCase). Ils ont trouvé un mutant recueilli en 1888 près de Bordeaux, en France, et conservé à l'Herbier Montpellier Université qui présentait le même genre de mutation que celui qui provoque aujourd'hui la résistance à des herbicides chez le vulpin. L'étude a été publiée dans PLoS ONE en 2013.

 

 

Un spécimen d'herbier d'A. myosuroides (de Delye et al. 2013)

 

 

Les herbicides qui inhibent l'enzyme ACCase n'ont pas été commercialisés avant les années 1970, ce qui signifie que la plante résistante à ces herbicides de l'étude française a été recueillie plus de 80 ans avant que l'herbicide n'ait jamais été pulvérisé.

 

Bien que ce soit une étude vraiment intéressante, ce n'est pas vraiment surprenant sur la base de ce que nous savons de la résistance à des herbicides. Les malherbologues ont longtemps soupçonné que la pulvérisation d'herbicides ne provoque pas l'apparition de mutations de résistance dans les plantes ; elle supprime simplement toutes les plantes sensibles de telle sorte que celles qui sont résistantes peuvent se développer et survivre. Au fil du temps, l'utilisation répétée de l'herbicide sélectionne les plantes résistantes, qui deviennent plus fréquentes et finissent par dominer dans le champ. L'utilisation d'un herbicide sélectionne les plantes résistantes qui apparaissent naturellement au sein d'une population de mauvaises herbes. L'étude PLOS ONE montre de manière convaincante que les plantes résistantes existent depuis très longtemps. Et si nous utilisons sans cesse les mêmes herbicides, nous finirons par les trouver toutes!

 

____________________

 

* M. Andrew Kniss est Professeur d'écologie et de gestion des mauvaises herbes à l'Université du Wyoming.

 

Source : http://weedcontrolfreaks.com/2016/07/herbicide-resistance-predates-herbicides-by-over-80-years/

 

** Ma note : la première plante résistante au glyphosate a été repérée en Australie en 1996. Il s'agissait d'une ivraie rigide (Lolium rigidum).

 

En France, la même espèce résistante est observée dans des vignes et des vergers depuis 2005. Une vergerette de Sumatra (Conyza sumatrensis) résistante au glyphosate a été repérée dans des vignes en 2010.

 

Bien entendu, trouver une plante d'une espèce donnée qui résiste à un herbicide ne signifie pas que toutes les plantes de cette espèce sont devenues résistantes. Ni que cette résistance est devenue permanente : avec de bonnes stratégies de gestion des mauvaise herbes on peut arriver – pas toujours – à les éliminer... jusqu'à ce que la mutation en cause réapparaisse...

 

Conyza sumatrensis

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article