Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

110 Prix Nobel et moi, émoi...

4 Juillet 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Greenpeace, #OGM, #critique de l'information, #Activisme

110 Prix Nobel et moi, émoi...

 

8 août 2013 : un essai de riz doré de l'IRRI est vandalisé

 

« Le mouvement environnemental que j'ai contribué à fonder a perdu son objectivité, sa moralité et son humanité. La peine et la souffrance qu'il inflige aux familles dans les pays en developpement ne doit plus être toléré. »

 

C'est ce qu'a écrit M. Patrick Moore, cofondateur de Greenpeace, en tant que commentaire sur un remarquable ouvrage, Eco-Imperialism – Green Power, Black Death (éco-impérialisme, pouvoir vert, mort noire) de Paul Driessen il y a plus d'une décennie (l'ouvrage date de 2003).

 

L'appel lancé par 110 Prix Nobel (le nombre a apparemment augmenté) n'est qu'un nouvel épisode de la lutte contre l'obscurantisme et l'impérialisme des bien-nourris : ceux qui s'imaginent qu'ils ont le droit de décider ce qui est bon pour le monde en développement ; ceux qui, par un égoïsme effréné camouflé en empathie, combattent certaines nouvelles technologies dans le monde en développement pour les empêcher d'y faire leurs preuves et, ainsi, d'affaiblir le discours technophobe qu'ils déploient dans leur propre pays et de préserver leur petit confort pétri d'immobilisme ; ceux qui ont fait un fond de commerce du conservatisme, de la nostalgie du « bon vieux temps », de la technophobie, ayant constaté que cette attitude est largement répandue et facile à exploiter...

 

Aucun vrai paysan ne vandaliserait une culture !

 

 

Les médias français ont-ils bien compris ?

 

L'annonce de l'appel des Prix Nobel a reçu un certain écho dans les médias français. Ou plutôt, ce sont les dépêches des agences de presse qui ont reçu cet écho. L'information se réduit trop souvent au copier-coller, et c'est dramatique.

 

En butinant ça et là, il semble qu'il y ait deux écoles principales : les médias qui, à l'instar par exemple de Yahoo, ont pris pour base la dépêche de Reuters et proposent des titres tels que « Cent Nobel demandent à Greenpeace de ne plus s'opposer aux OGM » ; et ceux qui, partant de la dépêche de l'AFP, trouvent la démarche des signataires de l'appel agressive, voire franchement belliqueuse. Pour la Croix et d'autres, c'est : « OGM : plus de 100 prix Nobel s'en prennent à Greenpeace dans une lettre ouverte » ; pour l'Opinion, c'est même : « OGM : les prix Nobel déclarent la guerre à Greenpeace ».

 

Il y a aussi « OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique" », notamment pour l'Express et Atlantico. Toutefois, à en croire l'analyse (intéressante) du premier, « anti-scientifique » est un propos qui semble avoir été tenu dans une interview par M. Jean-Marie Lehn.

 

Les illustrations sont aussi parlantes. L'Opinion et Atlantico, par exemple, montrent la différence entre riz blanc et riz doré. D'autres font une fleur à Greenpeace, ou pensent en faire une. Ainsi l'Express et Goodplanet montrent des activistes de Greenpeace en plein vandalisme... en France.

 

250

AtlanticoGoodplanet, l'Obs (ci-dessous)

 

 

 

 

Pour l'Obs, à la ligne éditoriale ondulante, c'est une parcelle d'essais pour un article teinté d'idéologie (anti-OGM évidemment) ; une photo dont on se demande ce qu'elle doit signifier et illustrer pour un petit article factuel qui reprend la dépêche de Reuters ; une photo de riz en grain pour l'article qui reprend la dépêche de l'AFP.

 

Pour sourire, RTS utilise une très jolie photo de « champs de riz doré en Chine »... Le riz doré n'est pas encore cultivé, et c'est tout l'objet de la lettre ouverte des Nobel...

 

Après l'attaque...

 

L'AFP et l'Obs : petites leçons de glissades

 

La lettre des Nobel est courte et claire ; elle est adressée à Greenpeace, aux Nations Unies et aux gouvernements. C'est notamment une invitation faite à Greenpeace de cesser ses campagnes anti-OGM. Comment, dès lors, l'AFP peut-elle produire une dépêche largement reproduite sous le titre : « OGM : plus de 100 prix Nobel s'en prennent à Greenpeace dans une lettre ouverte » ?

 

« S'en prendre à quelqu'un », n'est-ce pas une manière dénigrante de décrire une action ?

 

Sur l'Obs, l'article de M. Arnaud Gonzague est subtilement biaisé. Qu'est-ce que les OGM ? Des « organismes dont le génome a été bricolé ». Et, plus loin :

 

« La missive va sans doute faire bondir la plupart des écologistes, encore hostiles à ces organismes qui, disent-ils en substance, ne bidouillent la nature que pour asseoir plus encore l’impérialisme des grandes multinationales de l’agro-industrie, type Monsanto. »

 

Le « bidouillage de la nature » – ah si l'auteur savait les « bidouillages » de l'amélioration des plantes classique... –, l'impérialisme des multinationales, la reductio ad Monsantum, tout cela vient avec un lien vers une interview de Mme Marie-Monique Robin de 2013, un lien qui est de pure complaisance.

 

Il y a donc un bel aréopage de Prix Nobel. Mais...

 

« Peu d’entre eux sont, à proprement parler, des experts de l’agriculture, mais la plupart sont des scientifiques très reconnus, a priori capables de distinguer les bienfaits d’une innovation technologique. »

 

Nous ne pouvons qu'être rassurés : il y a un journaliste qui reconnaît quelques capacités intellectuelles – a priori – à des Prix Nobel !

 

C'est à comparer avec, d'une part, l'avis sus-mentionné des écologistes et, d'autre part, la reproduction de quelques réponses de Greenpeace. Ici, pas de questionnement, pas de mise en perspective. Que du péremptoire...

 

L'auteur cite un « rapport » de Greenpeace qui n'est que le résumé en une page d'un texte en anglais :

 

« "Des dizaines de millions de dollars ont été dépensés dans la recherche sur le riz doré. Il aurait été plus judicieux d’investir cet argent dans des solutions qui ont déjà donné de bons résultats", comme certains légumes dotés naturellement de vitamines A, comme les tomates ou les carottes. »

 

Seule la première partie est une citation. Les tomates et les carottes, c'est un ajout de l'auteur. Produire des carottes sous les tropiques... Mais ce qui est plus grave, c'est que ni Greenpeace, ni l'auteur ne sont capables de comprendre que si on parle aujourd'hui de carences en vitamines A et de drames humains, c'est que précisément ces « solutions... » n'en sont pas vraiment.

 

On conclura par un bel homme de paille : pour les signataires de la lettre,

 

« ...il serait très simple, disent les promoteurs du riz doré, de lutter contre ce fléau grâce à cette céréale consommée partout en Asie et en Afrique. »

 

 

Greenpeace répond comme d'hab'

 

Greenpeace France n'a pas daigné répondre autrement que sur sollicitation – jusqu'à il y a quelques minutes à l'heure où nous écrivons... c'est que la machine à engranger du cash pour faire tourner la cash machine est bien trop occupée avec ses derniers coups d'éclat, la mascarade du Leclerc du Bois d'Arcy et son ignoble « jus multipesticides ». Et puis, pourquoi attirer l'attention sur une critique de son action ?

 

Greenpeace international a répondu par un « reactive statement », repris en simplifié ici. Reprenons point par point en bref :

 

« Les accusations que d'aucuns bloquent le riz "doré" génétiquement modifié sont fausses... »

 

On ne peut qu'être sidéré devant tant d'impudence ! Qui a, par exemple, diffusé une pétition pour faire interdire les essais en plein champ et des tests de nutrition ? Qui a écrit « No room on our plates for ‘golden’ rice » (pas de place pour le riz « doré » sur nos assiettes) en 2012 ? Qui a écrit : « Greenpeace s'oppose à la dissémination de plantes GM, y compris le riz "doré" dans l'environnement » ? Qui a financé la visite de M. Gilles-Éric Séralini aux Philippines et en Australie pour une campagne contre les OGM, tous les OGM ? Qui a saisi la justice philippine pour faire interdire des essais en plein champ, certes d'aubergine Bt ? La liste est longue !

 

 

« Le riz "doré" a échoué en tant que solution et n'est actuellement pas disponible à la vente, même après plus de 20 ans de recherche. »

 

Si la deuxième partie est exacte, la vraie question est de savoir quel a été le rôle de Greenpeace et d'autres organisations – au vu et su de tous et en sous-main – dans les entraves mises à l'expérimentation de ce riz.

 

Le riz doré, en tant que pourvoyeur de pro-vitamine A, fonctionne. C'est démontré ; c'est en fait une étude que Greenpeace a combattue en faisant accréditer la thèse que les parents des enfants inclus dans l'étude n'avaient pas donné leur consentement éclairé à l'expérience ! Que ce riz parvienne d'abord dans les champs, ensuite dans les assiettes est un défi important ; un défi que la recherche a du mal à relever, notamment du fait des blocages, y compris les destructions d'essais en plein champ.

 

« Comme admis par l'Institut International de Recherche sur le Riz, il n'a pas été prouvé qu'il corrige réellement les carences en vitamine A. Donc, pour être clair, nous parlons de quelque chose qui n'existe même pas. »

 

On tourne autour du pot... le sophisme de la répétition ad nauseam. La conclusion de l'étude susmentionnée :

« Le β-carotène du riz doré est aussi efficace que le β-carotène de l'huile et plus efficace que celui de l'épinard dans la fourniture de vitamine A aux enfants. Un bol d'environ 100 à 150 grammes de riz cuit (50 g en sec) peut fournir environ 60 % de la dose de nutriments recommandée par la Chine pour la vitamine A dans le cas d'enfants de 6 à 8 ans. »

 

Il est tout de même remarquable que Greenpeace vienne maintenant nous entretenir de quelque chose « qui n'existe même pas »... quelque chose sur laquelle ils ont produit de nombreuses critiques et lancé de nombreuses campagnes...

 

« Les entreprises font une promotion exagérée du riz "doré" pour ouvrir la voie à l'approbation globale des autres cultures génétiquement modifiées plus rentables. »

 

La théorie bien connue du cheval de Troie et du complot ! Et comme Greenpeace – et d'autres – s'oppose par principe aux OGM, il n'est pas question pour eux de consentir à un OGM susceptible d'améliorer la santé des consommateurs de riz et de sauver des vies. Quant à « ouvrir la voie... », la majorité du soja et du cotonnier sont maintenant GM et une grande partie du maïs l'est aussi.

 

« Cette expérience coûteuse a échoué à produire des résultats au cours des 20 dernières années et a détourné l'attention des méthodes qui fonctionnent déjà. Plutôt que d'investir dans ce coûteux exercice de relations publiques, nous devons lutter contre la malnutrition grâce à une alimentation plus diversifiée, l'accès équitable à la nourriture et l'éco-agriculture. »

 

Si nous continuons à parler aujourd'hui de carences en vitamine A et de drames humains, ne serait-ce pas que, malgré tous les bons conseils de Greenpeace et d'autres, ces « méthodes qui fonctionnent déjà »... ne fonctionnent pas dans la pratique ?

 

Ce qui précède s'adresse à des lecteurs doués d'entendement. Convaincre Greenpeace – et d'autres « organisations » qui sont sur le même créneau – est impossible : leur faire admettre qu'ils se sont trompés, c'est leur demander d'admettre qu'ils doivent des excuses à leurs donateurs qui ont été trompés – en fait sciemment – depuis de nombreuses années. C'est compromettre le fonctionnement de la cash machine.

 

Un fonctionnement qui vaut bien le sacrifice de nombreuses vies humaines.

 

 

À suivre...

 

Vous aurez remarqué que nous n'avons pas parlé de Libération et du Monde. Ce sera pour un nouveau billet.

 

Devant le Bureau de Bruxelles...

 

Partager cet article

Commenter cet article

Michel Joseph Auguste 06/07/2016 08:52

Bref, je vais vous laisser tranquile, cher Fred (Seppi ? Joseph ?). Ce doit être de l'aigreur de votre part et, du coup, vous êtes laconique dans l'argumentation (c'est peu de le dire).

Michel Joseph Auguste 05/07/2016 17:14

Vous êtes malhonnête. La photo du haut d'ailleurs le montre en partie. Ce ne sont pas des méchants blancs colonisateurs et bien repus qui détruisent les plants, mais des habitants alentours. Pour certains paysans, d'ailleurs, qui s'inquiètent que leur agriculture soit plus encore dépendante du marché mondial. L'argument principalement avancé dans la lutte contre les OGM, c'est bien le brevetage du vivant. Celui de l'impact sur la santé est effectivement plus polémique.
En plus d'être malhonnête, c'est pathétique que d'accuser Greenpeace de n'être qu'une Cash Machine. Toutes les entreprises mondiales le sont. Mais est-ce que les puissances que vous défendez, au nom de la raison et de la science, n'en sont pas davantage ? Au point que nombre de pesticides commercialisés en Europe ne craignent pas d'être interdits, malgré l'impact démontré sur la santé humaine et sur les cultures ?
Enfin, n'est-il pas possible de varier les cultures "dans la pratique" ? L'argument déployé, encore une fois, est bidon. Si les entreprises agro-alimentaires occidentales ne fourraient pas leur nez coupable dans l'économie agricole des pays émergents - ni dans les nôtres, puisqu'il a été très sérieusement proposé aux parlementaires européens d'interdire aux maraîchers de reproduire leurs propres semences - la possibilité de varier l'alimentaire n'en serait que décuplée. Est-ce que les producteurs de café du nordeste brésilien crèvent parce qu'ils n'ont pas d'OGM (ce qui est faux, le Brésil étant un des 5 principaux producteurs) ou parce qu'ils sont soumis aux aléas du marché mondial ? NON, il s'agit simplement de relocaliser et de diversifier sa production, encore une fois.
VOUS êtes dans le déni. Vous procédez à ce que les psychanalystes (et je ne suis clairement pas un adepte de leur thèse, mais pourtant...) à un "transfert", tant vous reprochez à vos ennemis vos propres torts. Allez donc boire un coup avec Monsieur Claude Allègre : dans le genre fumisterie anti-écolo, vous êtes une bête.

Seppi 08/07/2016 15:16

Bonjour,

Non, dans ce cas précis, l'argument est encore plus pitoyable : le Riz Doré n'existe pas !

Pendant 20 ans, Greenpeace et d'autres cash machines ont donc fait campagne contre un zombie...

Seppi 08/07/2016 15:10

Merci pour vos commentaires qui me montrent que je peux être lu par des gens qui sont en parfait désaccord avec moi, au point de recourir rapidement à l'ultima ratio de Schopenhauer.

Comme vous avez décidé de quitter rapidement les lieux, il n'est guère utile de répondre dans le détail.

Mais j'ai beaucoup apprécié :

« ...c'est pathétique que d'accuser Greenpeace de n'être qu'une Cash Machine. Toutes les entreprises mondiales le sont. »

CQFD...

Michel Joseph Auguste 07/07/2016 13:53

Non. Mais dans le genre cliché, je pourrais vous citer le refrain d'une célèbre chanson de Georges Brassens de laquelle vous devez certainement être familier.

Fred 07/07/2016 13:30

Une petite citation de Tesla pour parachever le cliché?

Michel Joseph Auguste 07/07/2016 12:16

Juste une dernière chose sur l'infaillibilité des signataires philanthropes - que j'avais oublié dans mes trucs de prestidigitateur complotiste - avant que je ne vous laisse définitivement seul avec vous-même, dans ce petit blog nerveux d'employé de labo en retraite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Manifeste_des_93
Rabelais n'était-il peut-être pas plus voyant que moi encore, en tous cas sur la durée, lorsqu'il fit dire au sage Salomon : "science sans conscience n'est que ruine de l'âme" ?