Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Néonicotinoïdes : une dégelée royale serait méritée

17 Juin 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Néonicotinoïdes, #Politique, #Activisme

Néonicotinoïdes : une dégelée royale serait méritée

 

Néonicotinoïdes : une dégelée royale serait méritée

 

Les signataires de pétitions, c'est comme le nombre de manifestants...

 

Jeudi 16 juin 2016, Mme Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des relations internationales sur le climat (mettons lui tout son titre, ça lui fait tellement plaisir) a reçu des représentants d'entités qui lui ont remis une pétition, portant 600.000 signatures, demandant l’interdiction des néonicotinoïdes. Ça, c'est de l'« information »... Brut de décoffrage du compte Twitter de Mme la Ministre (voir ci-dessus).

 

Le Monde avec AFP, bon prince, écrit : « une pétition ayant recueilli entre 600 000 et 700 000 signatures demandant l’interdiction des néonicotinoïdes »... Europe 1 fait mieux avec en titre : « Abeilles : près de 700.000 signatures pour interdire les néonicotinoïdes » ; pour en quelque sorte rectifier en chapô : « Au moins 600.000 personnes ont signé une pétition qui demande l'interdiction des "néonicotinoïdes", des insecticides nocifs pour les abeilles. » Enfin... on aura au moins évité à ce stade le sempiternel « tueurs d'abeilles ».

 

 

De quelle(s) pétition(s) s'agit-il ?

 

Il nous a été impossible de déterminer avec précision de quelle pétition il s'agissait. Selon Europe 1,

 

« Le texte [était] porté par l'Unaf, des ONG écologistes (Fondation Hulot, Générations futures, Greenpeace, Agir pour l'environnement, etc.), ainsi que des organisations comme Avaaz et SomeOfUs ».

 

Des « organisations » spécialisées dans la collecte d'adresses courriel qui se seraient associées ? Allons donc ! S'agirait-il alors de plusieurs pétitions concurrentes ?

 

La question n'est pas triviale : un ministère de la République est impliqué !

 

 

Une pétition Phoenix escrologique ?

 

Certains médias reproduisent un morceau de bravoure :

 

« Une bataille féroce se déroule en ce moment même pour interdire définitivement les néonicotinoïdes, ces fameux pesticides neurotoxiques qui déciment chaque année 300 000 colonies d'abeilles en France. »

 

 

Une « bataille féroce »... Cela nous renvoie à Sumofus. Mais son site, au moment où nous l'avons consulté, ne revendiquait que 539 396 signatures... Il y a manifestement de l'enfumage.

 

Serait-ce que l'on ait additionné les chiffres de plusieurs pétitions ? A-t-on défalqué les signatures multiples ? Questions intéressantes mais finalement peu pertinentes devant le fait que ce genre d'opération militante ne procède généralement pas à une vérification sérieuse des signatures elles-mêmes.

 

 

Et questions dépassées par une autre manipulation plus que suspectée. Selon le texte actuel de la pétition de Sumofus :

 

« La loi biodiversité - qui pourrait prévoir une interdiction totale de ces pesticides tueurs d’abeilles - doit en effet passer une nouvelle épreuve : un nouveau vote de l'Assemblée nationale à partir du 21 juin. »

 

Depuis connaît-on la date ? Au plus tôt depuis l'échec de la conciliation entre l'Assemblée nationale et le Sénat, le 25 mai 2016.

 

Sumofus aurait récolté un demi-million de signatures sur ce texte en l'espace de trois semaines ? On nous prend pour des billes. « Nous » ? Enfin, en tout cas, Mme la Ministre.

 

Il est difficile de retracer l'historique de cette pétition. Mais elle est mentionnée, avec un lien, sur le site MoidmoiZelle. Une recherche montre qu'elle y était déjà référencée le 18 mars 2016, avec 186.000 signatures revendiquées.

 

La version de la mise à jour du 23 mai 2016

La version de la mise à jour du 23 mai 2016

Conclusion : le texte a changé au gré des circonstances. Des signatures apposées à un texte ancien sont comptabilisées avec celles découlant d'un texte plus récent. On aurait beau arguer que, dans le fond, il s'agit d'une même problématique, déclinée avec les adaptations requises par l'évolution de la situation. À notre sens, ce n'est pas recevable.

 

La version de la mise à jour du 18 mars 2016

La version de la mise à jour du 18 mars 2016

 

L'irresponsabilité ministérielle

 

Mais nous sommes sans nul doute bien plus regardant que Mme la Ministre. Forte d'un nombre incertain de centaines de milliers de signatures apposées sur une ou plusieurs pétitions au texte anxiogène et mensonger, elle dit sur Europe 1 :

 

« Je vais prendre mes responsabilités de ministre chargée de l'Environnement pour en effet faire en sorte que cette interdiction soit votée [… ?]. Je serai présente à l'Assemblée nationale pour mettre tout mon poids dans cette bataille, afin que la décision soit prise. »

 

Démarche personnelle de franc-tireur ? À l'évidence, on est dans le registre d'un double nombrilisme : Madame va « prendre [ses] responsabilités », et qu'importent les intérêts de la France, car sa priorité, c'est l'« environnement ».

 

Et, s'agissant de la (les) pétition(s), nous pensons qu'il n'est pas admissible que le gouvernement – même réduit à la principauté autonome de l'environnement – gobe sans vérifier la gesticulation de l'activisme et s'en fasse le relais complaisant – fût-ce par le canal du compte Twitter d'une ministre.

 

 

Assez de discours mielleux !

 

Il n'y a pas eu que ça. Le même jour, Mme Royal était l'invitée de la matinale d'Europe 1. Elle y a déclaré :

 

« C’est indispensable de mettre fin à l’usage de ce type de produits chimiques, d’insecticides, qui tuent les abeilles, c’est-à-dire portent atteinte à la biodiversité mais aussi finalement à l’agriculture, puisque les abeilles sont les pollinisateurs (…) Les néonicotinoïdes touchent le cerveau des abeilles, et donc elles ont aussi un impact sur la santé humaine. Il est temps de comprendre que c’est en fixant des règles fermes que les chercheurs et les industriels investiront dans d’autres produits de substitution qui ne portent pas atteinte à la santé humaine. »

 

Un concentré de bêtises en trois phrases !

 

Assez de discours mielleux !

 

Il n'y a pas eu que ça. Le même jour, Mme Royal était l'invitée de la matinale d'Europe 1. Elle y a déclaré :

 

« C’est indispensable de mettre fin à l’usage de ce type de produits chimiques, d’insecticides, qui tuent les abeilles, c’est-à-dire portent atteinte à la biodiversité mais aussi finalement à l’agriculture, puisque les abeilles sont les pollinisateurs (…) Les néonicotinoïdes touchent le cerveau des abeilles, et donc elles ont aussi un impact sur la santé humaine. Il est temps de comprendre que c’est en fixant des règles fermes que les chercheurs et les industriels investiront dans d’autres produits de substitution qui ne portent pas atteinte à la santé humaine. »

 

Un concentré de bêtises en trois phrases !

 
Néonicotinoïdes : une dégelée royale serait méritée

 

Sur son compte, Mme la Ministre fait aussi dans la démesure :

 

« En 20 ans, 6 M de ruches ont disparu à cause des néonicotinoïdes. »

 

Donnez-nous vos sources, Mme la Ministre ! À la fois pour le nombre et pour la cause...

 

 

Post scriptum : My tayleur iz ritch...

 
Néonicotinoïdes : une dégelée royale serait méritée

 

Mme la Ministre (ou sa plume) s'est aussi permis un gazouillis en (fr)anglais.

 

Peut-on leur conseiller de prendre quelques leçons ? Car si l'anglais approximatif est excusable à l'oral, il ne l'est pas à l'écrit. Et même si ce n'est que Twitter, le prestige de la France est en jeu.

 

A-t-elle réellement fait un discours en tant que présidente de la COP21 ?

A-t-elle réellement fait un discours en tant que présidente de la COP21 ?

Partager cet article

Commenter cet article

un physicien 23/06/2016 14:11

Les statistiques sur ce sujet sont forcément imprécises. Mais l'ordre de grandeur est correct. Il y a eu une diminution de quelques centaines de milliers de ruches, mais le nombre de 6 millions n'a aucun rapport avec la réalité.

un physicien 17/06/2016 22:36

Si j'ai bien compris le site : http://faostat3.fao.org/browse/Q/QA/F, contre 1.2 millions il y a 20 ans. Ai-je bien compris ?

Seppi 22/06/2016 10:52

Bonjour,

Oui, vous avez bien compris les stats de la FAO.

Mais, moi, je ne comprends pas les stats qui circulent. Enfin si... Recherche rapide :

1,3 million en 2014 :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/03/19/moins-de-miel-mais-plus-d-apiculteurs-en-france_4597426_3234.html

1 560 000 en 2012 :

http://www.franceagrimer.fr/Autres-filieres/Apiculture/La-filiere-en-bref/Production

« Seules 650 000 ruches sont répertoriées en France. Les estimations laissent penser que plusieurs dizaines voire centaines de milliers d'autres échappent à ce recensement. Cela rend le suivi de la filière quasi-impossible. Il est donc bien difficile de connaître précisément la production de miel en France cette année. Mais les estimations les plus crédibles laissent toutefois penser qu'elle se situe aux alentours de 10 000 tonnes voire moins, soit près de 4 fois moins qu'il y a 20 ans. »

http://www.notre-planete.info/actualites/4080-France-apiculture-declin-abeilles

1 074 200 ruches déclarées en 2010 :

http://www.lafranceagricole.fr/r/Publie/FA/p1/Infographies/Web/2012-09-12/61899_1.pdf

un physicien 18/06/2016 11:08

Oups !
Si j'ai bien compris le site : http://faostat3.fao.org/browse/Q/QA/F,il y a 800 000 ruches en France contre 1.2 millions il y a 20 ans. Ai-je bien compris ?