Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'EPA, mais aussi le CIRC, sous la loupe parlementaire aux États-Unis

15 Juin 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #CIRC

L'EPA, mais aussi le CIRC, sous la loupe parlementaire aux États-Unis

 

 

On se souviendra que, le vendredi 29 avril 2016, l'Agence de protection de l'environnement (Environmental Protection AgencyEPA) des États-Unis d'Amérique avait mis en ligne une série de documents relatifs à l'évaluation des risques du glyphosate et qu'elle les a retirés le lundi 2 mai 2016. Une porte-parole de l'Agence avait déclaré que les documents avaient été mis en ligne par inadvertance.

 

La Commission de la Science, de l'Espace et de la Technologie de la Chambre des Représentants a ouvert une enquête sur cet incident.

 

Elle cherche aussi à savoir si des biais personnels ont influencé l'évaluation du glyphosate. Selon l'article publié par Reuters, l'objectif de l'enquête n'est pas clair, mais les Représentants ont cité la contradiction entre le classement du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) et l'évaluation de la Commission d'Examen de l'Évaluation du Cancer (Cancer Assessment Review CommitteeCARC) de l'EPA. En fait de contradiction, cela va plus loin qu'une différence dans les conclusions due à un mode opératoire ou une évaluation différents : le CARC, à l'instar de l'EFSA et de l'ECHA, conteste l'analyse du CIRC.

 

Selon la lettre adressée par la Commission parlementaire à l'EPA, que les journalistes de Reuters ont pu voir, « au vu de la contradiction apparente des conclusions de la CARC et du CIRC pour le glyphosate […] la Commission s'interroge sur l'intégrité » de l'évaluation du CIRC, le rôle des agents de l'EPA dans cette évaluation et leur influence sur l'étude de l'EPA.

 

Quatre agents de l'EPA figurent sur la liste des participants au groupe d'experts du CIRC, deux à titre d'experts et deux de représentants d'agences nationales et internationales de santé. Un expert et une représentante n'ont pas été en mesure de participer à la réunion de mars 2015.

 

Ce n'est pas "UN" mais "FAO"

 

 

L'EPA est aussi sous pression du Congrès sur d'autres aspects de la procédure d'évaluation du glyphosate. La Commission de l'Agriculture de la Chambre veut en particulier savoir quelles étapes sont encore nécessaires pour finaliser un rapport qui était attendu pour juillet 2015.

 

Elle se penche aussi sur l'évaluation de l'atrazine.

 

Par ailleurs, en février 2016, 35 membres du Congrès ont questionné l'EPA sur son évaluation d'Enlist Duo, une combinaison de glyphosate et de 2,5-D à laquelle sont associées des plantes GM. Ils s'étaient inquiété, notamment, du fait que l'EPA aurait écarté une étude faisant un lien entre le 2,4-D et des anomalies rénales et que, ce faisant, elle aurait permis une augmentation de 41 fois de la dose entrant dans l'alimentation des États-uniens par rapport à la dose précédemment admissible. Vrai ? Faux ? Pour essayer de comprendre, voir ici.

 

Enlist Duo a eu une histoire compliquée. Il semble que la Chicago Tribune a fait une campagne contre lui. Son « Court clears way for revival of worrisome weedkiller » du 20 janvier 2016 est intéressant. On y apprend que la fameuse étude écartée est de la firme agrochimique elle-même (Dow Chemical) et que l'EPA a estimé que Dow avait fait preuve d'un excès de précaution en rapportant les anomalies.

 

Qui a dit que les firmes « arrangeaient » leurs études ?

 

Mais une chose est sûre : le travail d'évaluation devient de plus en plus compliqué. Des deux côtés de l'Atlantique.

Partager cet article

Commenter cet article