Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Climat, OGM, énergies, nutrition : vrais enjeux, fausses alarmes », par Jean de Kervasdoué

15 Juin 2016 , Rédigé par Seppi

« Climat, OGM, énergies, nutrition : vrais enjeux, fausses alarmes », par Jean de Kervasdoué

 

Glané sur la toile 85

 

En France ?

 

 

C'est glané grâce à Forumphyto.

 

« Je laisse ici la parole à mon ami Jean de Kervasdoué, pour un article remarquable que tout le monde devrait lire, car il va à l'encontre de tant d'idées reçues... »

 

Ce n'est pas moi qui l'ai écrit, mais M. Elie Arié sur son blog, Quand Elie pense. Le graphomane compulsif, comme il se décrit, a mille fois raisons : il faut le lire.

 

Peut-être pas tant parce qu'il va à l'encontre d'idées reçues, mais parce qu'il remet bien des idées en place.

 

Voici le début :

 

« Pendant deux ou trois heureux siècles, les mots « progrès » et « science » furent indissociablement accolés. Comme des synonymes d’un même langage vertueux et maitre-mots d’un projet de société républicaine. Aujourd’hui, ils soulèvent une méfiance grandissante et sont curieusement remplacés par le terme d’ « innovation », mot qui jouit certes d’une connotation positive, mais dont on ne sait pas trop à quoi elle s’applique et en quoi la nouveauté serait justement un progrès.

 

La rapidité des évolutions technologiques de ces dernières années a contribué à la confusion d’un public noyé sous la masse d’informations partielles et contradictoires. Pour certains, la science fait peur et les oppositions les plus irrationnelles se dressent devant des avancées majeures en termes de santé, d’énergie ou d’alimentation. L’enjeu est de taille : il concerne à la fois la société que nous voulons bâtir et la place de la France dans le concert mondialisé du 21ème siècle. »

 

Très égoïstement : la place de la France, c'est – j'espère pour encore un bon bout de temps, grâce aussi à la « science » et au « progrès » – la mienne. C'est aussi celle de ma famille. C'est pour elle que j'ai des inquiétudes.

 

 

Comment des gens (beaucoup de ma génération) qui ont bénéficié d'une extraordinaire amélioration de leur existence peuvent-ils refuser la poursuite de cette amélioration au nom, inavoué et camouflé derrière d'honorables ambitions, d'une préservation de leur confort matériel et intellectuel qui exige le refus de tout changement ?

 

À l'heure où l'Assemblée nationale se livre aux pires excès* avec la loi sur la biodiversité, il y a bien des députés qui devraient lire M. de Kervasdoué :

 

« Au nom de ces convictions, des règles s’imposent à des professions, des entreprises, voire à la Nation toute entière. Les gouvernants surfent sur ces croyances et sondent l’opinion, non pas pour la faire évoluer, mais pour la suivre. Sophistes, la vérité les intéresse peu, ils ne cherchent qu’à capter des votes et pour cela tentent de savoir ce que leurs électeurs potentiels pourraient penser. Seule l’opinion compte pour conquérir le pouvoir et y demeurer.

 

Les Français ne croient plus au progrès. Plus grave encore, le Parlement ne se contente plus de son rôle de législateur, mais s’attribue des compétences d’historiens en votant des lois mémorielles ou une légitimité scientifique en interdisant en France la fabrication d’un produit chimique (le bisphénol A), sous prétexte de sa dangerosité. »

 

Le bisphénol A, au moins, est une substance parfaitement identifiée. Mais que penser du maïs génétiquement modifié (quelle que soit la nature de la modification, déjà connue ou encore à inventer), ou des néonicotinoïdes ?

 

Mais il y a bien d'autres pensées fortes à lire.

 

________________

 

L'une des dernières propositions les plus grotesques :

 

Article 51 terdecies A

 

I. – Le III de l’article L. 541-10-5 du code de l’environnement est ainsi modifié :

 

1° Après le premier alinéa, sont insérés deux alinéas ainsi rédigés :

 

« À compter du 1er janvier 2020, la mise sur le marché des bâtonnets ouatés à usage domestique dont la tige est en plastique est interdite. Cette interdiction ne s’applique pas aux dispositifs définis aux articles L. 5211-1 et L. 5221-1 du code de la santé publique.

 

« Au plus tard le 1er janvier 2018 , il est mis fin à la mise sur le marché de produits cosmétiques rincés à usage d’exfoliation ou de nettoyage comportant des particules plastiques solides, à l’exception des particules d’origine naturelle ou des particules non susceptibles de subsister dans les milieux, d’y propager des principes actifs chimiques ou biologiques ou d’affecter les chaînes trophiques animales. » ;

 

2° Au second alinéa, la référence : « du premier alinéa » est supprimée.

 

II et III. – (Non modifiés)

 

Pour ceux qui auraient tendance à l'oublier, c'est un article d'une loi, et d'une loi que l'on veut ambitieuse...

Partager cet article

Commenter cet article