Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Avaaz et la désinformation totale sur le glyphosate » d'Ariane Beldi

22 Juin 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Activisme, #Glyphosate (Roundup)

« Avaaz et la désinformation totale sur le glyphosate » d'Ariane Beldi

 

Glané sur la toile 87

 

Tout est bon pour faire du lobbying

 

Selon Wikipedia,

 

« Avaaz.org est une organisation non gouvernementale internationale de cybermilitantisme, fondée en 2007. Se présentant comme un "mouvement démocratique supranational", elle déclare donner les moyens aux citoyens du monde entier de se mobiliser sur diverses questions internationales [...]. Active dans 17 langues, Avaaz revendique, en juillet 2015, plus de 41 millions de sympathisants ou "membres", c'est-à-dire de personnes qui ont signé au moins une fois une de leurs pétitions en ligne, répartis dans 194 pays. »

 

Un « mouvement démocratique » ? Où sont les emblèmes et instruments de la démocratie ?

 

Son directeur exécutif est M. Ricken Patel. Comme par hasard, il en est aussi un des co-fondateurs. Son trésorier est M. Thomas Pravda. Comme par hasard, il en est aussi un des co-fondateurs. Le président du Conseil d'administration est M. Eli Pariser. Comme par hasard, il en est aussi un des co-fondateurs.

 

Son siège est aux États-Unis, dans le... Delaware.

 

Inutile d'aller voir sur le site de l'« organisation » pour en savoir davantage : il est d'une parfaite opacité. Mais on peut toutefois accéder aux déclarations fiscales par certaines pages.

 

Le site Wikipedia en français rapporte aussi une « curieuse » affaire de levée de fonds pour créer une banque de semences agricoles. Cela vaut lecture :

 

« En juillet 2014, l'association Kokopelli publie sur son site un communiqué où elle refuse toute association avec Avaaz. Elle reproche à l'organisation une campagne de levées de fonds pour la création d'une plateforme de semences agricoles destinée à contrer le géant Monsanto et souligne que "les termes sont particulièrement évasifs ; qu'il n'existe aucun site Internet relatif au projet évoqué ; que les 'fermiers' et 'organisations' partenaires ne sont pas nommés ; que les éventuels fournisseurs et bénéficiaires des semences ne sont pas identifiés". Le journal en ligne The Ecologist soulève de son côté les aspects problématiques du projet et explique qu'il n'est pas bien reçu par les acteurs du milieu. L'auteur ajoute qu'il "est impossible de ne pas questionner les motivations d'une ONG capable d'induire à ce point en erreur ses supporters"... »

 

La campagne de levée de fonds est vraisemblablement « The best way to stop Monsanto » (la meilleure manière d'arrêter Monsanto). Il semble à la lecture de la page que la campagne de collecte de dons est toujours active. Notez bien qu'elle n'est pas datée... une technique courante dans le monde de la contestation, du « slacktivism » ou « clicktivism » (activisme sur la toile).

 

Or, Wikipedia en français relate que le nom de Mme Vandana Shiva – oups ! Du Dr... – a été utilisé sans sa permission et ajoute :

 

« En réponse, le Centre pour la Sécurité Alimentaire publie un communiqué expliquant qu'il est à l'origine de l'appel aux dons d'Avaaz et qu'il s'agit d'un "malentendu" et d'une "erreur de communication" entre son équipe et le Dr Shiva. Il souligne qu'il prend toute la responsabilité de cette erreur et "qu’Avaaz a été de bonne foi tout au long du processus". De son côté, Avaaz se dit enthousiasmée par l'idée du Centre mais prêt à en discuter avec ses détracteurs voire à rembourser les donations s'ils se rendent compte que le projet n'est pas viable. »

 

Un « malentendu » ? « ...prêt […] à rembourser... » ? Enfin « voire prêt... »... c'est en tout dernier ressort. En tout cas, la collecte continue...

 

Voici ce qu'on peut lire en petit (comme dans les contrats d'assurance...) au bas d'une page d'appel à dons :

 

« Si nous ne sommes pas en mesure d'utiliser votre don pour l'objectif que vous avez spécifié, soit en raison d'un nombre de dons supérieur à l'objectif, soit pour un autre motif imprévu, notre politique est d'utiliser votre don pour soutenir d'autres campagnes sur la thématique spécifiée ou d'autres campagnes mondiales importantes. Près de 80% des dons faits à Avaaz sont affectés directement à nos campagnes. Les 20% restants sont affectés à nos principaux postes de dépenses organisationnelles comme la gestion, la collecte de fonds, le conseil juridique, la comptabilité et les équipements – tous ces postes étant primordiaux pour pouvoir mener nos campagnes. »

 

Comment soutiennent-ils des campagnes, autrement que par des pages sur l'Internet ? « ...pour un autre motif imprévu » ? Quel était (est) l'objectif de cette collecte ?

 

« Mais les fermiers résistent et sauvent des graines dans des banques de semences et des granges réparties dans le monde entier. Aujourd’hui, ils ont conçu un projet révolutionnaire -- une plateforme d'échange de semences en ligne à but non lucratif, où n’importe quel agriculteur, n’importe où dans le monde, pourra rendre disponible gratuitement une grande variété de plantes, offrant ainsi une alternative aux graines génétiquement modifiées vendues par les multinationales du secteur agro-chimique. Cette plateforme mondiale pourrait rendre disponibles d’innombrables variétés de semences et lentement briser le monopole qui met en danger l’avenir de notre alimentation. »

 

En un mot comme en cent, cet objectif affiché est illusoire, et cela était évident dès le départ. La collecte de dons relève manifestement de l'escroquerie. Et, nous devons bien l'admettre : nous sommes d'accord avec Kokopelli, the Ecologist et les autres critiques.

 

Il se trouve qu'Avaaz vient de lancer une nouvelle collecte du même acabit, « Mettons à bas le modèle de Monsanto ».

 

Selon l'appel, « [d]ans quelques mois, l’UE se prononcera pour ou contre une interdiction. » Quelle imposture ! Les auteurs de cette phrase doivent bien savoir que c'est cette semaine !

 

Mais quel est le but de l'opération ?

 

« C’est le moment ou jamais: si nous participons tous maintenant, nous pouvons mener à bien un plan pour financer la recherche scientifique indépendante, maintenir la pression sur les responsables politiques et remporter une victoire en Europe qui fasse le tour du monde -- contribuez du prix d’un verre ou d’un repas, et rendons cette victoire possible. »

 

Nous n'irons pas plus loin dans la critique. Lisez le démontage méticuleux d'Ariane Beldi dans « Avaaz et la désinformation totale sur le glyphosate ».

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Jean-Claude Bregliano 25/06/2016 10:29

J'ai un peu de mal (euphémisme !) à comprendre la colossale contradiction entre le texte : "Mettons à bas le modèle de Monsanto" et la pétition pour la prolongation du glyphosate lancée par Avaaz : (https://secure.avaaz.org/fr/petition/Gouvernement_francais_Ministres_de_lAgriculture_et_de_lEcologie_Du_pragmatisme_prolonger_lhomologation_du_glyphosate/?wTnrSkb
Vous avez une explication ?

Seppi 25/06/2016 11:28

Bonjour,

Merci pour le lien !

En fait, c'est simple : Avaaz, comme d'autres plate-formes de cyberactivisme, accepte à tout le monde de lancer une pétition.

Voulez-vous faire libérer les ballons captifs ? Cliquez sur « créer une pétition »...

Astre Noir 22/06/2016 10:19

Boufre !!!
D'accord avec Kokopelli et The Ecologist !
Ca a du vous faire mal d'écrire ça ! :-)

Seppi 22/06/2016 10:34

Oh oui ! Et j'ai abrégé, car il y a aussi sur Wikipedia :

« Il cite le Réseau français Semences Paysannes qui déclare ne connaître « de par le monde aucune organisation de petits paysans qui puisse concevoir un tel projet ». Le réseau craint en effet que le projet ne profite qu'aux grosses industries, souligne qu'« Avaaz ne dit pas à qui sera confié l'argent récolté, ni qui le gérera » et conclut en expliquant que « les agriculteurs sont heureux lorsque des ONG les aident à s'organiser. Mais ils n'ont pas besoin d'ONG qui tentent de mobiliser la société civile en leur nom pour des objectifs qui ne sont pas les leurs. »