Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glyphosate : il se passe des choses extraordinaires aux USA, et tout est normal en France

4 Mai 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #Politique, #Activisme

Glyphosate : il se passe des choses extraordinaires aux USA, et tout est normal en France

 

L'EPA états-unienne conclut : « Le glyphosate est classé comme "probablement non cancérogène pour les humains" »

 

 

 

 

On publie... on dépublie...

 

Le vendredi 29 avril, l'Environmental Protection Agency (EPA) a mis en ligne une série de documents – que l'on attendait avec impatience – relatifs à l'évaluation des risques du glyphosate. L'évaluation des risques commencée en 2009 était censée se terminer en 2015. De fait, un des documents, émanant du Cancer Assessment Review Committee (commission d'examen de l'évaluation du cancer) est un « rapport final » et il est daté du 1er octobre 2015. Il aura donc été gardé sous le coude pendant... sept mois, dans le contexte fort polémique que l'on connaît.

 

Mais surprise... le lundi 2 mai 2016, les documents ont été retirés du site.

 

Une porte-parole de l'Agence a déclaré :

 

« Les documents sur le glyphosate ont été mis en ligne par inadvertance affichés sur le site l'Agence. Ces documents ont été retirés parce que notre évaluation n'est pas définitive. L'EPA n'a pas terminé son évaluation du cancer. Nous allons examiner les travaux des autres gouvernements ainsi que les travaux de l'Agricultural Health Study de HHS (U.S. Department of Health and Human Services) avant de prendre une décision sur le glyphosate. Notre évaluation sera examinée par des pairs et terminée d'ici la fin de 2016. »

 

Tout cela est fort curieux. Le fait est que le rapport mis en ligne est bien « final ». Il ne nous est pas raisonnablement possible de déterminer si ce rapport d'une commission constitue la position de référence de l'EPA. Le fait d'examiner d'autres travaux en vue de la formation d'une décision finale ne devrait en rien influencer les conclusions de cette commission.

 

 

Et donc, en résumé...

 

 

 

 

  • Le glyphosate est classé comme « probablement non cancérogène pour les humains ».

 

  • Les données épidémiologiques actuelles n'étayent pas un lien de causalité entre l'exposition au glyphosate et les tumeurs solides.

 

  • Il n'y a également aucune preuve à l'appui d'un lien de causalité entre l'exposition au glyphosate et les tumeurs non solides suivantes : leucémie, myélome multiple, maladie de Hodgkin.

 

  • Les données épidémiologiques actuelles ne sont pas concluantes pour une relation causale ou associative claire entre le glyphosate et le lymphome non hodgkinien.

 

  • Chez les animaux de laboratoire, il n'y a aucune preuve de cancérogénicité. L'administration alimentaire de glyphosate à des doses très élevées sur une durée maximum de deux ans n'a produit aucune preuve de réponse cancérogène dans sept études distinctes sur des rats mâles et femelles.

 

  • Même chose sur la souris.

 

  • Sur la base d'une approche fondée sur la valeur probante des éléments de preuve d'une large gamme d'essais in vitro et in vivo, y sur compris sur les mutations de gènes, les lésions chromosomiques, les lésions de l'ADN et leur réparation, il n'y a aucune inquiétude quant à la génotoxicité et la mutagénicité in vivo pour le glyphosate.

 

 

En résumé aussi, dit par l'EPA de manière fort courtoise : le CIRC a produit de la science poubelle. Par exemple :

 

« L'inclusion des résultats positifs d'études présentant des limitations connues, l'absence de résultats positifs reproductibles et l'omission des résultats négatifs des études fiables peut avoir eu une incidence importante sur la conclusion du CIRC sur le potentiel génotoxique du glyphosate. »

 

 

Amis complotistes...

 

Voici une théorie à ruminer :

 

L'Europe se débat avec de formidables campagnes visant l'interdiction de l'usage du glyphosate, ainsi qu'avec sa propre impuissance et pusillanimité. Les OGM tolérant le glyphosate ne seront pas autorisés à la culture en Europe. Les intérêts des « semenciers » états-uniens se sont donc pas gravement lésés ; du reste, ils sont largement présents en Europe. De toute manière, le glyphosate est tombé dans le domaine public et les grands producteurs sont maintenant, notamment, chinois ; les brevets sur la tolérance au glyphosate arrivent aussi à échéance.

 

Imaginez aussi une agriculture européenne sans glyphosate, obligée de recourir à d'autres matières actives (qui seront immédiatement dans le collimateur de l'obscurantisme...) pour certains désherbages réalisés aujourd'hui, facilement et de manière très économique, avec du glyphosate. Imaginez aussi les autres utilisateurs de glyphosate obligés de passer à des méthodes bien plus coûteuses, érodant la compétitivité de l'économie européenne...

 

Une interdiction du glyphosate serait pain bénit pour les économies américaines... et même pour cette compagnie que tant de monde aime haïr.

 

Il fallait donc que le rapport final sur la (non-)cancérogénicité du glyphosate soit tenu caché le temps que l'Union européenne procède à son auto-mutilation économique.

 

Mais quelqu'un a dû penser que cela commençait à bien faire...

 

 

Il y a un gouvernement... et une Ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat...

 

En France, tout est normal.

 

Il y a manifestement du tirage dans ce qu'il faut appeler un gouvernement. Et Générations Futures a, manifestement aussi, toutes les données nécessaires pour peser sur la position que prendra la France le 18 mai prochain à Bruxelles, ainsi que les relais nécessaires dans la presse. Mais, amis complotistes, on peut aussi penser que GF est instrumentalisé pour peser sur cette décision... ou aussi qu'il s'agit d'un exercice de transmission de rhubarbe et de séné. Mme Royal n'a-t-elle pas une très haute opinion du travail de GF ?

 

Glyphosate : il se passe des choses extraordinaires aux USA, et tout est normal en France

Donc, à en croire par exemple le Figaro, « Manuel Valls "serait pour voter la réhomologation avec certaines conditions" ». Quant à Mme Ségolène Royal, Ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat (donnons-lui tout son titre, c'est si flatteur), elle a confirmé dans un gazouillis « que la France s'opposera le 18 mai au renouvellement du Glyphosate, substance cancérigène ».

 

« "Générations Futures demande à la France de clarifier sa position" et au Premier ministre Manuel Valls de l'"assumer", a déclaré François Veillerette, le porte-parole de l'ONG lors d'une conférence de presse. »

 

M. Veillerette demande « à la France » – comme c'est grandiose – et Mme Troyal répond dans la foulée. Étonnant non ?

 

 

 

 

Donc, à en croire par exemple le Figaro, « Manuel Valls "serait pour voter la réhomologation avec certaines conditions" ». Quant à Mme Ségolène Royal, Ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat (donnons-lui tout son titre, c'est si flatteur), elle a confirmé dans un gazouillis « que la France s'opposera le 18 mai au renouvellement du Glyphosate, substance cancérigène ».

 

« "Générations Futures demande à la France de clarifier sa position" et au Premier ministre Manuel Valls de l'"assumer", a déclaré François Veillerette, le porte-parole de l'ONG lors d'une conférence de presse. »

 

M. Veillerette demande « à la France » – comme c'est grandiose – et Mme Troyal répond dans la foulée. Étonnant non ?

 

Il nous semblait que le chef du Gouvernement, c'était le Premier ministre. Il « dirige l’action du Gouvernement » (article 21 de la Constitution). Il assure la coordination de l’action gouvernementale et évite, par son arbitrage, que différents ministres prennent des initiatives allant dans des sens opposés. Il n’est certes pas le supérieur hiérarchique des autres ministres et ne peut pas leur imposer de prendre une décision qu’ils ne veulent pas assumer. Mais, tout de même, il y a un besoin de cohérence et, par voie de conséquence, de crédibilité.

 

Mais ici on se trouve – une fois de plus (ce fut aussi le cas dans le cadre de la présidence précédente) – devant une situation dans laquelle il y a un gouvernement et, sous forme de principauté indépendante, un ministère. Le glyphosate est un élément majeur de l'agriculture moderne (et, qui plus est, d'une agriculture respectueuse de l'environnement). Avec un aplomb phénoménal, Mme la Ministre déclare que le glyphosate est « cancérigène » – alors que le CIRC ne l'a classé « que » cancérigène probable, à égalité avec par exemple la viande rouge et en-dessous de, par exemple, les saucisses et merguez ; il y a donc aussi un élément de santé publique, relevant d'un autre ministère.

 

Mais Madame « confirme »...

 
Glyphosate : il se passe des choses extraordinaires aux USA, et tout est normal en France

Il nous semblait que le chef du Gouvernement, c'était le Premier ministre. Il « dirige l’action du Gouvernement » (article 21 de la Constitution). Il assure la coordination de l’action gouvernementale et évite, par son arbitrage, que différents ministres prennent des initiatives allant dans des sens opposés. Il n’est certes pas le supérieur hiérarchique des autres ministres et ne peut pas leur imposer de prendre une décision qu’ils ne veulent pas assumer. Mais, tout de même, il y a un besoin de cohérence et, par voie de conséquence, de crédibilité.

 

Mais ici on se trouve – une fois de plus (ce fut aussi le cas dans le cadre de la présidence précédente) – devant une situation dans laquelle il y a un gouvernement et, sous forme de principauté indépendante, un ministère. Le glyphosate est un élément majeur de l'agriculture moderne (et, qui plus est, d'une agriculture respectueuse de l'environnement). Avec un aplomb phénoménal, Mme la Ministre déclare que le glyphosate est « cancérigène » – alors que le CIRC ne l'a classé « que » cancérigène probable, à égalité avec par exemple la viande rouge et en-dessous de, par exemple, les saucisses et merguez ; il y a donc aussi un élément de santé publique, relevant d'un autre ministère.

 

Mais Madame « confirme »...

Partager cet article

Commenter cet article

vigneron 04/05/2016 16:05

Si par malheur l'interdiction du glypho est obtenue (extorquée) à Bruxelles, il faut, sans rire, envisager dès à présent une campagne pour l'interdiction de la viande rouge, des saucisses, des merguez et des barbecues.
Ps : depuis 35 ans j'ai dû manipuler et épandre kekchose comme 3 000 litres de Roundup et autres désherbants à 360g par litre de glypho (et, c'est très très mal je sais, sans gants, sans masque, sans protection et sans cabine, un peu comme on fait griller des saucisses).

Seppi 04/05/2016 19:11

Les coiffeurs aussi...