Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« En Nouvelle-Calédonie et Outre-mer, les OGM prospèrent presque sans obstacle » (Reporterre)

3 Mai 2016 , Rédigé par Seppi

« En Nouvelle-Calédonie et Outre-mer, les OGM prospèrent presque sans obstacle » (Reporterre)

 

En métropole, c'est la désinformation – en Nouvelle-Calédonie aussi

 

 

Superbe article de désinformation – un de plus –, mais finalement informatif, sur Reporterre.

 

La visite du Premier Ministre Manuel Valls en Nouvelle-Calédonie aura permis à ce site de faire de la publicité pour Stop OGM Pacifique.

 

C'est, paraît-il, une association. C'est possible, et même certain : les statuts font foi. Mais c'est, à l'évidence, une entité d'une grande opacité qui a les caractéristiques d'une petite entreprise. Le site de cette association est très instructif : pas d'adresse ; pas d'onglet renvoyant à une page de présentation, mais quatre lignes avec un discret « qui sommes-nous »... qui renvoie à la page « Adhérez et soutenez-nous »qui n'apporte aucune information. Ah si ! Il y a deux présidents d'honneur : Vandana Shiva – la diva de l'écoféministe qui, entre autres joyeusetés, ment depuis des décennies sur son parcous universitaire et assimile le viol des femmes à la culture des OGM – et Frédéric Jacquemart – président d'Inf'OGM jusqu'en 2014.

 

Les statuts étant publiés, on y apprend que le président de l'association est M. Frédéric Guérin et la secrétaire, Mme Claire Chauvet, déjà associés précédemment. Selon cette vidéo, Mme Chauvet est vice-président.

 

Manifestement, une idéologie et un militantisme ont été implantés sur une Grande Île qui, à l'évidence, se moque éperdument des OGM ; en attendant que le virus de la désinformation ait fait son œuvre. L'agriculture biologique n'est pas loin. Pour le Biomintern, une « association » en Nouvelle-Calédonie capable de toucher aussi le monde anglophone régional est une tête de pont stratégique.

 

Or donc, M. Frédéric Guérin, qui se présente comme agrobiologiste, a découvert que, « dans cette partie du monde, il y a une profonde méconnaissance sur les OGM, on en est à expliquer ce que c’est ». C'est vraiment prendre les locaux pour ce qu'ils ne sont pas... « On a mis plus de six mois à établir qu’il n’y avait pas de réglementation OGM ». Sous-entendu : on navigue dans une jungle juridique inextricable alors que cela peut être de la simple incompétence de « on », ou encore un besoin compulsif de se faire mousser.

 

En Nouvelle-Calédonie et Outre-mer, donc, « les OGM prospèrent presque sans obstacle » ; mais une grande partie de l'article de Reporterre démontre en fait – une série de témoignages à l'appui – qu'il n'y en a pas. Par exemple :

 

« "Chez nous, on ne parle pas beaucoup des OGM", reconnaît Christelle Blanco, venue présenter ses confitures et autres condiments traditionnels au dernier Salon de l’agriculture, à Paris. "Si on n’en parle pas, c’est qu’il n’y en a pas", suppose-t-elle. »

 

Notez le choix des verbes ! Quelle est la version d'« en face » ?

 

« Circulez, y’a rien à voir ? Chez Stop OGM Pacifique, on est moins enthousiaste : "La direction du développement rural de la province Sud [la partie Sud de l’île principale], ainsi que quelques agriculteurs, nous ont confirmé qu’il y avait eu des OGM en Nouvelle-Calédonie. Soit du maïs, soit de la papaye. Mais on ne sait pas exactement de quoi il s’agit car ceux qui le savent ne nous le disent pas", témoigne Frédéric Guérin. »

 

Autrement dit, la rumeur, l'insinuation, la théorie du complot :

 

« En particulier pour la papaye, il craint une contamination car en 2003, la même direction du développement rural recommandait déjà aux producteurs de Nouvelle-Calédonie certaines variétés hawaïennes comme la Sunset et la Sunrise. Or, la culture de la papaye OGM étant très développée sur cet archipel étasunien, il est probable que certains plants importés soient contaminés.

 

'Sunset' et « Sunrise' ne sont pas des variétés génétiquement modifiées. « ...il craint », « ...il est probable... » ? La technique habituelle des marchands de peur. Et comme la preuve irréfutable de l'absence de « contamination » est impossible à rapporter, « on » joue sur du velours. Les fameux papayer GM contiennent une petite séquence d'ADN produite par l'homme et qui agit comme un vaccin contre un virus qui détruit les arbres, la Papaya Ringspot Virus.

 

Dans l'« information » il y a aussi, par exemple, ce passage d'un texte, du 7 mai 2015, invitant à signer une pétition contre la « contamination des papayes OGM » :

 

« Malgré des demandes répétées, les institutions de la Nouvelle-Calédonie continuent la politique de l'autruche quant à la présence éventuelle de papayers GM sur le territoire et à la contamination probable des papayers traditionnels locaux. La Direction du Développement Rural de la Province Sud a pendant plusieurs années recommandé l'utilisation de semences de papaye hawaiienne de variété SunUP, la fameuse papaye OGM de l'Université de Hawaii... l'itinéraire technique la mentionnant est encore téléchargeable sur le net. »

 

Observez le langage : il s'agit de « contamination », certes « probable », mais à cause d'une présence « éventuelle »... C'est le texte mis en lien qui est intéressant : il ne mentionne pas la variété 'SunUP'.

 

Que dire aussi de l'avis de ces gens pour la Polynésie française ?

 

« Cette dernière inquiète particulièrement Stop OGM Pacifique : "Les étudiants en agriculture sont invités à aller faire leurs stages à Hawaï", remarque Frédéric Guérin. »

 

Horreur !

 

On trouve sur la page censée être « qui sommes-nous », outre un défilement d'affiches représentant des femmes enceintes – l'ignoble instrumentalisation des enfants, ici à naître –, cette affiche :

 

 

Il n'y a pas de blé OGM en Australie !

 

On apprend dans le texte ainsi illustré :

 

« L'année 2014 a été marquée par l'adoption en février par le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie d'un arrêté incluant l'interdiction d'importation des semences OGM de fruits et de céréales. »

 

Moyennant quoi Reporterre titre :

 

« En Nouvelle-Calédonie et Outre-mer, les OGM prospèrent presque sans obstacle ».

 

Étonnant, non ?

 

 

Partager cet article

Commenter cet article