Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Des pesticides dans la bio, jamais ! »... signez la pétition !

29 Mai 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agriculture biologique, #Activisme

« Des pesticides dans la bio, jamais ! »... signez la pétition !

 

 

 

 

L'internet et les réseaux sociaux ont ouvert une nouvelle avenue pour l'activisme : les « pétitions ». N'importe qui peut lancer une « pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir » sur change.org, et n'importe qui peut « signer » en donnant des coordonnées plus ou moins honnêtes. Qu'advient-il de ces « pétitions » en dehors de l'éventuel tapage médiatique ? Mystère...

 

Nature et Progrès Belgique en a lancé une, intitulée : « Des pesticides dans la bio, jamais ! »

 

Voici le texte, brut de décoffrage :

 

Ne laissez pas l’Europe autoriser les pesticides dans les produits bio, signez la pétition et surtout partagez-la au maximum !

 

Des pesticides dans la bio, jamais !

 

Le règlement européen pour l’agriculture biologique est actuellement en cours de révision. Parmi les différentes modifications concernant la production animale ou végétale se trouve une possibilité de tolérance aux pesticides dans les produits bio.

 

La détection de pesticides dans les produits biologiques mène actuellement à une perte du label bio. Si les cas de fraude sont extrêmement rares, il arrive néanmoins que des contaminations accidentelles se produisent lors du transport, du stockage des produits ou de la culture (dérives de champs voisins).

 

Le nouveau projet de règlement européen prévoit quant à lui de ne décertifier un produit bio contaminé qu’en cas de faute de l’opérateur (traitement, négligence,…). Si la faute ne peut être prouvée, on parlera alors de contamination accidentelle et en dessous d’un certain seuil de pollution, les produits pourraient être commercialisés sous le label bio.

 

Il s’agit donc purement et simplement de tolérer un certain niveau de présence de pesticides dans les produits biologiques !

 

Pour Nature & Progrès Belgique, une adoption des textes actuellement en négociation est impensable. Il est hors de question de faire reculer l’agriculture biologique en tolérant la présence de pesticides dans les produits proposés aux consommateurs sous le label bio.

 

L’association revendique dès lors la mise en place d’un seuil zéro-pesticides harmonisé pour tous les Etats-membres, c’est-à-dire une décertification des produits bio dès que la présence de pesticides est détectée.

 

Ne laissez pas l’Europe autoriser les pesticides dans les produits bio, signez la pétition et surtout partagez-la au maximum !

 

On aurait pu penser que Nature & Progrès connaît la réglementation de l'agriculture biologique ; qu'elle sait qu'il y a actuellement une obligation de moyens et non de résultats ; qu'elle sait aussi que des pesticides sont autorisés en agriculture biologique (y compris, du reste, des pesticides très nocifs pour la santé et l'environnement) ; qu'elle est consciente des conséquences d'un « seuil zéro-pesticides » (en fait un plafond...) pour les producteurs.

 

 

!

Les conditions d'emploi du Neemazal-T/S (de l'azadirachtine à 1 %), autorisé en 2015 pour une utilisation pour une durée de 120 jours, soit jusqu'au 11 juillet 2015, pour lutter contre les pucerons sur pommiers, essentiellement en « bio » :

 

- Pour protéger l'opérateur porter :

Pendant le mélange/chargement

- Combinaison de travail dédiée (cotte en coton/polyester 35%/65% - grammage d'au moins 230 g/m²) avec traitement déperlant ;

- Gants certifiés pour la protection chimique selon la norme de référence En 374-3 de type nitrile ;

- Vêtement imperméable (tablier ou blouse à manches longues certifiés catégorie III type 3 (PB3). Le vêtement de travail et le tablier ayant fait l'objet d'une contamination devront être lavés avant réutilisation ;

- Bottes de protection conformes à la réglementation et selon la norme EN 13 832-3 ;

- Lunettes de sécurité conformes à la réglementation et selon la norme EN 166.

Pendant l'application

Si application avec tracteur sans cabine :

- Combinaison de protection de catégorie III type 4 avec capuche ;

- Gants en nitrile EN 374-2 à usage unique pendant l'application et dans le cas d'une intervention sur le matériel pendant la phase de pulvérisation ;

- Bottes de protection conformes à la réglementation et selon la norme EN 13 832-3.

Si application avec tracteur avec cabine :

- Combinaison de travail dédiée (cotte en coton/polyester 35%/65% - grammage d'au moins 230 g/m²) avec traitement déperlant ;

- Gants certifiés pour la protection chimique selon la norme de référence EN 374-2 de type nitrile à usage unique dans le cadre d'une intervention sur le matériel pendant la phase de pulvérisation. Dans ce cas, il convient de noter que les gants ne doivent être portés qu'à l'extérieur de la cabine et stockés après l'utilisation à l'extérieur de la cabine ;

- Bottes de protection conformes à la réglementation et selon la norme EN 13 832-3.

Pendant le nettoyage du matériel de pulvérisation

- Combinaison de travail dédiée (cotte en coton/polyester 35%/65% - grammage d'au moins 230 g/m²) avec traitement déperlant ;

- Gants certifiés pour la protection chimique selon la norme de référence EN 374-3 de type nitrile ;

- Vêtement imperméable (tablier ou blouse à manches longues certifiés catégorie III type 3 (PB3) ;

- Bottes de protection conformes à la réglementation et selon la norme EN 13 832-3 ;

- Lunettes de sécurité conformes à la réglementation et selon la norme EN 166.

 

- Pour protéger le travailleur s'il doit intervenir sur une parcelle traitée, porter une combinaison de travail tissée en polyester 65 %/coton 35 % avec un grammage de 230 g/m² ou plus avec traitement déperlant.

 

- Pas de traitement pendant la floraison.

 

http://e-phy.agriculture.gouv.fr/

 

Qu'en pensent les producteurs de l'agriculture biologique ?

 

Faut-il leur rappeler que cette pétition irresponsable signifie qu'environ un sixième de leurs productions végétales seraient décertifiées ? Car, devant un tel volume, il est bien sûr « impensable » que des produits puissent quitter la ferme sans avoir été préalablement analysés...

 

!

In 15.5 % of samples of organic products (717 of the 4 620 samples analysed) pesticide residues were detected within the legal limits whereas 0.8 % of the samples exceeded the MRL. In these samples, 134 distinct pesticides were identified. In most cases the detected residues were related to pesticides that are permitted for organic farming, persistent environmental pollutants or residues of substances that are not necessarily related to the use of pesticides but which may come from natural sources.

https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/scientific_output/files/main_documents/4038.pdf

The 2013 European Union report on pesticide residues in food

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article