Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Si vous vous souciez de l'avenir de notre planète, voici pourquoi vous devriez soutenir les OGM

4 Avril 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM

Si vous vous souciez de l'avenir de notre planète, voici pourquoi vous devriez soutenir les OGM

 

Michelle Miller*

Si vous vous souciez de l'avenir de notre planète, voici pourquoi vous devriez soutenir les OGM

Je vis avec mon compagnon qui est un agriculteur de la cinquième génération et j'exploite moi-même à côté de lui. Je me trouve constamment dans l'obligation de défendre l'agriculture moderne. Il y a beaucoup d'opinions sur Internet, mais on a parfois l'impression que les agriculteurs sont les derniers à être interrogés sur l'agriculture. Comment cela peut-il avoir un sens ? Vous allez chez votre médecin pour obtenir des conseils médicaux, votre avocat pour obtenir des conseils juridiques, votre mécanicien pour obtenir des conseils pour votre voiture... Ne serait-il pas raisonnable d'aller voir les agriculteurs pour savoir ce qui se passe réellement sur leurs exploitations ?

Il y a un sujet dans l'agriculture qui, je pense, fait l'objet d'un nombre considérable de mythes : les organismes génétiquement modifiés ou OGM. Nous cultivons du maïs et du soja, et nous le faisons depuis plus de 150 ans en tant que famille. Nous sommes bien placés pour voir les avantages des OGM. Plus de 90 pour cent des agriculteurs ont eu recours à cette technologie depuis des décennies. Pourquoi, à votre avis ?

 

Non, ce n'est pas parce que nous y sommes obligés. Non, ce n'est pas un complot. Non, nous n'utilisons pas plus de produits chimiques qu'auparavant. Ces mythes, répétés sans cesse par les détracteurs des OGM, sont tout simplement faux. La raison pour laquelle 90 pour cent des agriculteurs américains ont adopté la biotechnologie agricole est qu'elle a considérablement réduit leur empreinte carbone, tout en améliorant les rendements, la sécurité des agriculteurs et l'environnement. C'est vraiment une technologie remarquable.

 

Le terme « OGM » recouvre un large éventail d'avantages, mais pour notre ferme productrice de maïs et de soja, cela se décompose en quelques éléments clés :

 

1) Des produits herbicides beaucoup plus sûrs pour lutter contre les mauvaises herbes

 

2) La culture sans labour, la rotation des cultures et les cultures de couverture gardent le carbone dans le sol et conservent la matière organique qui protège davantage la couche arable.

 

3) Le besoin d'insecticides est pratiquement éliminé.

Si vous vous souciez de l'avenir de notre planète, voici pourquoi vous devriez soutenir les OGM

Bien que ces trois avantages soient tous très importants, à mon avis – et je pense que d'autres agriculteurs seront d'accord –, c'est le N° 3 qui a eu le plus grand impact pour nous du point de vue du génie génétique. L'élimination des épandages d'insecticides grâce à la technologie Bt, qui permet à une plante d'exprimer un pesticide naturel qui cible les insectes mais est inoffensif pour les humains, a été une aubaine.

Afin de mieux comprendre ce qu'était l'agriculture dans les années 1960, 70 et 80, j'ai pris le temps d'interroger le père et l'oncle de mon compagnon, Rob et Ron Sass.

« Je me souviens d'avoir eu à prendre des cours de formation sur la manipulation des insecticides dans les années 70 », m'a dit Ron. « Nous devions faire attention. Quand nous utilisions ce genre de produits, nous ne pouvions pas revenir à la maison et embrasser nos femmes et nos enfants, de peur d'en mettre sur eux. Quand nous remplissions les cuves de nos pulvérisateurs par une journée venteuse, nous pouvions vraiment être en difficulté. C'étaient des trucs assez méchants dans les années 70 ».

 

Rob a ajouté : « Beaucoup de gars... Eh bien, vous pouviez vous frotter le nez avec la main sans même y penser. Mais c'étaient des produits marqués d'une tête de mort, ils était dangereux de les ingérer. »

 

Les insecticides que les agriculteurs ont utilisés avant que n'arrivent sur le marché les OGM résistants à des insectes portaient des noms différents : Lorsban [Chlorpyriphos-éthyl], Furadan [carbofuran], Counter [terbufos], Thimet [phorate], Dyfonate [fonofos]. En ce qui concerne les risques chimiques, il y a beaucoup de pictogrammes différents et des étiquettes d'avertissement sur les produits, mais avec la tête de mort on ne plaisantait pas. Bien sûr, comme toujours, la dose fait le poison, mais grâce aux OGM les agriculteurs ne manipulent désormais ces produits que très rarement [mon addition : quand ces OGM existent et qu'ils sont autorisés à la culture]. Les OGM ont permis d'atténuer le risque d'exposition professionnelle des agriculteurs, tout en se révélant positifs, pas par hasard, pour les cultures et l'environnement. La qualité des récoltes est également beaucoup plus élevée qu'elle ne l'était auparavant. Nous n'a pas eu à utiliser des insecticides sur nos champs de maïs au cours des 15 dernières années, depuis que nous avons commencé à semer des variétés GM, et l'utilisation globale d'insecticides est en baisse de 85 pour cent aux États-Unis.

Chrysomèle du maïs
Chrysomèle du maïs

Non seulement les insecticides sont pratiquement obsolètes pour nos cultures GM, mais un autre avantage de ces semences modernes est qu'elles ne ciblent que les parasites très spécifiques tels que la pyrale ou la chrysomèle, qui peuvent avoir des effets dévastateurs sur le maïs. Avant l'arrivée de cette technologie très spécifique et scientifiquement prouvée, les insecticides tuaient tous les insectes, même les bénéfiques.

« Je me souviens que dans les années 70, on pouvait devinrr que nous avions semé du maïs parce que cela sentait si mauvais quand nous remplissions les semoirs avec le produit insecticide », a ajouté Rob [mon addition : un insecticide enfoui dans le sol, sur la ligne de semis]. « Il tuait tout, et vous pouviez le sentir quand vous passiez à côté, sur la route. La dose fait le poison, mais je me souviens que je ne me sentais pas bien le lendemain, quand nous avions des tracteurs à cabine ouverte. »

 

Mais pour que les agriculteurs puissent contrôler avec succès les effets néfastes des maladies des cultures et des infestations d'insectes, ils doivent se concentrer sur plus que les insecticides. Avant l'introduction des herbicides plus sûrs d'aujourd'hui, les produits à la disposition des agriculteurs étaient bien pires. L'atrazine, par exemple, avait des effets résiduels dans le sol de sorte que vous ne pouviez pas faire une rotation maïs-soja. Vous deviez remettre du maïs l'année suivante parce que l'atrazine tuait le soja si vous essayiez de faire tourner les cultures. (Le soja est une dicotylédone, tandis que le maïs est une graminée.) Aujourd'hui, les agriculteurs sont en mesure de faire une rotation de maïs et de soja, interrompant ainsi le cycle des insectes.

 

Les « OGM entraînent la monoculture » est un autre mythe ; en fait, c'est tout le contraire. Les OGM contribuent à la diversification/rotation des cultures et du sol. Combinez la rotation des cultures et le sans-labour, ainsi que les cultures de couverture, et vous avez une recette pour le succès du sol.

 

Si vous éliminez les insecticides, vous préservez les insectes utiles comme les abeilles, les papillons ou les coccinelles qui mangent les pucerons du soja. Éliminer les insecticides signifie aussi moins de passages avec un équipement agricole, ce qui permet des économies sur le carburant et l'usure mécanique, réduisant ainsi notre empreinte carbone. Selon le Service international pour l'acquisition d'applications agricoles biotechnologiques (Isaaa.org), les effets positifs de la biotechnologie agricole équivalent à la suppression de 11,9 millions de voitures de la route pendant un an.

 

 

Cela me déconcerte quand j'entends certaines personnes se plaindre de notre système de production alimentaire actuel (avec le ventre plein, bien sûr !), quand nous avons fait tant de bonds en avant. Nous devons comprendre que la science et le progrès font des choses merveilleuses pour l'agriculture, et je suis convaincue qu'ils continueront à le faire. La technologie a amélioré tous les aspects de nos vies, et l'agriculture ne fait pas exception.

 

Si vous croyez que nous devons aller de l'avant avec notre planète pour nourrir 9 milliards de personnes d'ici l'an 2050 ; si vous croyez que les agriculteurs doivent avoir la capacité de produire plus de nourriture sur moins de terres tout en conservant les ressources, en utilisant moins d'intrants chimiques et de carburant ; si vous croyez dans l'élimination des insecticides tout en préservant la couche arable de notre terre pour les générations futures, alors il n'y a jamais eu de meilleur moment que maintenant pour soutenir la biotechnologie pour l'avenir de la production agricole.

 

_________________

 

*  Michelle Miller, Farm Babe (@thefarmbabe), élève des moutons et des bovins de boucherie, tout en aidant son compagnon sur 800 hectares de cultures dans le nord-est de l'Iowa. Elle est une « agvocate » passionnée et croit qu'il est important de combler le fossé entre les agriculteurs et les consommateurs. En plus d'alimenter son blog, www.facebook.com/IowaFarmBabe, elle fait des piges et donne des conférences.

 

Source : https://www.geneticliteracyproject.org/2016/03/30/care-future-planet-heres-support-gmos/

 

 

Partager cet article

Commenter cet article