Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les femmes sud-africaines adorent le maïs génétiquement modifié

10 Avril 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique, #OGM

Les femmes sud-africaines adorent le maïs génétiquement modifié

 

La technologie crée des espaces pour la conquête de leurs droits par les femmes

 

Voici le résumé d'un intéressant article, « Genetically Modified Maize: Less Drudgery for Her, More Maize for Him? Evidence from Smallholder Maize Farmers in South Africa » (maïs génétiquement modifié : moins de corvées pour elle, plus de maïs pour lui ? Données issues de petits exploitants producteurs de maïs en Afrique du Sud), de Marnus Gouse, Debdatta Sengupta, Patricia Zambrano, José Falck Zepeda (World Development, vol. 83, juillet 2016, pages 27–38) :

 

Les technologies de cultures génétiquement modifiées (GM) ont fait de grands progrès depuis leur première introduction en 1996. Bien qu'il y ait un vaste corpus, en augmentation constante, de littérature sur l'impact économique de l'adoption des cultures GM dans les économies tant en développement que développées, il n'y a que peu de preuves que la technologie a eu un impact spécifique et distinct sur les agriculteurs féminins et masculins. Dans les économies où les agricultrices et les membres féminins du ménage jouent un rôle important et souvent spécifique dans la production agricole, il est crucial d'être en mesure de répondre à cette question. Cet article présente les résultats quantitatifs et qualitatifs d'une étude de l'adoption et de la performance, différenciée selon le sexe, du maïs résistant aux insectes (Bt) et tolérant aux herbicides (HT) produit par les petits exploitants agricoles dans la province de Kwa Zulu Natal en Afrique du Sud.

 

Les résultats indiquent que les agricultrices apprécient les avantages de l'économie de travail grâce au maïs HT, ainsi que les variétés à empilement de transgènes qui offrent à la fois un contrôle des insectes et des économies de main-d'œuvre. Les rendements plus élevés sont la principale raison de l'adoption par les agriculteurs, tandis que les agricultrices ont tendance à privilégier d'autres aspects comme le goût, la qualité et la facilité de la culture des maïs tolérants aux herbicides (HT). Les agricultrices (et également les enfants) bénéficient d'un gain de temps significatif du fait de la réduction du désherbage, une activité qui incombe traditionnellement aux agricultrices. Les nouvelles variétés à empilement de transgènes ont été préférées par les agriculteurs, hommes et femmes, et semblaient très demandées par les deux groupes. Cependant, le manque de disponibilité des semences GM dans la région et les difficultés d'accès au marché étaient des limitations possibles à l'adoption et la diffusion de la technologie.

 

Ce n'est pas de la « rocket science », de la science de haute volée, mais cela a l'avantage de montrer par une approche scientifique les bénéfices que les petits producteurs, ici sud-africains, tirent des variétés de maïs génétiquement modifiées – des bénéfices que des « ONG » s'échinent à leur refuser au nom de la préservation de leur fond de commerce et de l'escalade d'engagement.

 

 

En février 2007, Friends of Europe, un think tank (groupe de réflexion) de Bruxelles, avait organisé un débat avec Mme Connie Hedegaard, à l'époque Ministre danoise de l'environnement, maintenant Commissaire européenne à l'Action pour le Climat, sur la position que devait prendre l'Union européenne dans le débat mondial sur les OGM. Il en reste encore un bref compte rendu d'Euractiv sur la toile.

 

Le débat public s'est poursuivi par un dîner. Mme Hedegaard – pas totalement fermée aux OGM, mais néanmoins bien calée sur la « précaution » – y a notamment émis l'idée que l'Europe pourrait assister les pays en développement, notamment africains, en contribuant à la mise en place d'un système d'évaluation et d'autorisation des OGM similaire au système européen. Il va sans dire qu'il y a eu des rationalistes autour de la table pour signaler qu'avant de donner les moyens d'évaluer, il fallait d'abord donner ceux de les « fabriquer ».

 

L'insistance sur les risques – éventuels, hypothétiques, etc. – a fini par lasser un convive, l'attaché agricole sud-africain. À l'époque, le seul maïs génétiquement modifié était à grains jaunes, celui destiné à la consommation humaine étant à grains blancs. Et il a fini par réagir. S'il y avait des maïs GM à grains blancs, avait-il dit, les petits agriculteurs produisant essentiellement pour leur subsistance – et surtout les agricultrices – l'adopteraient tout de suite, et au diable les risques.

 

L'article scientifique décrit ci-dessus en apporte des éléments de preuve.

 

Grâce à M.Canfin, la France fournira de meilleures houes...

 

Rappelons que grâce à l'activisme anti-OGM du ci-devant ministre délégué au développement auprès du ministre des affaires étrangères, Pascal Canfin, l'Agence française de développement (AFD) ne pourra plus financer de projets impliquant des OGM en vertu d'une décision adoptée en avril 2013. Une décision irresponsable qui prive les africains (notamment) des bénéfices de la génétique moderne et qui, de plus, exclut la recherche-développement et une partie de l'industrie des semences et plants françaises du continent. Et il s'en vante !

 

M. Canfin est maintenant le directeur général du WWF France. Personne dans la mouvance alter et anti n'a crié au conflit d'intérêt.

Partager cet article

Commenter cet article

un physicien 11/04/2016 10:24

Lire l'avis d'un écolo pur jus sur le WWF : http://fabrice-nicolino.com/?p=1131

Seppi 28/04/2016 10:23

Bonjour,

Merci pour le lien.

Mais Nicolino reprend l'avis d'un documentaire allemand, certes avec enthousiasme, et non sans raison.

Le documentaire me semble bloqué en France.

J'ai cependant trouvé ça (en allemand) :

https://www.youtube.com/watch?v=aybRofJk9O4

Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu un documentaire critiquant les méthodes de ces organisations sur une chaîne bobo française.

Au fait, le WWF délocalise une centaine d'emplois sur les 170 de son siège à Gland et licencie. Business as usual...