Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un autre article d'Infascelli et al. retiré

18 Mars 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Activisme, #Agriculture biologique

Un autre article d'Infascelli et al. retiré

 

 

Nous vous avons entretenus ici des tribulations de l'équipe du Pr Federico Infascelli, professeur de nutrition et d'alimentation animales au Département de médecine vétérinaire et des productions animales de l'Université de Naples « Federico II » :

 

 

Ces titres reflètent assez bien l'évolution de la situation.

 

Rappelons tout de même qu'à la suite d'une déposition du Pr Infascelli devant le Sénat italien, une chercheuse de renom, Mme Elena Cattaneo, nommée sénatrice à vie pour services rendus à la Patrie dans le domaine de la science, a examiné de plus près les publications de l'équipe du Pr Infascelli et découvert des fraudes suspectées. Une première publication, « Gamma-Glutamyl Transferase Activity in Kids Born from Goats Fed Genetically Modified Soybean », a été retirée le 15 décembre 2015 par l'éditeur de Food and Nutrition Sciences (qui figure sur la liste de Beale des « éditeurs de revues académiques en libre accès potentiellement, possiblement ou probablement prédateurs »).

 

C'est maintenant au tour de « Fate of transgenic DNA and evaluation of metabolic effects in goats fed genetically modified soybean and in their offsprings » de Tudisco et al. d'être retiré par la revue Animal.

 

Selon la notice de retrait :

 

« À partir de la fin de septembre 2015, nous avons reçu plusieurs expressions de préoccupations de la part de tiers alléguant que les gels d'électrophorèse présentés ont pu faire l'objet de manipulations numériques injustifiées (bandes ou zones ajoutées ou omises, y compris dans les échantillons de contrôle et l'échelle d'ADN). Une enquête détaillée indépendante a été effectuée par Animal conformément aux lignes directrices de la Commission de l'Éthique de Publication (COPE). Cette enquête a aussi porté sur une analyse des affirmations de l'article en utilisant les figures telles qu'elles ont été présentées, et inclus une réévaluation de l'article par l'un des pairs examinateurs originaux à la lumière des résultats de l'analyse. Les auteurs ont été informés de nos préoccupations et priés de s'expliquer sur les irrégularités constatées. En l'absence d'explication satisfaisante, l'institution a été priée de poursuivre l'enquête. L'Université de Naples a conclu que de multiples hétérogénéités étaient probablement attribuables à la manipulation numérique, ce qui soulève des doutes sérieux quant à la fiabilité des résultats.

 

Sur la base des résultats de toutes les enquêtes, nous avons décidé de retirer l'article. »

 

Le troisième article sous les feux de la critique et d'allégations de fraude est « Genetically modified soybean in a goat diet: Influence on kid performance », publié par Small Ruminant Research.

 

Dans un article publié par Nature, « Italian papers on genetically modified crops under investigation – Work that describes harm from crops was cited in Italian Senate hearing », Mme Cattaneo avait affirmé que cette affaire était très importante « parce que ces articles ont été utilisés politiquement dans le débat sur les plantes GM ».

 

On ne peut que constater, malheureusement, que ce billet porte sur le sommet de l'iceberg : des articles fondés sur des fraudes que quelques membres de la communauté scientifique ont décidé de faire sanctionner par une dépublication. Le registres des fraudes et manipulations est abondant et varié. Ça commence par des protocoles d'essai spécialement conçus pour produire le résultat, pas vraiment scientifique mais en tout cas politique, souhaité ; et ça aboutit à des surexploitations médiatiques, quelquefois manifestement mensongères.

 

Ce registre est aussi bien documenté. Par exemple par les analyses et avis des agences de régulation appelées à évaluer des articles pour lesquels les conclusions, quoique généralement rédigées en termes diplomatiques, sont infamantes. Mais les articles poursuivent leur carrière... à l'occasion republiés.

 

Tout cela produit un corpus scientifique et médiatique qui pollue le débat, ainsi que la décision politique.

 

 

Partager cet article

Commenter cet article