Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Pesticides et santé, ce qu’en dit la science » – la Croix (glané sur la toile 71)

16 Mars 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Pesticides

« Pesticides et santé, ce qu’en dit la science » – la Croix (glané sur la toile 71)

 

 

La bobosphère médiatique bourdonne à plein régime dans une tentative d'une envergure extraordinaire d'influencer le processus parlementaire de la seconde lecture du « projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages » en faveur de l'interdiction de l'usage des insecticides néonicotinoïdes à compter du 1er janvier 2017.

 

Il n'y a pas que l'envergure qui est extraordinaire, mais aussi le recours à des procédés honteux de désinformation.  La chaîne parlementaire a fait particulièrement fort !  Les néonicotinoïdes sont déclarés uniques coupables, alors que la mortalité hivernale des ruches est un phénomène naturel (dans une limite de l'ordre de 15 %) et que la mortalité des abeilles est un phénomène multifactoriel.

 

Le site Alerte Environnement dénonce avec raison un écolobby qui doit bien jouer en première ligue, bien au-dessus du « lobby de l'industrie » que l'écolobby se plaît tant à dénoncer. Comment ne pas s'offusquer (ou rire aux éclats) en voyant une publicité pleine-page signée par 15 entités – nominalement des syndicats et des ONG, mais aussi, non pas nominalement mais réellement, une entreprise – s'adressant ainsi à nos élus :

 

« Mesdames et Messieurs les député-e-s, résistez aux lobbys ! »

 

Au milieu de cet effarant étalage d'indécence, il y a un titre qui fait honneur au journalisme – au vrai – à l'information : La Croix avec « Pesticides et santé, ce qu’en dit la science ».

 

Extrait :

 

« Par ailleurs, les pesticides ne sont ni le tabac, ni l’amiante. "En fumant, vous multipliez par 50 le risque de développer un cancer du poumon, rappelle Robert Barouki. Pour les pesticides ou les autres contaminants chimiques, on parle dans le pire des cas d’un risque multiplié par deux." Le lien entre l’exposition à ces substances et l’apparition d’une maladie est donc bien plus ténu et de ce fait beaucoup plus difficile à mettre en évidence. »

 

Partager cet article

Commenter cet article