Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« La révolte des croquants » : on peut regarder sur Arte malgré l'insupportable Saporta

4 Mars 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information

« La révolte des croquants » : on peut regarder sur Arte malgré l'insupportable Saporta

 

ou peut-être pour le plaisir de voir l'insignifiance

 

Le magazine d’actualité « 28' » d’Arte du lundi 29 février 2016 faisait 43 minutes (eh oui, l'inflation...). En première partie, Mme Ingrid Betancourt venait parler des femmes iraniennes. Le second volet (à partir de 13:40 – en solo sur Youtube) a été consacré à « Malaise paysan : quelle agriculture pour nous nourrir demain ? » avec, dans l'ordre alphabétique :

 

  • Mme Sylvie Brunel, géographe et écrivain, professeur à Paris-Sorbonne, ancienne présidente d’Action contre la faim ;

  • Mme Nadia Daam, journaliste de « 28' »

  • M. Étienne Gangneron, agriculteur (biologique) dans le Cher, Vice-président de la FNSEA, ancien président du Conseil d'administration de l'Agence Bio ;

  • Mme Elizabeth Quin, présentatrice de « 28' » ;

  • M. Guillaume Roquette, journaliste, Directeur de la rédaction du Figaro Magazine ;

  • Mme Isabelle Saporta.

 

« La révolte des croquants », c'est le raccourci de la présentatrice. On peut s'en offusquer mais, tout compte fait, pourquoi pas une telle provocation : ces croquants, ce sont les gens qui nous nourrissent et pour qui les « consommateurs » que nous sommes n'ont en dernière analyse que peu d'égards ; beaucoup de sympathie affichée ces derniers temps, certes, mais quand il s'agit de mettre un produit dans le caddy... C'est un des messages qui a été lancé haut et fort dans cette émission.

 

Notons avec un brin de hargne comment les intervenants ont été présentés sur le site d'Arte :

 

« Pour en discuter, nous accueillons la journaliste Isabelle Saporta, la géographe et écrivaine Sylvie Brunel, et le vice-président de la FNSEA Etienne Gangneron. »

 

On voit tout de suite la hiérarchie dans les médias ! Les journalistes sont des gens formidables... la confraternité aimable... n'en déplaise à M. Foucart.

 

Ce n'est pas tout : après une séquence vidéo d'introduction un peu musclée, provocation oblige, la parole est donnée à Mme Daam, qui interroge d'emblée... Mme Saporta... qui attaque d'emblée « le syndicat majoritaire » !

 

Il y a sur le plateau un représentant de la profession agricole – de surcroît au profil peu « conventionnel » et donc susceptible de tenir des propos sortant de l'ordinaire (supposé) du syndicat majoritaire honni par la bobogeoisie – et on interroge une journaliste pour un diagnostic sur l'état de l'agriculture en France.

 

Il est vrai que les « journalistes » savent tout et font autorité dès lors qu'ils/elles ont produit une pige ou, pire, quelques pages assemblées sous une couverture cartonnée. Surtout des pages outrageusement « anti-système », plaisant aux révolutionnaires de canapé, et répondant aux normes de la bien-pensance prétendument « de gauche » – de la « vraie gauche » s'entend – ,celle qui alimente avec une rare inconscience le discours du bord opposé.

 

Mme Saporta a donc tout vu. Rendez-vous compte : elle a fait un tour de France et visité des exploitations. Elle a tout compris. Elle a écrit un nouveau truc dont elle n'a pas omis de faire l'article dans cette émission à chaque fois que l'occasion s'en présentait... Mme Quin a bien dû présenter le parallélépipède, parlant d'une « formidable enquête » et citant de la quatrième de couverture, semble-t-il :

 

« Il faut aider les agriculteurs à changer de logiciel et favoriser l'agriculture de proximité et de qualité. »

 

Citation à notre sens judicieuse : résumé en une phrase de l'arrogance des prescripteurs de salon.

 

On 'a pas fini d'entendre parler des agneaux des prés salés du Mont Saint-Michel et de leur abreuvoir... Car, solidarité journalistique oblige, Mme Saporta est invitée partout. Ce n'est pas un marchepied qu'on déploie devant elle, mais la grande échelle des pompiers. Son truc chez Albin Michel, ça s'appelle « Foutez-nous la paix ! », un titre que les agriculteurs vont peut-être lui envoyer dans les gencives...

 

Vous avez compris : il faut pouvoir supporter l'insupportable Saporta... Tentant d'interrompre les autres participants, tentant de s'en prendre de manière caricaturale à la FNSEA... Il paraît qu'elle a travaillé pour Mariane, principalement dans la rubrique savoir-vivre...

 

En fait, elle s'est plutôt bien comporté ! En comparaison de la prestation sur, apparemment, les Immanquables des grandes gueules sur RMC (vidéo sur Paris Match).

 

« La révolte des croquants » : on peut regarder sur Arte malgré l'insupportable Saporta

Le discours est tombé à plat. Ainsi, l'ode aux circuit courts et à tout ce qui va avec a été suivie par l'affirmation tranquille d'un Gangneron des difficultés de la filière courte et bio – et des siennes propres, lui qui vend ses bœufs en-dessous du coût de production. Mme Je-sais-tout renvoyée dans le monde de ses illusions et fantasmes.

Il y avait elle... et les gens sérieux, intelligents et constructifs. Les explications calmes de M. Gangneron, intelligemment sollicité par Mme Quin et M. Roquette, et les exposés didactiques de Mme Brunel valent vraiment le détour.

Dépêchez-vous de les découvrir.

Partager cet article

Commenter cet article

Alex 13/03/2016 18:24

Il y a un souci avec le lien vers youtube, voici le bon (au 13 mars 2016):
https://www.youtube.com/watch?v=skMf8x34rx4

Seppi 13/03/2016 19:08

Bonjour,

Merci. Modifié.