Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Nouveau hoax : la microcéphalie serait due à un pesticide, pas au Zika

15 Février 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Zika, #Pesticides, #Activisme

Nouveau hoax : la microcéphalie serait due à un pesticide, pas au Zika

 

Le précédent de la même équipe : les tampons hygiéniques au glyphosate

 

 

 

Rien n'arrête la mouvance anti-pesticides (et anti-OGM) !

 

C'est leur droit. Ce qui est en revanche regrettable, c'est que des médias se précipitent sur le premier hoax venu pour remplir leurs pages et se faire de l'audience.

 

Dans un billet précédent, « Toujours plus fort : du "glysophate" dans les tampons hygiéniques ! », nous avions dénoncé l'imbécillité médiatique qui a suivi la publication d'une « information » selon laquelle des chercheurs argentins avaient trouvé des traces de glyphosate dans 85% des tampons et serviettes. La source, par Russia Today interposé : une « communication » dans le cadre du 3° Congreso Nacional de Pueblos Fumigados. Congrès organisé par une association qui milite, côté vitrine, pour une meilleure réglementation des épandages de pesticides, des zones (aux dimensions argentines) sans épandages, et, dès la porte franchie, faire interdire l'usage des pesticides (à commencer par celui, honni car associé à des OGM, de l'infâme compagnie qu'on aime tant haïr).

 

Paris Match vient de découvrir une nouvelle bouse médiatique : les microcéphalies dues – selon de fortes présomptions – au virus Zika auraient en fait pour origine un insecticide, le pyriproxifène qui aurait été ajouté dans les citernes par les autorités brésiliennes pour lutter contre la dengue. Et de titrer : « Atrophies crâniennes et virus zika – Des médecins suspectent plutôt un produit chimique ».

 

Qui sont ces médecins ? Ceux de la Red Universitaria de Ambiente y Salud – Medicos de pueblos fumigados (réseau universitaire de l'environnement et de la santé – Médecins des agglomérations aspergés de pesticides), ceux dont Russia Today, l'organe de presse chargé d'alimenter la nouvelle guerre froide, avait diffusé le hoax précédent.

 

L'article fait état d'un « rapport coordonné par le Dr Avila Vazquez, pédiatre spécialisé en néonatalogie ». « Rapport » dont l'original médiatique est une page de la REDUAS (en castillan ici, en anglais ici). Mais, manifestement, la journaliste n'a pas lu le « rapport ».

 

 

 

Dans un « rapport » censé traiter des microcéphalies au Brésil, il est utile de présenter deux cartes – portant sur des années différentes – sur la mortalité infantile et les cas de dengue dans la Municipalité de Cordoba, en Argentine...

 

 

 

L'argument massue des médecins, selon Paris Match :

 

« La détection de milliers de cas de malformations congénitales chez des enfants dont les mères, enceintes, habitent dans des zones où le gouvernement brésilien a ajouté du pyriproxifène à l'eau potable, ne relève pas d'une coïncidence, bien que le ministère de la Santé mette en cause le virus Zika dans ces dommages. »

 

Sans oublier la réductio ad Monsantum :

 

« Le pyriproxifène, insecticide fabriqué par un "partenaire stratégique" de Monsanto (Sumitomo Chemical), et utilisé depuis dix-huit mois au Brésil, est donc mis en cause par le groupe de chercheurs... »

 

Ces médecins et leurs collègues en activisme de l'ABRASCO brésilienne ont évidemment raison contre le reste du monde. Du « rapport » :

 

« De nombreux responsables politiques, même de l'OPS [Organisation panaméricaine de la santé] et de l'OMS, épidémiologistes, experts en santé publique, chimistes et politiciens en général oublient facilement que les êtres humains, chacun d'entre nous, ont déployé des processus de développement embryonnaire dans lesquels nous traversons des stades très différents. L'évolution du zygote à l'embryon, de l'embryon au fœtus et du fœtus au nouveau-né, n'est pas très éloignée du processus de développement du moustique touché par le pyriproxyfène. Ils essaient aussi très facilement d'ignorer que chez l'homme, 60% de nos gènes actifs sont identiques à ceux des insectes tels que le moustique Aedes. Et c'est encore plus confus quand ils sont "conseillés" par des experts des fondations et des entreprises chimiques productrices d'insecticides (par exemple, Fundación Mundo Sano et Chemotecnica), ou quand les décideurs du ministère de la santé sont d'anciens employés de sociétés mondiales de production et de vente de poisons pour "usage domestique". »

Nouveau hoax : la microcéphalie serait due à un pesticide, pas au Zika

Nous, nous sommes confus devant tant de science et de sagacité... Nous ferons tout de même observer – avec l'humilité qui sied au béotien face à la sommité – que le « moustique touché par le pyriproxyfène »... ne se développe pas !

Quant aux « journalistes » qui ont raclé les caniveaux du Net, et à ceux qui vont reprendre l'« information » (même avec un point d'interrogation), on peut se demander quelle est la cause profonde de leur aveuglement et de leur manque de discernement.

Comment peut-on, par exemple, qualifier de « rapport » un tract de propagande qui dit :

« Une importante masse de données scientifiques indépendantes montre que cette stratégie [l'emploi d'insecticides] est déficiente et qu'elle ne sert qu'à prendre des photos des décideurs dans leurs bureaux » ?

 

Nous ne saurions résister à reproduire cette autre perle des « docteurs » ; c'est sur les moustiques d'Oxitec, évidemment aussi voués aux gémonies :

 

« En outre, il faut tenir compte du fait que la biologie de la maladie montre que les moustiques femelles ne "piquent" que quand elles sont portantes et produisent des œufs après avoir été fécondées par un mâle ; elles le font dans, et seulement dans, cet état parce qu'elles ont besoin d'éléments du sang pour le développement des œufs. Donc, si des millions de moustiques mâles sont lâchés, il y aura beaucoup de femelles fécondées cherchant à sucer le sang des mammifères, augmentant ainsi la propagation de la maladie à partir de personnes infectées à des personnes en bonne santé ! »

 

Nous avons eu la fable de Terminator qui risquait de se propager à d'autres cultures, provoquant une catastrophe alimentaire mondiale, toujours propagée par l'écodéesse Vandana Shiva ; une fable qui exige, par analogie que quelqu'un puisse dire qu'il a hérité sa stérilité de son père... Il y a maintenant la fable des moustiques mâles qui multiplient les moustiques femelles... Certes, il s'agit de moustiques femelles fécondés, mais c'est supposer que les mâles autochtones sont de gros fainéants !

 

Il y a un double drame dans cette affaire. D'une part, comme on est en plein brouillard (en fait même sur la réalité d'une épidémie de microcéphalie), toutes les pistes doivent être examinées et l'hypothèse pyriproxyfène ne saurait être écartée d'un revers de main, et ce, même si l'évaluation de la substance et son évaluation dans l'eau de boisson ne plaident pas en sa faveur. Mais les délires antisystème du REDUAS et de l'ABRASCO ne sont pas propices à un examen serein de l'hypothèse. D'autre part, la médiatisation de ces délires en France n'est pas de nature à promouvoir la rationalité et, en dernière analyse, une attitude citoyenne.

 

Si on veut en savoir plus sur la situation, on peut lire, en anglais, un article de CBCNews. Il s'agit d'un média canadien. Mais il y a d'autres sources, anglophones. Le mot « information » n'a pas le même sens en anglais...

 

Le rapport de Sandra da Silva Mattos et al. – là on est dans la science, pas la pseudoscience – évoqué dans l'article est ici, sur le site de l'OMS.

 

Notons incidemment que le pyriproxifène est autorisé en France, essentiellement dans la lutte contre les aleurodes et les cochenilles sur arbres, vigne, rosier et quelques légumes. Ohé, du radeau de « Cash Investigation »... FranceTVInfo est déjà sur le coup (avec le point d'interrogation magique). Et pour Metronews, l'insecticide est de... qui déjà ?

 

Affligeant !

 

Ajout du 16 février 2016 : Bon article, "Virus Zika : le temps des rumeurs au Brésil" dans le Monde (Paul Benkimoun et Claire Gatinois).

Partager cet article

Commenter cet article

shyroki 27/11/2016 23:50

Le conditionnel, toujours utilisez le conditionnel quand on ne sait pas.

Dire que la thèse du Pyriproxifène est un hoax, ce n'est pas du conditionnel.

On peut évidemment douter de la thèse du Pyriproxifène, les sources sont peu fiable et il n'y a pas vraiment de preuve, mais c'est également le cas pour la thèse avec le virus Zika.

On ne peut que déplorer l'affirmation des médias pour une hypothèse surtout si elle exclu toute investigation scientifique.

Je pense que la thèse du Pyriproxifène mérite d’être investiguer et qu'il faut des arguments pour affirmer qu'elle est vrai ou fausse.

Alain CREVEAU 23/04/2016 12:29

C'est cet article qui est affligeant : il ne contient strictement aucun argument, ni en faveur de la thèse officielle, celle de l'OMS, hormis la référence à... l'OMS elle-même (CQFD), ni à l'encontre de l'hypothèse alternative, hormis le dénigrement, un tissu de présupposés (quiconque met en cause l'usage de pesticides est supposé non crédible car animé par l'hostilité aux firmes agrochimiques, aux OGM etc etc ...) et la calomnie, y compris des journalistes qui ne font après tout que leur travail, celui d'informer de l'existence de cette hypothèse.
Malheureusement, il y a des précédents à ce type d'affaires, qui s'accumulent... Et avec ce genre d'article dont le but n'est autre que de faire écran de fumée aux investigations non homologuées par les instances officielles, on risque fort de passer à côté du risque réel, et d'y entraîner des millions de personnes.
Pour un article qui se veut traiter d'un sujet scientifique, sans entrer dans le fond, ça vole bas.
Mais heureusement que pour assurer intellectuellement ses arrières, l'auteur précise quand même : "toutes les pistes doivent être examinées et l'hypothèse pyriproxyfène ne saurait être écartée d'un revers de main"... Ce qu'il fait néanmoins du bras entier à longueur d'article !!!

Seppi 28/04/2016 09:43

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Visiblement, nous ne sommes pas du même avis !

Il n'y a pas de « thèse officielle », encore moins de l'OMS. Il y a eu des hypothèses. Celle du Zika comme – une – cause de microcéphalie a reçu une quasi-confirmation par les CDC états-uniens :

http://www.cdc.gov/media/releases/2016/s0413-zika-microcephaly.html

La science, la vraie, avance avec prudence :

« Le rapport note qu'aucune pièce de preuve ne fournit une preuve concluante que l'infection par le virus Zika est une cause de microcéphalie et d'autres anomalies du cerveau du fœtus. C'est plutôt l'accumulation de preuves à partir d'un certain nombre d'études publiées récemment et une évaluation minutieuse en utilisant des critères scientifiques établis qui étaye les conclusions des auteurs. »

Quant à l'hypothèse « alternative », relisez bien mon article et vérifiez les faits (l'article est largement sourcé). Vous écrivez :

« quiconque met en cause l'usage de pesticides est supposé non crédible car animé par l'hostilité aux firmes agrochimiques, aux OGM etc etc ... »

Je vous transforme la phrase :

« quiconque est animé par l'hostilité aux firmes agrochimiques, aux OGM etc etc et met en cause l'usage de pesticides est fortement suspect de ne pas être crédible. »

Du reste, cette hypothèse « alternative » n'est pas retenue par l'OMS, l'EPA états-unienne et les régulateurs européens :

http://www.who.int/emergencies/zika-virus/articles/rumours/en/

Quant aux « journalistes qui ne font après tout que leur travail, celui d'informer de l'existence de cette hypothèse », il me semble que le vrai travail d'un journaliste commence par la vérification de la crédibilité de son information.

Yves DECRIERE 18/02/2016 00:47

Comme d'habitude pour vous tout ce qui n'est pas politiquement correct participe de la théorie du complot.
C'est vous qui êtes affligeant.
Je suis scientifique, père de 3 scientifiques dont 2 docteurs es sciences, mari d'une biologiste. Et vous ?

Ounichibou 18/02/2016 16:09

En tant que scientifique vous devriez savoir qu'un argument d'autorité n'a aucune valeur. Peu importe les qualifications du messager si le message qu'il porte est pertinent

Alain3321 15/02/2016 12:06

Je partage cette analyse. J'ai lu l'article argentin. Des résidus de pyriproxyfène dans l'eau de boisson sont incriminés, mais aucune valeur de contamination de cette eau n'est fournie. Et par conséquent aucune estimation de l'exposition.