Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glané sur le net (50) : « Oh la vache ! G.-E. Séralini a encore publié ! » de Yann Kindo

4 Février 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #OGM, #Gilles-Éric Séralini

Glané sur le net (50) : « Oh la vache ! G.-E. Séralini a encore publié ! » de Yann Kindo

 

 

 

 

« Ces jours-ci, G-E Séralini revient à la charge avec une nouvelle publication qui vise cette fois-ci à faire croire que des vaches allemandes sont massivement mortes d’avoir ingéré des OGM, il y a plus de 10 ans de cela. Cette fois-ci, il semble que l’écho médiatique de ce nouvel assaut du Criigen contre le grand Satan génétiquement modifié soit, une fois n’est pas coutume, très réduit. On se prend à rêver que chat échaudé craindrait l’eau froide, et que les médias en aient finalement assez d’être manipulés par une équipe qui met systématiquement en œuvre des compétences bien plus affirmées dans le domaine de la communication que dans celui de la recherche scientifique pure.

 

C'est sur son blog, sur Mediapart, c'est finement analysé, et donc cela vaut le détour.

 

« On se prend à rêver » ? Le plus simple est encore de vérifier. Et c'est vrai que notre moteur de recherche favori peine à sortir quelque chose d'intéressant. Beaucoup de sites qui font fructifier leur capital avec de terrifiantes « nouvelles » sur les dangers des OGM semblent être aux abonnés absents. Combat Monsanto a bien sûr l'excuse que le maïs incriminé fut de Syngenta...

 

Finalement, M. Gottfried Glöckner et son co-auteur devraient remercier les rationalistes de parler leur magnifique « étude »...

 

Nous avons tout de même trouvé un site, Naturally Savvy, qui a laissé entendre que le retrait des deux fameux articles est le fruit d'une conspiration et d'un acte de sabotage – avec, bien sûr, un point d'interrogation. Curieusement, la page n'est plus disponible sur le site (sabotée elle aussi ?) ; mais elle reste accessible en cache.

 

Curieusement, la recherche mène aussi vers un site qui propose de vous écrire votre thèse au autre document académique. C'est sans lien avec les auteurs, mais on peut imaginer un lien magique avec la maison d'édition prédatrice.

Partager cet article

Commenter cet article