Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glané sur la toile (47) : « Glyphosate : l’EFSA répond aux attaques », sur Forumphyto

14 Janvier 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Pesticides, #Glyphosate (Roundup), #EFSA, #Union européenne, #Activisme

Glané sur la toile (47) : « Glyphosate : l’EFSA répond aux attaques », sur Forumphyto

 

 

En novembre 2015, nous vous avions entretenus des grande manœuvres des mouvances antipesticides contre la conclusion de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur le glyphosate – mieux connu sous la marque emblématique Roundup (qui n'a plus depuis longtemps le monopole sur le marché).

 

Et puis, nous avons délaissé le sujet...

 

Le 27 novembre 2015 un groupe de scientifiques menés par M. Christopher J. Portier écrivait une longue lettre au Commissaire à la Santé et la Sécurité Alimentaire Vytenis Andriukaitis pour contester les conclusions de l'EFSA. Portier ? Un personnage que nous avons rencontré à d'autres occasions et qui joua un rôle important dans la décision du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de classer le glyphosate en cancérogène probable... Les activistes, même issus des plus hautes sphères académiques et administratives, ne sauraient lâcher le morceau...

 

L'EFSA vient de répondre aux critiques en mettant d'autres documents en lien.

 

Et Forumphyto nous propose une excellente analyse dont la lecture nous paraît impérative.

 

Nos collègues en rationalité ont déniché ceci, qu'il conviendra sans nul doute de reproduire périodiquement :

 

« Le 1° décembre 2015, Bernhard Url, directeur exécutif de l’EFSA, auditionné par le Parlement Européen, avait déclaré de façon un peu moins protocolaire : "Je suis désolé de le dire, mais avec cette lettre, vous quittez le domaine de la science, vous entrez dans le domaine du lobbying et des campagnes ('campaigning'), et ce n’est pas la façon dont l’EFSA travaille. Pour moi, ceci est le signe que nous entrons dans l’âge Facebook de la science. Vous avez une évaluation scientifique, vous la mettez sur Facebook et vous comptez combien de personnes 'aiment'. Pour nous, ce n’est pas un progrès. Nous, nous produisons une opinion scientifique, nous la défendons, mais nous n’avons pas à prendre en compte si c’est aimé ou pas". »

 

 

Partager cet article

Commenter cet article