Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glané sur la toile (46) : « Pesticides et santé des agriculteurs : attention aux faux témoins ! » sur ForumPhyto

4 Janvier 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique, #Pesticides

Glané sur la toile (46) : « Pesticides et santé des agriculteurs : attention aux faux témoins ! » sur ForumPhyto

 

Superbe corrélation inverse.  Source : http://tylervigen.com/old-version.html

 

La trêve des confiseurs a été studieuse chez les tenanciers de ForumPhyto.

 

« Pesticides et santé des agriculteurs : attention aux faux témoins ! » est une explication lumineuse des dangers des enquêtes épidémiologiques mal conçues et de leurs interprétations hâtives.

 

L'analyse porte plus particulièrement sur une étude, « Professional exposure to pesticides and Parkinson disease » (Elbaz A, Clavel J, Rathouz PJ, Moisan F, Galanaud JP, Delemotte B, Alpérovitch A, Tzourio C., 2009, Ann Neurol. 66(4): 494-504), généralement saluée pour sa qualité et qui a vraisemblablement eu un impact important sur le plan de la politique de santé publique.

 

Au-delà des problèmes de qualité des études, il y a un réel problème de santé publique et de politique. ForumPhyto écrit :

 

« Attention à ne pas se tromper d’ennemi ! Il est évident que la maladie de Parkinson est surreprésentée chez eux, et que son classement comme maladie professionnelle est parfaitement justifié. Mais se prononcer trop tôt sur la cause risquerait de se retourner contre les agriculteurs, à plusieurs titres :

 

  • Dans la situation actuelle, les agriculteurs ou travailleurs agricoles non applicateurs de pesticides n’ont aucun recours pour faire reconnaître leur maladie comme ayant une cause professionnelle. Il faudrait donc être sûr que leur risque de Parkinson est bien égal à celui de la population générale.

 

  • Une attribution erronée aux pesticides retarderait l’élimination de ce problème sanitaire

 

  • Les agriculteurs sont impactés en tant que victimes potentielles de la maladie de Parkinson, mais aussi en tant qu’employeurs : dans les cas concernant des salariés agricoles, la MSA peut se retourner contre leur employeur.

 

Cet article est fondé sur une analyse de M. Philippe Stoop, dont nous venons de signaler un autre article. M. Stoop se porte aussi sur le terrain des décisions politiques :

 

« Ces clarifications seraient d’autant plus importantes, que l’interprétation des auteurs a des conséquences graves en matière de prise de décision sanitaire : en attribuant l’excès de Parkinson à une famille chimique interdite depuis longtemps, ils accréditent l’idée qu’il s’agit d’un problème sanitaire certes regrettable, mais déjà résolu, et donc qu’il n’y a plus aucune précaution à prendre. Par contre, une lecture plus objective des résultats laisse plutôt penser que l’excès de Parkinson est dû à un facteur professionnel autre que les pesticides, dont nous n’avons aucune raison de penser qu’il n’existe plus actuellement. Il serait donc essentiel pour les agriculteurs de tirer cette question au clair, à la fois pour des questions de prévention (pour éviter de perpétuer l’excès de Parkinson dans le futur), mais aussi pour des questions d’équité : en effet, dans l’état actuel de la législation, seuls les agriculteurs exposés aux pesticides peuvent faire reconnaitre leur maladie comme professionnelle. »

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article