Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glané en kiosque (5) : les fermes verticales et la forêt française dans Ça m'intéresse

11 Janvier 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information

Glané en kiosque (5) : les fermes verticales et la forêt française dans Ça m'intéresse

 

Glané en kiosque (5) : les fermes verticales et la forêt française dans Ça m'intéresse

C'est toujours un plaisir de lire Ça m'intéresse, une revue qui fait un travail remarquable de vulgarisation en éveillant la curiosité sur des sujets variés, avec des articles de qualité et de superbes photos. En plus, on le trouve généralement bien en vue dans les kiosques, pas dans l'enfer dans lequel on relègue la littérature scientifique qui, du reste, a bien du mal à se dégager d'un incroyable assortiment de titres de pseudo-sciences.

Le numéro de janvier 2016 – au modique prix de 3,70 € -- nous propose quatre pages (dont une immense photo) sur les « Fermes verticales – L'agriculture high-tech » à l'occasion de l'ouverture de la plus grande exploitation à New York.

C'est plutôt bien fait et réaliste. Nous aimons l'intertitre : « Les cultures céréalières, les plus nourricières, ne sont pas envisageables », ainsi que le « coup de gueule » de M. Vincent Caillebaut, architecte et concepteur de projets de fermes verticales. Oui, il est possible de concevoir des bâtiments intégrant logement, activité économique et production alimentaire. Á condition de rester réaliste.

Dans une livraison précédente, nous vous avions entretenu du démarrage d'une production de fraises en conteneur. C'est le concept des fermes verticales en plus petit.

« Pourrait-on mieux exploiter la forêt française ? » est un autre article qui doit nous intéresser. La filière bois et forêt emploie 440.000 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 60 milliards d'euros par an, soit près de 3 % du PIB... et c'est un énorme gâchis avec une balance commerciale déficitaire de 5,5 milliards d'euros.

Partager cet article

Commenter cet article