Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Quand l'Obs s'obstine, peut-on s'en tamponner le coquillard ?

2 Novembre 2015 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Glyphosate (Roundup)

Quand l'Obs s'obstine, peut-on s'en tamponner le coquillard ?

 

Les tampons hygiéniques sont maintenant « pollués » à l'herbicide

 

 

Le 28 octobre 2915, l'Obs publiait un article anxiogène sur la toile, « Les tampons soupçonnés de contenir de l'herbicide » [1], dont nous avons proposé un démontage ici [2]. Signalons qu'il n'était pas le seul [3].

 

Un article au mieux ridicule. En bref, à notre sens, pour entrer dans la zone à partir de laquelle il y aurait lieu de s'inquiéter, il faudrait que la femme utilise, journellement et toute sa vie, une quantité de tampons hygiéniques de l'ordre de la... tonne. Le même genre de raisonnement s'applique évidemment à tous les produits à base de coton.

 

Évidemment aussi, on peut s'inquiéter à la simple évocation du mot « glyphosate » que d'éminents militants chercheurs s'obstinent à charger de tous les maux de la terre. Prenons une « étude » emblématique, « Genetically engineered crops, glyphosate and the deterioration of health in the United States of America » (plantes génétiquement modifiées et détérioration de la santé aux États-Unis d'Amérique) de Nancy L. Swanson, Andre Leu, Jon Abrahamson et Bradley Wallet [4] : les auteurs ont établi des corrélations hautement significatives entre les applications de glyphosate et... l'hypertension, les infarctus, la prévalence du diabète, l'obésité, les troubles du métabolisme des lipoprotéines, la maladie d'Alzheimer, la démence sénile, la maladie de Parkinson, les scléroses multiples, l'autisme, la maladie de l'inflammation intestinale, les infections intestinales, la maladie rénale en phase terminale, la défaillance rénale aiguë, les cancers de la thyroïde, du foie, de la vessie, du pancréas, du rein, et les leucémies myéloïdes... Il manque les ongles incarnés, mais cela ne saurait tarder.

 

Extraordinaire ! Les applications de glyphosate sur le maïs et le soja -- essentiellement utilisés pour l'alimentation animale se traduisent, l'année même, en décès dus à des infections intestinales

 

En France, il se trouve même des chercheurs qui rapportent

 

« ...des anecdotes de chasseurs signalant des cas de mort subite de lapins après avoir traversé un champ fraîchement traité au Roundup, ou encore les cas de propriétaires d'animaux de compagnies, comme les chiens, décédant après des épandages domestiques de Roundup » [5].

 

Était-il génétiquement modifié pour tolérer le glyphosate ?

 

Mais nous nous égarons... On n'est jamais trop prudent...

 

Et quand on est journaliste à l'Obs... Le filon des tampons hygiéniques – dans un premier temps « soupçonnés de contenir de l'herbicide » – doit être exploité jusqu'à épuisement.

 

Nous avions pourtant écrit un commentaire qui, à notre sens, aurait dû alerter la rédaction. Rien n'y a fait. Quelques heures après, le 29 octobre 2015, l'Obs s'est livré à une escalade d'engagement avec « Tampons pollués à l'herbicide : il existe des alternatives ! » [6].

 

Et en matière d'escalade, c'est Spiderman grimpant au sommet d'un gratte-ciel :

 

« Le scandale des tampons contenant du glyphosate, un actif herbicide présent notamment dans le Rounup (sic), va sans doute dynamiser le marché des protections hygiéniques écolos. »

 

Manifestement, il n'y a que le journaliste de l'Obs qui a vu un « scandale ». Mais l'objectif est clair...

 

Et pour que la prédiction soit autoréalisatrice, mieux vaut lui donner un sérieux coup de pouce :

 

« On ignore pour le moment à quel niveau d'exposition le glyphosate est dangereux pour la santé. Mais sachant qu'une femme utilise en moyenne 12.000 protections hygiéniques dans sa vie, mieux vaut se ranger du côté du principe de précaution. »

 

« On ignore encore » ? Il y a donc des gens qui pensent que les autorités, dans le monde entier, ont autorisé la vente et l'utilisation du glyphosate – même par les particuliers – en ignorant... ?

 

Et il y a sans nul doute des gens qui ignorent qu'il existe des moyens simples – notamment l'internet utilisé à bon escient – pour remédier à leur ignorance d'un sujet. Or donc, voici les LD50 (les doses qui, absorbées par voie orale (première ligne) tuent 50 % des rats de l'essai) du glyphosate, de l'acide acétique – note à l'intention de certains journalistes : c'est le vinaigre – et le sel de table (chlorure de sodium) [7] :

 

 

Glyphosate (mg/kg poids vif

Acide acétique (mg/kg poids vif

Sel (chlorure de sodium) (mg/kg poids vif

LD50 orale rat

5108

3350

3000

LD50 dermique lapin

>2000

1060

>10 000

 

Plus le chiffre est élevé, moins le produit est dangereux. Le glyphosate est donc moins dangereux en toxicité aiguë que le vinaigre ou le sel de cuisine.

 

Dans la deuxième ligne, >2.000 signifie que les expérimentateurs n'ont pas poussé l'essai et qu'à 2.000 mg/kg de glyphosate appliqué sur la peau, ils n'ont pas tué plus de la moitié des lapins. La ligne montre que le glyphosate est moins dangereux que l'acide acétique.

 

Notons à l'intention de certains journalistes que 2.000 mg/kg, c'est 2 grammes. Les chercheurs argentins avaient trouvé 17 µg (microgrammes) par kilogramme de gaze. Petit problème à l'intention de ces journalistes : combien faut-il de kilos de coton pour obtenir ces 2 grammes dans le cadre d'un processus d'extraction complète ?

 

 

Le « scandale des tampons contenant du glyphosate », c'est en définitive le scandale d'une presse à scandale, qui se complaît au niveau du caniveau, et qui tient mordicus à ronger son os pour faire de l'audience et répandre insidieusement son idéologie.

 

Pour « échapper au glyphosate », choisissez donc « le tampon bio » :

 

« Non seulement ils ne contiennent pas de glyphosate mais ces produits sont blanchis à l'eau oxygénée et non au chlore. »

 

Voilà donc le chlore érigé, lui aussi, en diable dans l'orthodoxie écologique. Un chlore qui, s'il avait été utilisé en 2011 pour désinfecter des graines de fenugrec bio, aurait permis d'épargner une cinquantaine de vies en Allemagne et des centaines de handicaps à vie.

 

C'est que, pour les tampons non bio :

 

« Les étiquettes ne permettent pas savoir si le coton utilisé a poussé avec l'aide de produits phytosanitaire. »

 

Mais c'est que le coton bio a aussi toutes les chances d'avoir «  poussé avec l'aide de produits phytosanitaire [sic] » dont certains, comme les insecticides à base de neem ne sont pas anodins ; ils sont même dangereux pour la santé humaine. Toutefois, un journaliste ne peut pas tout savoir...

 

Ce qui ne l'empêche pas d'être prescripteur et de proposer aussi, comme alternative, l'éponge de mer :

 

« ...un simple lavage à l'eau avec quelques gouttes d'huiles essentielles suffit. »

 

Un « simple lavage » ? «  quelques gouttes d'huiles essentielles », dont certaines sont des perturbateurs endocriniens ? Nous pensons que c'est irresponsable.

 

À quand une alerte et un plan Orsec sur les couches polluées à l'herbicide ?

______________________

 

[1] http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20151028.OBS8445/les-tampons-soupconnes-de-contenir-du-roundup.html

 

[2] http://seppi.over-blog.com/2015/10/toujours-plus-fort-du-glysophate-dans-les-tampons-hygieniques.html

 

[3] Le Figaro s'y était mis aussi et vient de remettre le couvert (mais sans la pub pour le bio) :

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/10/29/01008-20151029ARTFIG00002-85-des-tampons-et-serviettes-hygieniques-contiendraient-du-glyphosate.php

http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/cup-eponge-les-alternatives-aux-tampons-et-aux-serviettes-pour-les-regles-291015-99081

 

[4] https://people.csail.mit.edu/seneff/Swanson_et_al_2014.pdf

Notez qu'André Leu se réclame de l'IFOAM, de la Fédération internationale des mouvements d'agriculture biologique.

 

[5] http://www.criigen.org/ogm/187/display/Cardiotoxic-electrophysiological-effects-of-the-herbicide-Roundup-in-rat-and-rabbit-ventricular-myocardium-in-vitro

 

[6] http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20151029.OBS8540/tampons-pollues-a-l-herbicide-il-existe-des-alternatives.html

 

[7] http://weedcontrolfreaks.com/2014/06/salt-vinegar-and-glyphosate/

 

 

Partager cet article

Commenter cet article