Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Champignon tueur d'insectes : le ridicule ne tue pas !

30 Novembre 2015 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information

Champignon tueur d'insectes : le ridicule ne tue pas !

 

 

Les réseaux dits « sociaux » – qui semblent souvent servir de passe-temps à des gens désœuvrés, souffrant d'un manque de socialisation – sont une mine incomparable de bobards en tous genres... surtout des pires. Et de liens vers des bobards.

 

Voici donc que les extraordinaires champignons de Paul Stamets font un nouveau tour de piste médiatique, apparemment à partir de We demain.

 

Le tour précédent, c'était en mai 2015, avec un article fort remarqué du Figaro manifestement issu de quelque site friand de conspirations, lequel s'est sans nul doute abreuvé sur un autre site friand... Notre ami Anton Suwalki avait produit un très jouissif démontage de cette ânerie sur Imposteurs. Autrement dit : lecture plus que recommandée.

 

« Un homme tient un brevet qui pourrait écraser Monsanto et changer le monde ! »... Ou encore : « Il détient le brevet qui pourrait détruire Monsanto et changer le monde ! » C'était précédemment, en mars 2015. Ce dernier titre et article est une traduction, non signalée comme telle selon un usage qui se répand de plus en plus, de « He Holds The Patent That Could DESTROY Monsanto And Change The World! ».

 

Maintenant, neuf mois après, c'est : « Avec ses champignons pesticides, cet homme affole Monsanto ». Qui a vu Monsanto s'affoler ?

 

Le chapô est plus circonspect, avec un conditionnel de rigueur :

 

« Le biologiste américain Paul Stamets, spécialiste en mycologie, a découvert un champignon tueur d’insectes. Ce biopesticide pourrait permettre de lutter naturellement contre les parasites agricoles. »

 

L'auteur ne s'est-il pas rendu compte de l'abîme qui sépare le péremptoire du titre du la circonspection du chapô ? On me dit que c'est une technique journalistique classique...

 

Passons sur le fait que les champignons tueurs d'insectes, c'est connu – et utilisé – depuis fort longtemps. Beauveria bassiana provoque la maladie de la muscardine blanche chez le ver à soie. Son emploi comme insecticide a été suggéré en... 1906 à l'occasion de du congrès de Lyon de l’Association française pour l’avancement des sciences. Il y a une spécialité commerciale utilisée sur palmiers pour lutter contre Paysandisia archon et sur maïs contre la pyrale. La « grande invention » de M. Stamets repose sur un Metarhizium anisopliae, utilisé en France en lutte biologique...

 

Et puis, les insecticides... ce n'est pas vraiment la spécialité de Monsanto... Mais peut-être que Monsanto s'affole pour la santé économique de ses concurrents, que l'altermonde aime aussi détester...

 

M. Stamets est en tout cas un génie :

 

« Sauver la Terre avec des champignons, c’est le défi de Paul Stamets. »

 

Rien que ça !

 

Poursuivons :

 

«  Convaincu que les solutions de la préservation de la vie sont dans ces organismes, ce mycologue américain de 60 ans a découvert quatre nouvelles espèces et six solutions assorties de brevets dont la plupart font trembler Monsanto, DuPont et les autres géants de l’agrochimie. »

 

Voilà que les géants, pas que Monsanto, tremblent !

 

Voilà aussi que « la préservation de la vie » est logée dans des tueurs d'insectes...

 

Et voilà encore qu'on nous épargne le procès traditionnellement fait aux brevets. Ah oui... ce sont des brevets (qui seraient) détenus par M. Paul Stamets, pas par Monsanto. Ça change tout !

 

Et, au détour du texte, on tombe sur :

 

« Ensuite, Paul s’est intéressé aux propriétés de Fomitopsis officinalis, un champignon connu depuis l’Antiquité pour lutter contre le virus de la variole, en vue de mettre au point une espèce active contre les virus de la grippe. »

 

 

Voyez-vous ça ! Il a fallu un très gros effort de la communauté internationale coordonné par l'OMS pour éradiquer la variole, et on connaissait une solution depuis l'Antiquité ! Au fait, on admet généralement que la variole a été introduite en Europe par les invasions arabes, à la suite de l'épidémie de la Mecque en 572...

 

D'où vient ce bobard ? Peut-être d'une lecture très mal digérée d'un article publié par M. Stamets dans le Huffington Post, en septembre... 2012, « Agarikon: Ancient Mushroom for Modern Medicine ».

 

Mais il est vrai que, après s'être attaqué à Monsanto et Cie, M. Stamets – enfin, Paul – se fait des amis dans un autre domaine :

 

« On imagine la joie dans les laboratoires pharmaceutiques. »

 

Oh oui ! La première demande de brevet sur une invention qui, prétendument, ferait trembler Monsanto et les autres grands de l'agrochimie – pas les petits selon cet auteur manifestement « engagé » – a été déposée le 1er octobre... 2001. C'est un bon indicateur du rythme de la mise en œuvre par M. Stamets de ses géniales inventions. Ils doivent se tordre de rire dans les labos...

 

On arrêtera là la litanie des [censuré] d'un journaliste, grand reporter et rédacteur en chef...

 

Avec, tout de même une énorme note d'inquiétude : il paraît qu'il enseigne...

 

Mais terminons sur une note (relativement) positive : M. Stamets est un grand, un très grand mycologue. Mais il a un ennemi : lui-même.

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article